Déjà quatre affaires de fusillade cette semaine à Nantes ! Juste après la course-poursuite et les tirs de Kalachnikov aux Bourdonnières, dans la nuit du 20 au 21 juin, deux épisodes distincts ont été enregistrés. Bilan : deux blessés légers, qui viennent se rajouter à l’interminable litanie de morts et de blessés liés aux règlements de compte « à la marseillaise » à Nantes.

Le premier épisode a eu lieu route de La Chapelle-sur-Erdre, dans les « quartiers nord » de Nantes. Des quartiers considérés comme « sensibles ». Ce serait même « une véritable poudrière », corrige ce policier nantais : « il y a tout là-bas : trafic d’armes, de drogue, cellules terroristes… Un brassage de population allogène qui contribue à d’intenses frictions, mais qui permet aussi aux délinquants de tout trouver sur place : vivier de recrutement, zone de non-droit, armes, explosifs s’il le faut, drogue, économie informelle… Tout le monde parle de Bellevue, du Breil ou de Malakoff, mais le vrai danger, il est au Nord. C’est un baril de poudre prêt à sauter ».

Bref, le 20 juin vers 23h15, un homme de 28 ans, connu des forces de l’ordre, a été touché aux jambes par des tirs de pistolet à billes. Il a refusé de porter plainte. A 1 h du matin le 21 juin, rue Watteau, au cœur des Dervallières, un jeune homme de 19 ans a lui aussi été blessé aux jambes, par des plombs cette fois. C’est un avertissement assez connu dans le milieu des dealers. Reste maintenant aux nantais à attendre les – inévitables – prochains épisodes.

Louis Moulin

Photo d’illustration, crédit : [cc] Yuval mizan, Wikipedia
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine