Objets connectés

Les objets connectés, amis des consommateurs ? Voilà qui est loin d’être une évidence au regard d’une récente enquête.

Internet Society et les objets connectés

Peut-on faire confiance aux objets connectés quant à leur utilisation de nos données personnelles et des informations qu’ils recueillent sur notre vie privée ? Une question d’actualité, compte tenu de la multiplication de ces objets dans notre quotidien, sur laquelle s’est penchée l’Internet Society.

Cette organisation internationale de droit américain et à but non lucratif a notamment pour objectif de « promouvoir le développement ouvert, l’évolution et l’utilisation d’internet au profit de tous les individus à travers le monde ». Entre autres activités, Internet Society effectue ainsi des enquêtes d’opinion. En partenariat avec l’association Consumers International, elle vient de publier les résultats de ses derniers travaux sur les objets connectés. Et les résultats sont sans équivoque : les deux tiers des consommateurs (65 %) s’inquiètent de la façon dont ces objets recueillent leurs données personnelles.

Objets connectés
Source : Internet Society

Objets connectés = menaces sur la vie privée ?

L’étude nous apprend que 55 % des personnes interrogées considèrent les objets connectés comme une menace pour leur vie privée. Elles sont 53 % à penser que ceux-ci font courir un risque à leurs données personnelles. À savoir que ces objets connectés seraient, selon les différentes prévisions, entre 50 et 80 milliards à avoir été commercialisés d’ici 2020. Un essor que confirme le rapport de l’Internet Society : près de deux-tiers des consommateurs possèdent un objet connecté.

Parmi les plus populaires (qui demeurent identiques entre les pays), se trouvent les consoles de jeux (détenues par 40 % des sondés), les appareils domestiques connectés tels les imprimantes et les frigos (32%), suivis des assistants vocaux (25%).

Concernant la défiance des consommateurs vis-à-vis de ces produits, le manque de sécurité apparaît comme le deuxième frein à l’achat après l’inutilité. Retenons également que 73 % des sondés jugent nécessaire de s’inquiéter des écoutes illicites via les objets connectés.

Des objets connectés jugés « effrayants »

Du côté de l’Hexagone, les résultats de l’enquête ne dérogent pas à la règle générale : l’heure est à la méfiance ! 73 % des Français craignent que leurs données soient utilisées sans leur accord préalable. Ils ont même 71 % à jugés « effrayants » ces objets connectés et la manière dont ils collectent les données sur les individus et leurs comportements.

objets connectés

Par ailleurs, les Hexagonaux sont 84 % à souhaiter que les fabricants d’objets connectés commercialisent uniquement des produits garantissant la confidentialité des données et la sécurité des utilisateurs.

Pour le président de l’Internet Society Andrew Sullivan, « cette étude montre que les critères de sécurité et de confidentialité doivent être une priorité pour les fabricants et les revendeurs d’objets connectés. Il est donc essentiel que ces derniers s’investissent davantage afin de gagner la confiance des consommateurs ». Le chemin risque d’être long avant que les futurs acheteurs potentiels soient rassurés…

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/capondesign)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine