page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Orthographe et grammaire : même les recruteurs ne savent plus écrire

L’orthographe et la grammaire en régression, y compris chez les recruteurs. Une enquête fait parler d’elle en révélant que ces derniers sont encore moins bons élèves que les candidats à l’embauche.

Recruteurs : inquiétantes lacunes des recruteurs

Stressés quant l’orthographe de votre CV et de votre lettre de motivation ? Vous allez relativiser après avoir pris connaissance d’une étude réalisée par l’agence d’intérim Qapa.fr sur les compétences rédactionnelles des candidats et des recruteurs. Pour ce faire, les travaux ont été menés sur une base de 2 000 annonces et plus de 3 000 CV. Mais également en s’appuyant sur un sondage réalisé auprès de 4,5 millions de candidats. Il apparaît alors que le niveau des Français à l’écrit est en forte régression.

Mais cette « baisse de niveau », qui ne concerne pas que l’orthographe par ailleurs, touche tout le monde. Y compris ceux qui ne sont pas censés faire de fautes. À l’instar des recruteurs. Et la tendance n’est pas à l’amélioration. Loin de là ! Si, en 2015, 40 % des offres d’emploi passées au crible contenaient en moyenne 3 fautes d’orthographe et de grammaire, cette proportion s’élève à 58 % en 2019. Des accords hasardeux aux coquilles oubliées à la relecture en passant par les fautes de frappe et une mauvaise ponctuation, les lacunes sont diverses… et nombreuses. Même chez ceux exerçant des fonctions impliquant d’être exemplaire en la matière.

Orthographe : des candidats guère plus brillants

Du côté des candidats à l’embauche, le bilan n’est pas plus glorieux. En 2015, 58 % des CV analysés contenaient 15 erreurs orthographiques et grammaticales. Parmi les fautes les plus récurrentes, celles concernant les accents, la ponctuation et l’orthographe.

Là encore, comme chez les recruteurs, l’évolution du niveau a été négative entre 2015 et 2019. Une année où 63 % des CV contenaient en moyenne 7,5 fautes de Français. Si les candidats font moins de fautes que les recruteurs, ils sont toutefois plus nombreux à en faire.

Orthographe : où en sont les Français ?

D’autre part, il ressort de l’étude que les Français perdent confiance en leurs compétences rédactionnelles. S’ils étaient 60 % en 2015 à se considérer comme étant assez doués en orthographe et en grammaire, ce n’est plus du tout le cas en 2019. Ils sont désormais plus de 51 % à admettre avoir conscience de leurs lacunes en matière de rédaction.

Nous apprenons par ailleurs que 87 % des Français se relisent pour corriger les fautes en 2019 alors qu’ils n’étaient que 94 % en 2015. De plus, 98 % d’entre eux considéraient orthographe et grammaire comme importantes en 2015… ils ne sont plus que 77 % en 2019. Un relativisme qui s’explique aussi par le fait que 68 % des sondés pensent que de nombreux métiers ne nécessitent pas d’être bon à l’écrit.

Mais qui blâmer dans cette histoire qui prend somme toute la forme d’une déroute générale. À titre d’exemple, 95% des Français n’ont jamais été informés de leurs erreurs par un recruteur. Au regard des informations révélées précédemment, nous comprenons mieux pourquoi.

« L’orthographe est de respect ; c’est une sorte de politesse », écrivait le philosophe français Alain. Dans la France de 2019, la corrélation entre la déliquescence de l’écrit et l’ensauvagement de notre société est effectivement une évidence !

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/maura24)
[
cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

RENNES, Social

Les Meilleures opportunités d’emploi étudiant à Rennes pour 2024 avec Jooble

Découvrir l'article

Immigration, International

En Allemagne, le lien entre immigration et délinquance est (enfin) fait

Découvrir l'article

Economie, Social

4 e trimestre 2023 : en Bretagne administrative, l’emploi augmente plus qu’ailleurs et le taux de chômage reste bas

Découvrir l'article

Economie

Rupture conventionnelle : attention au vice du consentement

Découvrir l'article

Economie, Social

L’emploi saisonnier en Bretagne porté par le tourisme

Découvrir l'article

Environnement, Sport

Et si vous deveniez moniteur d’équitation western ?

Découvrir l'article

Social

Près de 7 télétravailleurs sur 10 effectuent des heures supplémentaires non rémunérées

Découvrir l'article

Social

Emploi en Bretagne administrative. Une légère hausse de l’emploi mais l’intérim recule au 3ème trimestre 2023

Découvrir l'article

Economie

Emploi. 71 % des femmes et 65 % des hommes ne pensent pas être rémunérés à leur juste valeur en 2024

Découvrir l'article

Economie

Sécurité de l’emploi : plus de la moitié des télétravailleurs à plein temps inquiets pour leur avenir

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky