Sur le dossier de la TAV (projet italo-français de ligne grande vitesse Lyon-Turin) arrive un retournement décisif de la part de l’UE. « L’Union européenne a la possibilité d’augmenter sa participation au financement de la ligne à grande vitesse entre Turin et Lyon jusqu’à 55% du budget pour la réalisation du tunnel ». Selon Il Primato Nazionale, la confirmation est arrivée par la coordinatrice du dit Corridor méditerranéen de l’UE, Iveta Radicova qui, dans son discours à l’Assemblée générale de la Transalpine Lyon-Turin, a parlé d’une augmentation du financement possible dans le cadre du nouveau projet européen Connecting Europe Facility.

Le chantier, long de 56 kilomètres entre Saint-Jean-de-Maurienne en France et Bussoleno en Italie, est actuellement en cours de réalisation avec un financement européen de 40% du budget qui est prévu à 8,6 milliards d’euros. Sur le plan du rapport coût-bénéfices – tant étudiée par le premier ministre Giuseppe Conte et Di Maio depuis toujours contre le chantier – il s’agit d’une économie très importante. Cette disponibilité de l’UE à porter de 40 à 55% son financement, permettrait à l’Italie d’économiser plus d’un milliard 300 million d’euros.

Le résultat des élections européennes en Italie rend « irréversible la réalisation de la ligne Lyon-Turin »

Au cours de l’assemblée sur la Transalpine, le comité français pour la TAV s’est dit satisfait du résultat du vote aux européennes en Italie qui rend maintenant « irréversible la réalisation de la ligne Lyon-Turin ». « C’était important de retrouver une dynamique », a commenté Jacques Gounon, président de la Transalpine. « Il n’y a pas besoin de faire un référendum sur la TAV dans le Piémont, il a déjà eu lieu le 26  mai : aux élections, les listes favorables au chantier ont fait plus de 85% des voix, pendant que le M5S, l’unique force politique contre la TAV, n’a fait que 13% », a affirmé Fabio Ravanelli, président de Confindustria Piemonte, lors de son intervention à l’Assemblée.

Pour ce qui regarde l’avancement des travaux, c’est Hubert du Mesnil, président de Telt (la société italo-française en charge de la réalisation du tunnel transfrontalier), qui en a fait le point : « A ce jour, 28 kilomètres de galeries ont été creusés sur lesquels 9 kilomètres sont le tunnel définitif. Nous avons fait 18% du projet total ».

En effet, il y a une semaine le leader de la Ligue, Matteo Salvini, avait déclaré à la presse, que de Bruxelles devait arriver une bonne nouvelle. Maintenant, tout est confirmé, le M5S n’a plus d’excuses face à la Ligue. Avec cette aide providentielle de Bruxelles, le siège du ministre anti-TAV, Di Maio, peut sauter : après le Revenu de citoyenneté désastreux, pas sûr que son électorat lui pardonne la réalisation de la TAV.

Hélène Lechat

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine