Union européenne : des nominations qui ne changent rien

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Des nominations surprises qui n’en sont pas. Les institutions européennes se sont dotées de nouvelles têtes d’affiches après trois jours de négociations.

Une allemande prendra la tête de la Commission : Ursula von der Leyen de la CDU d’Angela Merkel… un choix salué en France par La République En Marche et Les Républicains.

La française Christine Lagarde prend pour sa part la tête de la Banque Centrale Européenne, la BCE, ex-UMP et ministres de Jacques Chirac puis de Nicolas Sarkozy avant de prendre la tête du Fond Monétaire Internationale. Cette dernière a par ailleurs été condamnée pour négligence dans son arbitrage très favorable avec un certain Bernard Tapie.

C’est donc un duo franco-allemand qui est mis à l’honneur et qui consacre une forme de compromis entre Angela Merkel et Emmanuel Macron.

Du côté du parlement, c’est le social-démocrate italien David Sassoli qui a été élu par ses pairs… ce dernier a été élu avec les voix des socialistes, des libéraux et du PPE qui forment une sorte de grande coalition centriste écartant de facto les verts et évidemment les populistes.

Du côté du Conseil Européen, c’est l’insipide belge libéral réformateur Charles Michel qui prend les commandes lui qui fut premier ministre du royaume de Belgique pendant un peu moins de cinq années.

A ces nominations de premier plan il convient d’ajouter le remplacement de l’Italienne Federica Mogherini aux affaires étrangères par le social-démocrate espagnol Josep Borrel.

Des nouvelles têtes qui ne sont donc pas vraiment nouvelles et qui font la part belle à la parité, ce qui constitue en quelque sorte un lot de consolation et un grigri médiatique à agiter pour les dirigeants européens qui ont connu toutes les peines du monde à s’entendre pour attribuer ces postes… illustration s’il en faut de l’état de tension qui règne entre les traditionnels partenaires européens qui ont vu les populistes accroître considérablement leur présence au sein du parlement.

Les populistes, souverainistes et patriotes qui constituent ce qu’il convient d’appeler le bloc eurosceptique regroupé notamment dans le groupe Identité et Démocratie ont d’ailleurs assisté à ces nominations en spectateurs. En dépit de percées électorales dans de nombreux États, ces derniers ne pèsent rien dans ce genre de décisions institutionnelles.

Après des élections européennes qui ont suscité un certain intérêt des opposant à Bruxelles, ces nominations ainsi que le vote pour le président du parlement ont finalement rappelé tout le monde à la réalité. C’est toujours une grande coalition centriste qui dirige l’UE et qui la dirigera sans partage pour cinq ans. Les écologistes eux, devront se contenter des miettes, quand les eurosceptiques peineront tout bonnement à exister, tout au moins en matière législative.

Via TV Libertés

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

Gaspard Koenig sur le pass sanitaire. « Le gouvernement a perdu la notion de liberté ! »

Arthur Delaborde reçoit Gaspard Koenig, philosophe, essayiste, romancier, et président du laboratoire d'idées Génération libre qu’il a lancé en...

Articles liés

Les socialistes nantais préemptent l’Europe

Les Jeunes Européens s’étaient installés à Nantes près des Machines de l’île ce week-end. Ils tentaient d’attirer le chaland avec des amusements élémentaires (reconnaître...

Une pétition européenne contre une résolution sur les « droits sexuels et reproductifs »

Une pétition européenne vient d'être lancée contre une résolution sur les « droits sexuels et reproductifs ». Lancée par l'ONG polonaise Ordo Iuris, elle est...

Pour gagner la souveraineté , l’UE doit réviser ses relations avec les Etats-Unis

Alors que l’exercice de l'OTAN Formidable Shield 21 se déroule dans l’atlantique nord, les deux pays engagés, les États-Unis et Danemark, sont au cœur...

Immigration et Grand remplacement. Bientôt 53 millions d’immigrés supplémentaire dans l’Union Européenne ?

L'Union Européenne produit des rapports que personne ne lit (hormis les initiés). C'est bien cela le problème, car on y trouve des pépites qui...