Lundi 24 juin dernier, un bus Semitan de la ligne C6 a été visé par des tirs vers le Tillay, entre 23h et minuit. Ils semblent avoir été réalisés « par une arme airsoft, sauf qu’ils les débrident et mettent des billes d’acier dedans », selon un proche du dossier. Une vitre est tombée et la ligne a été coupée dans la soirée. D’autres agressions ont eu lieu fin juin.

« Une vitre de tramway à remplacer après des tirs, ça coûte 3.000 euro,s et le temps que tout sèche, c’est trois jours d’immobilisation pour la rame », relate un employé de la TAN. « Pour les bus, c’est un peu moins cher et un peu moins long ».

Le 22 juin, la ligne 3 du tram a été coupée au château de Rezé – un quartier dit « sensible » – après que des individus soient montés sur des aubettes, pour la troisième fois en peu de temps selon les riverains. Les désagréments s’étendent bien au-delà du quartier : par raison de sécurité la TAN coupe l’alimentation électrique sur toutes les lignes, avant de rétablir tronçon par tronçon.

Le même jour en raison d’incivilités, cette fois à Vincent Gâche (lignes 2 et 3, ile Beaulieu), les lignes 2 et 3 ont été coupées un quart d’heure vers midi. « Et nombre d’agressions et autres soi-disant incivilités que nous subissons ou que les agents de contrôle subissent n’apparaissent nulle part. Le community manager de la TAN regarde ailleurs, comme la direction d’ailleurs », relève un agent chevronné de la TAN. « Faut que ça roule, faut que personne n’en parle, faut que tout aille bien sur le papier, c’est tout ce qui leur importe. La réalité de notre souffrance, ils n’en ont rien à faire ».

Louis Moulin

Retrouvez nos articles sur la Semitan

Crédit photo : DR
[
cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

  1. […] Nantes, l’enfer des transports : « Lundi 24 juin dernier, un bus Semitan de la ligne C6 a été visé par des tirs vers le Tillay, entre 23 h et minuit. Ils semblent avoir été réalisés « par une arme airsoft, sauf qu’ils les débrident et mettent des billes d’acier dedans ». « Et nombre d’agressions et autres soi-disant incivilités que nous subissons ou que les agents de contrôle subissent n’apparaissent nulle part. Le « community manager » de la TAN regarde ailleurs, comme la direction d’ailleurs », relève un agent chevronné de la TAN. « Faut que ça roule, faut que personne n’en parle, faut que tout aille bien sur le papier, c’est tout ce qui leur importe. » https://www.breizh-info.com/2019/07/04/122652/transports-en-commun-nantais-incivilites […]

Comments are closed.