Pour la 27ème année consécutive, la Maison M. CHAPOUTIER réédite son Concours du Meilleur Élève Sommelier en vins et spiritueux de France. Des élèves venus de Nantes, Saint-Méen-le-Grand, ou encore Bruz vont représenter la Bretagne en finale.

Cet unique concours français destiné aux élèves sommeliers se tiendra les jeudi 23 et vendredi 24 mai dans la Drôme, à Tain-l’Hermitage, au cœur des vignobles de la Maison M. CHAPOUTIER. 33 élèves sommeliers, sélectionnés par leur école, seront réunis sur les deux jours. Tout au long du concours, ils seront soutenus par leur professeur pour partager tout l’art du service et de la passion du vin.

« Nous nous sommes assignés le devoir d’accompagner les futurs talents de la sommellerie car le travail du sommelier est le prolongement du travail du vigneron. Si le vigneron défend son terroir sans concession, le sommelier doit l’expliquer et le faire apprécier », explique Michel Chapoutier à propos du concours qu’il a initié en 1993. « Le métier de sommelier est de plus en plus prisé, notamment par les femmes. Il exige de nouveaux savoir-être pour transmettre la passion du vin, de la parcelle jusqu’au verre. Le sommelier d’aujourd’hui n’est plus seulement un grand connaisseur du vin. C’est un maître de cérémonie, capable de captiver sa clientèle par son discours, son élocution, sa gestuelle et ses accords. Bref, par son charisme ! »

Il devient, en somme, l’interprète de toutes les subtilités du terroir et de ses vins AOC.

La jeunesse au pouvoir

Le Concours du Meilleur Élève Sommelier contribue chaque année à la relève de la sommellerie française et au maintien de l’excellence de celle qui se veut la meilleure du monde. Cette année encore, le programme qui attend les aspirants au titre de meilleur élève sommelier est aussi riche, équilibré et savoureux qu’un grand cru. « Ce que nous attendons de nos futurs ambassadeurs, c’est la passion du vin bien sûr, mais c’est aussi de faire preuve de curiosité pour les domaines, de rigueur dans la dégustation et de méticulosité dans le service. Nous sommes une équipe très jeune au sein de laquelle des stagiaires occupent aujourd’hui des postes clés. La jeunesse crée les conditions nécessaires pour que le mariage de la tradition et de la modernité transcende nos valeurs de respect, d’audace et de générosité » explique Michel Chapoutier.

Une compétition en immersion

Les 33 candidats présélectionnés début 2019 à travers toute la France se présenteront à une épreuve éliminatoire, le jeudi 23 mai. Celle-ci comportera la dégustation à l’aveugle d’un vin blanc et d’un vin rouge ainsi qu’une épreuve écrite. À l’issue de la phase éliminatoire, les six candidats ayant obtenu les meilleures notes participeront à la finale. Ils se retrouveront le soir même autour d’un dîner préparé par Masashi Ijichi, étoilé au guide Michelin, chef japonais du restaurant La Cachette à Valence. Ils découvriront ainsi le menu entre France et Asie sur lequel ils devront composer des accords mets et vins.

L’épreuve finale aura lieu le vendredi 24 mai, devant un jury de professionnels de la filière vinicole présidé par Alain Landolt.

Les six candidats finalistes s’affronteront lors de quatre épreuves exigeantes : • Une épreuve de prise de commande, d’accord « mets et vins » et d’anglais, lors d’un repas • Une épreuve de décantation et de service • Une épreuve de dégustation à l’aveugle où le candidat doit reconnaître deux vins, une eau-de-vie, une crème ou une liqueur • Une épreuve de comportement et de prestance.

Cette année, la prestation du meilleur élève sommelier 2019 sera récompensée par un voyage d’une semaine dans un domaine australien, par un week-end pour deux chez PIC à Valence offert par le restaurant PIC, Anne-Sophie Pic Sinapian et M. David Sinapian et un par un lot de vins.

Jean-Baptiste Klein, meilleur ouvrier de France 2018 et maître-sommelier au Chambard (Alsace), sera le parrain de la promotion 2019.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V