La Bretagne est bien fournie en parcs d’attraction à taille humaine. Parmi ceux-ci, le plus familial est sans conteste celui de Bégard, entre Lannion et Guingamp, à 30 km de la Côte de Granit Rose. Les plus et les moins.

Tarifs Armoripark : s’amuser sans se ruiner

Il faut compter 12 à 13 euros par personne pour l’entrée. C’est gratuit pour les moins de 4 ans. Certains mercredis hors saison, cela peut descendre à 5 euros. Une fois l’entrée passée, toutes les attractions sont gratuites.

Pour les plus fauchés, on peut pique-niquer installés sur des tables sous un grand auvent, avec un café au distributeur à 1 euro. Pour une fois, le snack-bar n’est pas un traquenard : on peut offrir sans trop de remords un chocolat et une crêpe pour 3 euros, ou envisager une belle barquette de frite à 3,5 euros, sans avoir à consulter au préalable son conseiller bancaire.

31 attractions parfois rustiques mais bien conçues

A ces prix-là, il ne faut pas s’attendre à Disneyland Paris, ni même à la Récré des Trois Curés.

Vous pourrez plutôt faire du pédalo sur un étang, du Pentogliss (un supertobbogan à 5 lignes de rang d’une dizaine de mètres), de la tyrolienne, très impressionnante, du filet dans les arbres, ou encore un genre de gros bobsleigh très amusant…dans ce dernier cas, c’est à vous de monter votre luge en haut de la pente, pour gagner le droit de la dévaler ensuite…les gamins se font ainsi les muscles tout en épargnant la planète !

L’activité piège : le minigolf de 18 trous, plus difficiles les uns que les autres. Au début, vous vous dites : « Chouette ! Voilà qui nous change des jeux électroniques ». Mais si votre enfant est du genre méticuleux et à cheval sur les règles, vous risquez de devoir y passer un certain moment !

L’ensemble est très varié et convivial : on peut ajouter encore la piscine couverte et chauffée, ou pour les plus petits les animaux de la ferme ou les installations gonflables.

Bref de quoi sauter, glisser, rebondir, pédaler, naviguer, grimper, viser, s’envoler…jusqu’à épuisement !

N’emmenez pas vos ados !

Le public cible part des bambins jusqu’aux pré-ados, disons jusqu’à 12 ans. Au-delà c’est à vos risques et périls.

On croise bien des petites bandes joyeuses de collégiens et collégiennes qui viennent y vivre des émotions de leur âge. Pour les jeunes Bégarrois abonnés à l’année, la promenade à Armoripark remplace la ballade en centre-ville ou au centre commercial. Mais si l’ado en question devait faire les mêmes attractions en présence de ses parents, nul doute qu’il ferait une autre figure.

L’âge idéal, c’est autour de 8-10 ans : les enfants peuvent alors largement évoluer en solo et leur accompagnateur explorer le bar en toute autonomie.…

Paramétré pour le climat breton

En recherche d’activité famille par temps de pluie autour de Lannion ?  Vous êtes sur la côte de Granit Rose et ce matin comme souvent en Bretagne, le temps est frais sans être froid, avec de gros nuages à l’horizon. Un temps idéal pour quitter la plage et découvrir Armoripark.

S’il se met à crachiner, vous pourrez quand même faire du pédalo. S’il averse, vous patienterez en buvant un coup bien à l’abri. A l’averse suivante, vous irez à la piscine, à l’entrée du parc. S’il pleut toute la journée…là vous aurez le droit de pester contre l’Océan et de regretter vos euros…

Infos pratiques Armoripark

Ouvert du 6 avril au 15 septembre, de 11 h à 18 h.

Le parc se trouve sur la grande route entre Guingamp et Lannion.  Possibilité de venir par bus depuis Lannion, Guingamp et même Saint-Brieuc.

A la porte de ce point d’attraction touristique, le Camping du Donant, qui a ses habitués venus de toute la France et qui vit en synergie avec le parc.

Voir le site très bien fait d’Armoripark : https://www.armoripark.com/index.php?l=fr

« Un genre de kolkhoze heureux » : l’histoire d’un projet de développement local

Armoripark est l’exemple réussi d’un rêve bon enfant : donner aux enfants du peuple la vie de château, le temps de quelques après-midis.

A l’origine, le terrain était celui d’une grosse ferme seigneuriale, dont il reste quelques bâtiments agricoles et un colombier surmonté de deux chênes aériens, symbole du parc et de la ville. Le seigneur étant parti, la mairie de Bégard, communiste, a municipalisé le domaine il y a plusieurs décennies et l’a mis à disposition de ses jeunes administrés.

Puis l’idée fut de transformer le parc de ville en parc touristique. Celui-ci est resté une entreprise communale, qui participe du développement de ce coin de ruralité assez isolé. En 2014, près de 67 000 visiteurs l’ont visité, faisant rentrer 560 000 euros dans cette commune de 5000 habitants ; les dépenses se montaient à 720 000 euros (1). Chaque saison est donc un défi pour pérenniser cette petite structure qui emploie de jeunes saisonniers.

Enora

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine