Relayant l’exotisme orientaliste, une curieuse mode « maurophile » s’est imposée dans le paysage historiographique : la fin de l’al Andalus musulman aurait été une catastrophe historique et culturelle, la Reconquête elle-même, qui a pourtant déterminé, huit siècles durant, l’émergence de la nation espagnole, ne serait qu’une invention d’historiens inspirés par une vision « nationale-catholique » portée par le franquisme.

Cette lecture de l’Histoire va de pair avec la culpabilisation d’une Espagne catholique accusée de tous les maux et avec la valorisation d’un passé musulman paré de toutes les vertus. Ce « paradis multiculturel » favorable au « vivre ensemble » ne correspond cependant pas à l’image idéale que veulent en donner aujourd’hui nombre de ses défenseurs et il apparaît nécessaire de dénoncer les mensonges et les anachronismes, le sort des dhimmi – chrétiens et juifs –n’était en fait guère enviable.

C’est en invitant les meilleurs spécialistes à faire part du résultat de leurs recherches que l’Association Pour l’Histoire entend apporter sa pierre à la construction d’une approche du passé débarrassée des préjugés d’un « historiquement correct » dont les mythes incapacitants n’ont d’autre objectif que de faire accepter par les peuples européens réticents l’utopie multiculturelle que certains s’efforcent d’imposer.

Programme:

Philippe Conrad: Une histoire instrumentalisée au service d’une idéologie.

Serafin Fanjul: La construction du mythe d’al Andalus dans l’historiographie française et européenne.

Dario Fernandez Morera: La vision d’al Andalus chez les historiens anglo-saxons.

Marie-Thérèse Urvoy: Le statut des « dhimmis » et la « tolérance » selon les textes islamiques.

Rafael Sanchez Saus: Le sort des chrétiens d’al Andalus

Dominique Urvoy: L’héritage intellectuel d’al Andalus.

Arnaud Imatz: La « légende noire » espagnole.

Colloque : 6 octobre, ASIEM, 6 rue A de Lapparent 14 h-18 h

Pour s’inscrire, écrivez par email sur [email protected]

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine