plastique

Un individu ingère en moyenne jusqu’à 120 000 particules de plastique chaque année. Notamment par la consommation de crustacés, d’alcool, mais aussi d’air.

Le plastique est partout

Une étude publiée dans la revue Environmental Science and Technology nous apprend qu’un individu mange et respire en moyenne jusqu’à 120 000 particules de plastiques chaque année. Pour réaliser leurs travaux, les scientifiques, sous la direction du Dr Kieran Cox de l’Université de Victoria (Canada), se sont appuyés sur les données de 26 études antérieures. Lesquelles avaient mesuré les quantités de particules de plastique dans plus de 3 600 échantillons d’aliments analysés (les poissons, les mollusques et crustacés, le sucre, le sel, la bière et l’eau, etc.).

Les chercheurs ont ensuite analysé la quantité de ces aliments que les gens consomment en examinant les apports alimentaires recommandés dans les Dietary Guidelines for Americans de 2015 à 2020. De nombreux types d’aliments et de boissons n’ont pas été testés et l’étude n’a porté que sur 15 % de l’apport calorique total des Américains.

Eau en bouteille : 90 000 particules supplémentaires

Dans le détail, l’ingérence fluctue en moyenne entre 74 000 et 121 000 particules de plastique chaque année selon l’âge et le sexe. Une fourchette qui se situe entre 39 000 et 52 000 particules en excluant l’inhalation. Autre bémol pour les buveurs exclusifs d’eau en bouteille plastique : il faut rajouter en moyenne 90 000 particules supplémentaires.

Si, de l’aveu de l’équipe de chercheurs, « ces estimations sont sujettes à de grandes variations », étant donné les limites méthodologiques et les limites des données, « ces valeurs sont probablement sous-estimées ». Une précision peu rassurante donc.

Quant aux effets sur la santé causés par l’ingestion de ces particules de plastique, ils sont encore inconnus. Mais certaines particules sont assez petites pour pénétrer dans les tissus humains où elles pourraient déclencher des réactions immunitaires ou libérer des substances toxiques selon les auteurs du document en question, publié le 5 juin. Cette étude a la particularité d’être la première à donner une estimation de cette exposition de l’Homme face aux particules de plastique.

Crédit photos : Pixabay (Pixabay License/Charly_7777)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V