Quimper peut mieux faire, selon la chambre régionale des comptes

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

On sent comme un soupçon d’agacement dans le dernier rapport d’observations définitives (ROD) de la chambre régionale des comptes sur la gestion de la ville de Quimper. Oh ! ce n’est pas que les choses aillent mal. La situation financière est « saine et maîtrisée » précise même la Chambre. L’endettement est modéré, les dépenses de fonctionnement ne dérapent pas.

Les comptes sont bons, en somme. Cependant, ils sont mal tenus : la gestion budgétaire et comptable est « déficiente ». Et ce qui irrite la Chambre est la raison de cette déficience : ses précédentes recommandations « n’[ont] pour l’essentiel pas été suivies d’effets ». L’administration municipale de Quimper s’est assise sur de sages conseils donnés par la Chambre en 2015.

En cause, notamment, les taux d’engagement et d’exécution du budget, toujours trop faibles. Les dépenses votées ne sont pas toujours exécutées, et la gestion pluri-annuelle des investissements n’est « pas effective ». Qui plus est, il n’existe pas de contrôle interne comptable, de sorte que l’inventaire des biens de la Ville « reste très lacunaire », les amortissements présentent « de nombreuses imprécisions » et la constitution de provisions, « pourtant obligatoire, n’est toujours pas mise en œuvre ».

Un temps de travail inférieur à la durée légale

Cas peu courant chez les collectivités locales, la Chambre note que « les dépenses de personnel se réduisent » légèrement. La municipalité a cherché à adapter l’évolution de ses dépenses de personnel à celle de ses recettes. Sans augmenter la fiscalité locale. Les Quimpérois ne peuvent que lui en savoir gré ! La diminution des dépenses est liée à celle des indemnités de toutes sortes et à une réduction du nombre d’agents, « passé de 688 équivalents temps plein (ETP) à 655 entre 2014 et 2017 ». L’organisation de la direction des ressources humaines a aussi été améliorée.

Tout n’est pas parfait, pourtant : comme dans beaucoup de communes, le temps de travail moyen des agents est inférieur à la durée minimum fixée par la Loi. Il est de 1 547 heures par an, alors que la durée légale est de 1 607 heures. « Avec un total de 39 294 heures manquantes par rapport à la durée légale (60 x 654,9), le coût annuel peut être évalué à environ 746 200 € », souligne la Chambre.

Multirécidiviste en légère amélioration

La Chambre adresse finalement à Quimper pas moins de quatorze recommandations. Dont quelques-unes vraiment substantielles (« Veiller à constituer les provisions obligatoires selon les règles comptables en vigueur »…).

Quimper est un « bon client » pour la chambre régionale des comptes, qui l’a contrôlée pas moins de quatre fois en une douzaine d’années. Elle lui a délivré des ROD plutôt sévères en 2009, 2013 et 2015. La ville reste multirécidiviste sur certains points comme l’inventaire de ses biens. Globalement, pourtant, le ROD de 2020 témoigne d’une situation légèrement meilleure. Ce qui peut se traduire en termes politiques : Ludovic Jolivet (ex-LR), maire de 2014 à 2020, s’est montré (un peu) meilleur gestionnaire que Bernard Poignant (PS), maire de 1989 à 2001 et de 2008 à 2014.

Illustration : Hôtel de ville de Quimper, photo BI, droits réservés
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

L’envers des affaires : Karl Zéro balance tout sur Alègre, Fourniret et les réseaux pédocriminels…

Le journaliste Karl Zéro lance un magazine trimestriel d'enquêtes au long cours qui nous plonge dans l’Envers des affaires....

Super Thursday. On vote ce jeudi en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles lors d’élections cruciales

Le Royaume-Uni vote ce jeudi 6 mai. Tout le Royaume-Uni ? Non, car l'Irlande du Nord ne participe pas...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Lettre ouverte à Mme Isabelle ASSIH , maire de Quimper

Claudine Dupont-Tingaud, ancienne conseillère régionale de Bretagne et présidente de REAGIR ( Résister et Agir pour la défense de nos identités ), nous adresse...

Entre 4000 et 5000 manifestants à Quimper pour les langues de Bretagne

Un beau bras d'honneur collectif adressé au Garde des Sceaux, Dupont-Moretti, qui a employer le terme de « baragouiner » pour évoquer les langues...

Malestroit, moins prospère qu’elle n’en a l’air

Certaines petites communes se portent moins bien qu’elles n’en ont l’air. Malestroit est l’une d’elles. Qui l’eût cru ? Grâce au label « Petites...

Quimper. Vers une mobilisation massive le 13 mars pour défendre l’enseignement du breton ?

Se dirige t-on vers une mobilisation massive le samedi 13 mars à Quimper pour défendre l'enseignement du breton ? Oui si l'on en croit...