Le Mont Saint-Michel de Brasparts chanté par Youenn Gwernig (et par bien d’autres à sa suite), vous connaissez ? Balade (et ballade) lyrique sur le sommet breton avec Tuchenn Mikael !

« Dans tous les coins des Monts d’Arrée »

Les Bretons n’ont pas besoin d’avoir recours à La Montagne de Jean Ferrat pour prendre de l’altitude en musique. Il leur suffit de s’en remettre à Youenn Gwernig et à son Tuchenn Mikael, magnifique hommage au Mont Saint-Michel de Brasparts. S’il n’est pas le plus haut de la ligne de crêtes des Monts d’Arrée, le Mont Saint-Michel en est en revanche le plus reconnaissable avec sa chapelle posée sur son sommet, au milieu d’un paysage « lunaire », au sens propre comme au figuré.

Tuchenn Mikael est donc le nom breton du Mont Saint-Michel de Brasparts. Qui peut aussi se désigner par « Menez Mikael-an-Are » ou, plus localement, « Menez Sant-Mikael ». À travers les paroles, Youenn Gwernig nous raconte sa rencontre matinale avec saint Michel dans la chapelle, tandis que la montagne bretonne est enveloppée par la brume. Et que d’étranges formes se meuvent sur ses flancs…

L’auteur, décédé en 2006, fut l’un des piliers de la culture bretonne du XXsiècle. De ses débuts à la fin des années 1940 en compagnie de Polig Montjarret à son exil aux États-Unis où il devint l’ami de Jack Kerouac avant un retour en Bretagne au cours de ces bouillonnantes années 1970.

Tuchenn Mikael e brezhoneg :

Mintin abred on bet va-unan
Kichen chapelig Sant Mikael,
Ha tro-war-dro ar vrumenn
A stanke din prenestr ar bed.

Avel ebet war gern an duchenn,
Na trouz ebet oa tro-war-dro
Ar balan sonn er vrumenn,
Ha war ar brug perlez ar glao.

Prennet e oa dor ar chapelig
Met Sant Mikael n’oa ket chalet,
Ha ni hon-daou er vrumenn
Da ganañ brao oamp n’ em lakaet.

Mikael ha me da vat o kanañ
Ur gwerz diwar-benn an arme
Soudarded dall er vrumenn,
E pep korn ar Menez Arre.

Met ouzh an oabl an heol a save,
Ken splann ha ‘vit ar wech kentañ
Hag ur wech saet ar vrumenn,
N’oa met deñved war ar Menez.

Traduction :

De bon matin, je suis allé seul,
À la chapelle Saint-Michel,
Et tout autour de moi la brume,
Fermait les fenêtres du monde.

Pas de vent sur le haut du Mont,
Et pas de bruit aux alentours,
Le genêt pointait dans la brume,
La goutte perlait sur la bruyère.

La porte de la chapelle était verrouillée,
Mais saint Michel s’en est moqué,
Et lui et moi dans le brouillard,
Nous nous sommes mis à chanter.

Michel et moi avons chanté,
Une complainte sur l’armée,
Des soldats aveugles dans la brume,
Dans tous les coins des Monts d’Arrée.

Mais au ciel, le soleil revient,
Clair comme pour la première fois,
Et quand la brume se dissipe,
Il n’y a que des moutons sur le Mont.

Tuchenn Mikael, de Youenn Gwernig à Tiersen

Sortie en 1976, la chanson va par la suite être interprétée par différentes chanteurs et groupes.

La version initiale, par Youenn Gwernig :

La version de Yann Tiersen :

Par l’Ensemble Choral du Bout du Monde :

Sur le livre-CD Kan ar Bed sorti en 2018 :

Crédit photos : Wikimedia Commons (CC/Kergourlay)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V