Le MoDem de Brest vient de lancer la plateforme Brest Demain pour, selon ses instigateurs, « dépasser les clivages politiques, rassembler les Brestois avec un projet collectif et construire un contrat de majorité municipale clair pour l’avenir ».

Nous avons interrogé David Guillerm, qui mène la barque, à quelques mois des élections municipales qui sont bien entendu en point de mire de l’équipe qui se forme. Avec pour objectif l’ambition de reprendre à François Cuillandre la cité du Ponant. Nous lui avons évoqué le bilan du maire sortant, mais aussi les problèmes d’insécurité qui croissent à Brest, et la situation politique dans la ville.

Ce dernier a souhaité nous répondre en utilisant l’écriture inclusive, selon lui « un choix pratique. Elle permet de parler de tout le monde sans restriction ».

Breizh-info.com : Qui est derrière ce collectif ? Y’a t’il des personnalités déjà impliquées dans la vie politique à Brest ?

David Guillerm (Brest demain) : La plateforme brestdemain.fr a été lancée à l’initiative des militants brestois du MoDem, de citoyens humanistes et centristes et sympathisants afin de dépasser les simples étiquettes et permettre de travailler ensemble sans condition d’adhésion spécifique à un parti politique.

Pour rassembler, nous avons ainsi imaginé une charte de gouvernance, 5 engagements que portera notre groupe sur la transparence, le développement durable et la démocratie locale pour impliquer toute la ville dans une transformation nécessaire.

Au sein du collectif, je [David Guillerm] représente le MoDem en tant que chef de file sur Brest. Nous pouvons également compter sur Christine Margogne, élue municipale MoDem ainsi que d’autres élus du groupe Brest Nouvelle Alternative, des militants et des citoyens engagés de longue date pour la ville.

Breizh-info.com : A un an des élections municipales, ce collectif a-t-il une visée électorale ? 

David Guillerm (Brest demain) : Avec Brest Demain, nous voulons permettre aux Brestoises et Brestois d’imaginer l’avenir ensemble pour construire une ville plus belle et plus audacieuse. Nous sommes à l’écoute pour comprendre les problèmes du quotidien dans les quartiers, sur les crèches, la sécurité ou l’activité du centre-ville pour les commerces.

Les élections municipales de 2020 sont un moment important. Il permet de proposer des solutions innovantes pour améliorer le quotidien mais également d’imaginer les grands projets structurants pour les 20-30 prochaines années. Nous serons présents à ce rendez-vous car nous portons des idées nouvelles pour Brest et la ville a besoin de renouvellement. Nous présenterons le moment venu la forme de notre engagement pour les Brestois.e.s.

Breizh-info.com : La ville de Brest a réputation d’être une ville qui se dégrade en terme d’atmosphère, notamment sur la question de la sécurité des biens comme des personnes. Qu’en dites vous ?

David Guillerm (Brest demain) :  Il y a un sentiment d’insécurité qui s’est beaucoup développé ces dernières années et la majorité socialiste a refusé d’y répondre en prétextant que c’était à l’État de régler ces questions. La municipalité a pourtant des pouvoirs et des outils mis à disposition.

Brest ne doit pas devenir un ghetto où les petits trafics prospèrent et nous souhaitons tous que la sérénité revienne dans nos rues et nos quartiers.

Avec des trafics de drogue au pied de la mairie, les problèmes d’alcoolisme et les dégradations répétées et voitures brûlées, l’équipe de François Cuillandre a laissé émerger ce sentiment d’insécurité. Nous avons tous aujourd’hui dans notre entourage des personnes qui vivent avec ce sentiment.

Heureusement, Brest est loin d’atteindre le niveau d’autres villes françaises mais il ne faut pas attendre le pire pour réagir. On peut aujourd’hui sortir des postures dogmatiques pour apporter des solutions avec un ensemble de mesures fermes et justes : présence accrue du service public par le biais d’une police municipale et de médiateurs, vidéoprotection sur les lieux à problèmes comme la place de la Liberté, actions sociales pour les déclassés, etc.

Notre responsabilité est de mettre en place un arsenal de mesures qui soit dissuasif mais pour que celui-ci fonctionne, il faut des représentants pour faire respecter la loi et appliquer les sanctions. C’est pour ces raisons que Brest doit certainement se doter d’une police municipale.

Breizh-info.com : Vous parlez de « sentiment d’insécurité ». Les faits quotidiens notamment en centre-ville et dans certains quartiers (violences, agressions, incencies) ne montrent-ils pas qu’il ne s’agit pas d’un simple « sentiment »  mais bien d’une réalité ?

David Guillerm (Brest demain) : Les faits que nous décrivons sont des actes en effet. Nous parlons de sentiment d’insécurité, non pas pour réduire ces actes, mais parce que Brest reste, malgré les problèmes décrits, relativement sécurisée par rapport à d’autres villes en France ou ailleurs.

Le sentiment d’insécurité permet de d’écrire quelque chose de plus globale et de plus subtile car il va au-delà des simples faits, c’est un poison lent dans l’esprit des citoyens qui ont besoin d’être rassurés. À partir du moment où la ville laisse se développer un tel sentiment, même si les actes criminels baissent, l’image dans l’opinion reste durablement négative. Il faut donc agir vite et concrètement pour stopper les problèmes et le développement de ce sentiment.

Breizh-info.com : Quels sont les autres grands chantiers, selon vous, à réaliser dans la cité ?

David Guillerm (Brest demain) : Brest a besoin de retrouver de la solidarité entre ces habitants. Un projet collectif.

Pour les militants de Brest Demain, nous devons permettre aux citoyens de se réapproprier leur quartier et leur ville avec de vraies consultations pour imaginer les projets futurs. Sur l’écologie mais aussi sur l’urbanisme et surtout sur la création artistique, Brest doit être plus audacieuse et innovante.

La question est de savoir si on veut rester une ville moyenne parmi les autres ou si nous voulons devenir un modèle d’art de vivre, de développement durable et culturel pour les autres. Nous avons fait le second choix.

Ensemble, avec de la fierté et de la volonté, nous pouvons réussir ce projet. L’important est de définir un modèle comme objectif et nous pourrons collectivement décliner les solutions pour le mettre en place.

Sur brestdemain.fr, nous présentons des exemples de ville pour montrer où nous souhaitons amener Brest : de Vancouver avec son art-de-vivre et son tourisme écolo à Nantes et son attractivité économique, en passant par Copenhague la capitale du vélo, San Francisco la ville zéro déchet, Le Havre avec son design architectural innovant ou encore Brighton et sa scène culturelle.

Breizh-info.com : Quel bilan tirez vous de la mandature Cuillandre ?

David Guillerm (Brest demain) : Il faut reconnaître les grands changements dans la ville au cours des 30 dernières années et une bonne gestion générale du budget même si tout cela a pu manquer d’audace.

Le bilan écologique est désastreux pour une majorité qui compte pourtant des écologistes avec un étalement urbain sans limite de la métropole, des bâtiments sans conception durable, sans parler de l’affaire de la Ferme de Traon Bihan. Les écologistes devraient sérieusement réfléchir à signer une nouvelle fois avec les socialistes.

Aujourd’hui, nous observons la fin d’un cycle. Ce dernier mandat aura cruellement manqué d’idées avec des blocages dogmatiques qui auront empêché de régler les problèmes de sécurité ou d’attractivité économique du centre-ville.

Après 30 ans, La ville a maintenant besoin d’une nouvelle équipe pour incarner de nouveaux projets, oser innover sur l’écologie positive et ouvrir Brest sur le monde. C’est avec sérieux et volonté que nous proposons aujourd’hui de construire un projet avec tout ce qui se reconnaissent dans notre démarche.

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine