Six jours ont suffi à Ludovic Jolivet, maire de Quimper, pour changer de camp. Le dimanche 26 mai, il est LR. Le vendredi 31 mai, il entre dans la majorité en rejoignant Agir. Seul moyen pour lui pour être réélu maire aux municipales de mars 2020.

Tout s’était bien passé aux élections municipales de mars 2014 pour Ludovic Joliver (UMP) à Quimper. Au second tour, il avait battu sèchement le sortant Bernard Poignant (PS) – le copain de Hollande. Avec 13,3 points et 3 469 voix d’avance. C’est-à-dire 14 772 voix (56,65%) et 39 élus pour le vainqueur. Tandis que le vaincu n’obtenait que 11 303 voix (43,35%) et 10 élus. Dans ces conditions, « Ludo » avait le droit d’aborder les municipales de 2020 avec optimisme. En renouvelant son alliance avec les centristes (Isabelle Le Bal, MoDem), tout était possible.

Mais c’était sans compter avec les élections européennes de 2019. À Quimper, les résultats se passent de tout commentaire. En tête, Nathalie Loiseau (27,31%), en deuxième position Yannick Jadot (19,19%), en troisième Jordan Bardella (12,36%), en quatrième Raphaël Glucksmann (9,92%) et en cinquième François-Xavier Bellamy (6,73%) – le candidat LR soutenu par Jolivet.

La « fidélité » de Jolivet ne dure que six jours

Dans un premier temps, dans la foulée des résultats, « Ludo » reste droit dans ses bottes. Il réaffirme sa fidélité à LR : « Les Républicains n’ont pas suffisamment montré qu’ils aimaient l’Europe. Une partie s’est tournée vers le Rassemblement national, une autre vers En Marche. Ceux qui restent sont les militants de la première heure comme moi. Je reste fidèle. Mais j’ai parfois quelques regrets sur son fonctionnement. » (Le Télégramme, 26 mai 2019).

 Mais la « fidélité » de Jolivet ne dure que six jours. Vendredi 31 mai, il annonce qu’il rejoint Agir, un groupe composé d’anciens LR pro-Macron et dirigé par Franck Riester, le ministre de la Culture. Changement de discours : « Je ne me reconnaissais plus dans les valeurs défendues par l’ex-président des Républicains, Laurent Wauquiez… Il n’y a plus de fond, plus d’idées qui font grandir. Alors qu’Emmanuel Macron est en train de réformer la France en profondeur, les Républicains se sont repliés sur eux-mêmes ». Et comme « Ludo » est un bon petit soldat, bien discipliné, il ajoute : « Pour ma part, je suis à la disposition d’Agir et j’attends les consignes. Comme je l’ai déjà dit, j’ai vocation à faire un second mandat. J’ai un bilan à défendre et je pense pouvoir incarner les valeurs défendues par le gouvernement. » (Ouest-France). Pour être réélu, « Ludo » est prêt à retourner sa veste.

Qui pour les prochaines municipales ?

Voilà qui perturbe sérieusement Annaïg Le Meur (LREM), député de Quimper, elle qui annonçait dès le soir des européennes une liste de Marcheurs aux municipales à Quimper. C’est Paris qui décidera après négociation entre les différents groupes de la majorité – « Ludo » apportera sa notoriété et LREM les électeurs… Ainsi il se sentira moins seul : « Je me sens orphelin d’une droite et d’un centre modernes, libéraux et réformateurs » (Dimanche Ouest-France, 2 juin 2019).

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine