Rennes : deux ans fermes pour l’agresseur sexuel étranger en récidive

A LA UNE

Self défense financier pour investisseurs et petits épargnants. Et si vous tentiez la stratégie Alpha ? [Interview]

Nous avons annoncé récemment la parution, aux éditions Cultures et Racines, du livre « LA STRATÉGIE ALPHA : LE...

Bien avant le Covid-19. Comment l’Europe a-t-elle fait face à la Peste noire ?

Il est utile de rappeler d’abord ce que fut la Peste Noire. Une épidémie d’ampleur colossale qui toucha une...

Mickaël Mary : « J’ai souhaité proposer un panorama de la grande richesse naturaliste en baie du Mont St Michel »

Inscrits au Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis 1979, le Mont-Saint-Michel et sa baie sont une destination touristique incontournable qui...

Anne-Sophie Chazaud : « En France, la pensée dite progressiste contient en son sein un ferment puissamment liberticide »

Anne-Sophie Chazaud, philosophe et essayiste, a publié il y a plusieurs semaines un livre important, « Liberté d’inexpression: nouvelles...

Covid-19. Toujours pas de vraie 2ème vague en vue mais un rebond saisonnier d’ampleur limitée pour l ‘Europe et les USA

Au niveau planétaire, si la contamination progresse principalement en Europe, la courbe générale des décès ne permet pas encore...

L’arrivée en Bretagne a été dure pour cette étudiante allemande, arrivée à Rennes par le dispositif Erasmus quelques jours avant le 1er septembre 2018. Ce jour-là, dans la nuit du 1er au 2, lorsqu’elle rentre dans sa cité universitaire vers 5 heures du matin, elle se fait agresser sexuellement par un homme qui la plaque contre un mur, l’embrasse de force, la menace – « est-ce que tu veux mourir ? » et l’agresse sexuellement. La victime réussit à lui échapper et se réfugier chez un camarade.

Confondu par son ADN retrouvé sur la ceinture de la victime, un homme a été interpellé en février 2019. Il s’appelle M.M et utilise un nom et un prénom courants au Pakistan et sur le sous-continent indien. Or il est récidiviste : en 2012, à Rennes, encore mineur, il avait déjà agressé une femme qui rentrait de soirée. Il avait été condamné par le juge pour enfants le 27 septembre 2016.

Devant les forces de l’ordre il a nié l’agression sexuelle ; devant le tribunal il offre un visage contrit qui convainc, malgré l’état de récidive légale. Il est donc condamné à un an ferme pour cette agression sexuelle, et un an ferme de plus issu de la révocation de son sursis de 2016, sans aménagement, et avec suivi socio-judiciaire pendant quatre ans. Il sera en outre inscrit au FIJAIS (Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles et violentes).

Des gangs de violeurs pakistanais en Angleterre

De l’autre côté de la Manche, la chronique a été défrayée par des gangs entiers de violeurs issus du sous-continent indien. Les violeurs ? Des Pakistanais de confession musulmane. Les victimes, très souvent blanches, vulnérables et mineures, souvent aussi alcoolisées et droguées avant les viols. Certaines ont été transformées en esclaves sexuelles, battues, violées et droguées. En Angleterre, une enquête a révélé en 2017 que 85% des hommes condamnés pour leur appartenance à des gangs de violeurs depuis 2005 étaient d’origine indo-pakistanaise.

Ainsi, huit hommes ont été condamnés en 2018 pour de nombreux viols sur mineurs à Oxford entre 1998 et 2005. A Telford, un gang de pakistanais a violé plus de 1.000 filles pendant quarante ans. Les autorités et les travailleurs sociaux savaient, mais avaient peur de passer pour racistes. A Huddersfield, un gang de pakistanais a commis au moins 22 viols en sept ans – les violeurs ont été jugés à Leeds et pour ne pas blesser la communauté pakistanaise, la publicité du procès a été interdite à la presse.

A Rotherham, sept violeurs pakistanais ont violé et exploité sexuellement des jeunes filles de la classe ouvrière blanche, faisant 1.500 victimes en 16 ans. Là encore, la police et les services sociaux savaient et ont laissé faire pour ne pas être accusés de racisme. Des plaintes ont été enterrées, les bureaux d’une association qui enquêtait sur les viols de Rotherham cambriolés et les dossiers volés. Pour les services sociaux, les victimes étaient des « white trash », des cas sociaux blancs.

Louis Moulin

Crédit photo : Rotherham lors d’une manifestation de l’English Defence League contre les abus sexuels, photo Paige… [cc] international 4.0 via Flickr
[
cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Les escape game d’Ille-et-Vilaine tentent un recours en justice face à l’obligation de fermeture

Après les salles de sports il y a quelques semaines, ce sont aujourd'hui les escape game d'Ille-et-Vilaine qui tentent...

Eric Zemmour : « Erdogan est le révélateur d’un conflit de civilisations »

Eric Zemmour : « Erdogan nous ramène à notre statut de chrétien, Erdogan est le révélateur d’un conflit de...

Le Salon d’art de Saint-Aignan-de-Grandlieu : à découvrir en un temps d’isolement !

Chaque année Saint Aignan de Grand Lieu, petite commune aux confins du Pays de Retz en Loire Atlantique organise un «  Salon d’art »,...

Santé. Peut-on vraiment se débarrasser des acouphènes ?

Les acouphènes perturbent la vie de millions de personnes en France, dont une partie avec des formes sévères. Quelles causes et quels remèdes face...

Comptalib. L’avenir du logiciel comptable pour les entrepreneurs ?

Comptalib, est un logiciel en ligne qui entend venir en aide à tous les entrepreneurs et experts-comptables en balisant tout le parcours de la...

Pour le tribunal d’Auch, décrocher le portrait d’Emmanuel Macron relèverait de la liberté d’expression

Le tribunal de grande instance d’Auch a relaxé les cinq prévenus qui étaient poursuivis pour vol en réunion après le décrochage de trois portraits...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -