Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Rupture conventionnelle : attention au vice du consentement

Depuis plusieurs années, la Cour de cassation admet la possibilité de conclure une rupture conventionnelle même s’il existe un différend entre l’employeur et son salarié. Attention toutefois, précise Emmanuel Labrousse, co-responsable du groupe de travail Social de Walter France, la rupture conventionnelle doit être exempte de tout vice du consentement.

Dans une récente affaire, un salarié, engagé en qualité d’ouvrier du bâtiment, refuse à plusieurs reprises de travailler avec son harnais de sécurité et son casque. Au vu de la répétitivité des faits, l’employeur envisageait de le licencier pour faute grave, voire lourde.

Toutefois, au regard de l’ancienneté de la relation contractuelle, la société offre au salarié le choix entre un licenciement pour faute et une rupture conventionnelle.

Le salarié choisit la seconde solution mais après la rupture du contrat, sollicite l’annulation de la rupture conventionnelle au motif que celle-ci est « nulle pour violence » car elle a été acceptée sous la menace d’un licenciement disciplinaire.

Un différend ne remet pas en cause la validité de la rupture conventionnelle

La Cour d’appel de Toulouse déboute le salarié, ce que confirme la Cour de cassation dans un arrêt du 15 novembre 2023(1). Après avoir rappelé le principe selon lequel l’existence d’un différend entre les parties n’affecte pas la validité de la convention de rupture, les juges en appel ont estimé que le salarié n’avait pas usé de son droit de rétractation et ne démontrait pas que la rupture conventionnelle lui avait été imposée par son employeur.

Le contexte de cette décision est fréquent lors de l’engagement d’une procédure de rupture conventionnelle : l’employeur propose une rupture conventionnelle à un salarié lorsque celui-ci a commis une ou plusieurs fautes ou lorsqu’il est à l’origine de manquements créant un préjudice pour son employeur.

La rupture conventionnelle peut alors être considérée comme une alternative acceptable pour les deux parties ; le salarié reste libre de négocier une indemnité supérieure au minimum légal ou conventionnel applicable et l’employeur diminue le risque de contentieux prud’homal lié à la rupture du contrat. Mais l’employeur ne peut en aucun cas extorquer le consentement du salarié sous la menace.

La preuve du vice du consentement est déterminante

Rappelons que la violence (tout comme l’erreur et le dol) est considérée comme une cause de nullité. Le fait pour un salarié d’avoir signé une rupture conventionnelle sous la contrainte d’une procédure de licenciement constitue un vice du consentement. Il revient alors au cocontractant qui estime avoir été victime d’un vice du consentement d’en apporter la démonstration pour obtenir la nullité de la rupture conventionnelle.

Dans une affaire antérieure, du 16 septembre 2015 (2), dans un climat conflictuel entre les parties, un salarié avait reçu plusieurs courriers de mise en demeure lui intimant l’ordre de reprendre son poste ou refusant de lui accorder des congés. Le salarié avait ensuite été convoqué à un entretien pour finaliser une rupture conventionnelle, mais aucune signature n’était alors intervenue. Postérieurement à cet entretien, le salarié avait été mis à pied à titre conservatoire et convoqué à un nouvel entretien en vue, cette fois-ci, d’un licenciement pour faute grave. Le même jour, il signait une rupture conventionnelle.

Dans ce contexte particulier, les juges avaient considéré, au vu des éléments de preuve rapportés par le salarié, que ce dernier n’avait pas eu d’autre alternative que de signer une rupture conventionnelle sous la contrainte ou d’être licencié : les pressions exercées par l’employeur avaient vicié le consentement du salarié. Cette convention avait été jugée nulle, produisant les effets d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse.

Une convention annexe est recommandée pour sécuriser l’opération

Dans l’affaire de novembre 2023, même si la Cour rappelait l’existence d’un différend entre les parties au moment de la conclusion de la convention de rupture, elle relevait que l’ouvrier du bâtiment ne rapportait pas en revanche la preuve d’un vice du consentement.

Si le seul fait pour l’employeur de proposer au salarié de signer une telle rupture ne constitue pas, en soi, une forme de pression(3), le salarié doit pouvoir établir que son consentement a été vicié et que la rupture conventionnelle lui a été imposée.

En tout état de cause, Emmanuel Labrousse insiste : « Dans cette hypothèse, afin de sécuriser la rupture conventionnelle, nous vous recommandons de conclure une convention annexe, en complément du Cerfa, qui permettra de rappeler que le salarié a pleinement consenti à la rupture conventionnelle. Cette convention devra rappeler les circonstances ayant conduit à la procédure de rupture, l’existence d’un délai de rétractation, la possibilité pour le salarié de contacter pendant ce délai le service public de l’Emploi pour connaître ses droits à l’assurance chômage et envisager la suite de son parcours professionnel et enfin la volonté commune des parties de s’engager dans une procédure de rupture conventionnelle, sans pression d’aucune sorte ».

(1) Arrêt de la Cour de cassation du 15 novembre 2023 (n° 22-16.957).

(2) Arrêt de la Cour de cassation du 16 septembre 2015 (n° 14-13830)

(3) Arrêt de la Cour de cassation du 15 janvier 2014 (n° 12-23942)

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Rupture conventionnelle : attention au vice du consentement”

  1. Loron dit :

    C’est super d’édicter des lois a la con…quand vous êtes dans cette situation, vous n’avez que le droit de signer. J’ai été dans cette situation, j’ai appelé l’inspection du travail, aucune aide, j’ai appelé pole emploi, aucune aide… Et après quoi, vous vous reyrouvez en faca à fa e avec quelqu’un qui veut vous virer, juste pour prendre sa copine à votre place, et qui vous dit suen 4 ans, elle n’a rien à vous reprocher… Vos lois, à part de vous faire gagner un bon salaire, ne servent à petsonne…

  2. Yves Symoneaux dit :

    Vous n’avez pas cité l’accompagnement par un conseiller du salarié. C’est un droit pourtant. Et il y a des conseillers dévoués et competents, quoiqu’on puisse penser des syndicats.

  3. Florian Landes dit :

    Attention si vous n’avez pas les reins solides abstenez-vous d’embaucher, tout ce stress pour se séparer d’un salarié à la loyale ce n’est pas vivable, un conseil travaillez seul ! Inutile de chercher à jouer dans la cour des grands si vous n’avez pas les épaules, sinon vous y laisserez votre santé ! Le pot de terre c’est vous dans ces histoires aujourd’hui et la loi ne sera (presque) jamais de votre côté même si vous avez respecté les règles. Méfiez-vous !

  4. loysance dit :

    j ai eu beaucoup d’employés dans ma vie professionnelle :: que d’emmerdes !!!! de vexations !!! de vols !!! de risques !!! de nuits sans sommeil !!!etre employeur est une forme d’esclavage !!! n en revez pas c’est un piege !!!! sauf si vous etes sans pitié ni scrupules… et encore .. il vous faudra encaisser et vivre dans la crainte …cette société n’aime pas les gens responsables et prefere les moutons …. exemple les squatteurs aux loueurs ..les voyoux aux victimes etc…

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

RENNES, Social

Les Meilleures opportunités d’emploi étudiant à Rennes pour 2024 avec Jooble

Découvrir l'article

Immigration, International

En Allemagne, le lien entre immigration et délinquance est (enfin) fait

Découvrir l'article

Economie, Social

4 e trimestre 2023 : en Bretagne administrative, l’emploi augmente plus qu’ailleurs et le taux de chômage reste bas

Découvrir l'article

Economie, Social

L’emploi saisonnier en Bretagne porté par le tourisme

Découvrir l'article

Environnement, Sport

Et si vous deveniez moniteur d’équitation western ?

Découvrir l'article

Social

Près de 7 télétravailleurs sur 10 effectuent des heures supplémentaires non rémunérées

Découvrir l'article

Social

Emploi en Bretagne administrative. Une légère hausse de l’emploi mais l’intérim recule au 3ème trimestre 2023

Découvrir l'article

Economie

Emploi. 71 % des femmes et 65 % des hommes ne pensent pas être rémunérés à leur juste valeur en 2024

Découvrir l'article

Economie

Sécurité de l’emploi : plus de la moitié des télétravailleurs à plein temps inquiets pour leur avenir

Découvrir l'article

Social

Au premier trimestre 2023, l’emploi reste soutenu mais l’intérim recule en Bretagne administrative

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky