Pape François : l’identité « ne se négocie pas », mais…

A LA UNE

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

4 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour Damien T, le gifleur de Macron. Un prisonnier politique ?

Le tribunal correctionnel de Valence a condamné jeudi Damien T, le jeune homme qui a giflé (et pas «...

Nantes : les règlements de comptes à l’arme blanche entre clandestins maghrébins se multiplient

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, quai de la Fosse, un extra-européen qui se dit âgé de...

Les deux Irlandes et la diaspora. Anne Groutel évoque ces 70 millions d’Irlandais qui vivent ailleurs dans le monde [Interview]

Anne Groutel est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et docteur en études irlandaises. Chercheuse, elle est...

Dans un entretien accordé à un quotidien italien le 9 août, le pape François a dénoncé l’idée de « souverainisme », qu’il considère comme une attitude de « fermeture » qui « mène à la guerre ».

Pape François : « souverainisme » et risques de guerre

Les dernières déclarations à la presse du Souverain pontife ont, une nouvelle fois, déclenché une polémique. Dans les colonnes de La Stampa vendredi 9 août, le pape François a tenu à dénoncer le courant souverainiste qui traverse plusieurs pays d’Europe actuellement. À commencer par l’Italie.

À ce sujet, le pape François estime que les courants souverainistes représentent une attitude de « fermeture » qui « mène à la guerre ». Dans le même temps, il a affirmé que le populisme avait un discours « très proche » tandis que la coalition à la tête de l’Italie est en pleine crise politique suite à la volonté de Matteo Salvini d’organiser des élections anticipées. « Les populismes nous mènent aux souverainismes : ce suffixe en « isme » ne fait jamais du bien », a-t-il ajouté.

Un souverainisme qui préoccupe le pape. Lequel considère que les discours entendus ici et là ces temps-ci « ressemblent à ceux d’Hitler en 1934. « Nous d’abord. Nous…nous »: ce sont des pensées qui font peur ». En s’abstenant toutefois de pointer du doigt directement le ministre de l’Intérieur italien.

Souverain mais pas fermé

Sur cette question de la tentation d’un repli identitaire, le pape François poursuit : « Un pays doit être souverain, mais pas fermé. La souveraineté doit être défendue, mais les rapports avec d’autres pays, avec la Communauté européenne, doivent également être défendus. Le souverainisme est une exagération qui finit toujours mal ». Et donc de citer la menace guerrière en guise de conséquence.

Par ailleurs, le pape François, non sans paradoxe par rapport à ses prises de position pro-migrants extra-européens, a déclaré que l’Europe doit être sauvée parce qu’elle est un patrimoine qui « ne peut pas et ne doit pas se dissoudre ». Le Souverain pontife préconise un dialogue et une écoute « à partir de sa propre identité » en s’appuyant sur des valeurs humaines et chrétiennes. Celles-ci constitueraient, pour le Vatican, l’antidote contre les souverainismes et les populismes, et le moteur pour « un processus de relance » qui « puisse avancer sans interruptions ».

Pape François

Le pape François et l’identité qui « ne se négocie pas »…

Toujours sur la thématique européenne, le pape a fait part de son souhait que l’Europe redevienne conforme au « rêve des pères fondateurs ». Pour cela, le Souverain pontife souhaite que se concrétise cette « unité historique et culturelle, outre que géographique » que représente le continent européen.

Avant de se réjouir de la nomination d’Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne, « peut être adaptée à raviver la force des pères fondateurs », car « les femmes ont la capacité de mettre en commun et d’unir ».

Dans cet entretien, le pape semblait décidément porter sur la question identitaire, celle-là même qui tiraille le Vieux Continent. Il a ainsi ajouté que « l’Europe a des racines humaines et chrétiennes ». Quant à l’identité, elle « ne se négocie pas » et elle est « une richesse culturelle, nationale, historique et artistique » propre à chaque pays selon lui.

Arthur Keraudren

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Ravage, le roman de Barjavel adapté en bande dessinée

En 1943, dans Ravage, René Barjavel dénonce les dangers d’une science que l'être humain ne maîtrise plus. Ce roman...

Valls : 60% eus an divizoù a zo e spagnoleg el liseoù

Ouzhpenn anv ur ministr kozh cheñch-dicheñch eo Valls, anv ur ger eus Katalonia-ar-su eo. E penn ar c'huzul-kêr emañ...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

L’Afrique réelle n°138. Ceuta et Melilla : les nouvelles portes de l’immigration

L'Afrique réelle n°138 est sorti. Pour vous abonner, c'est ici Sommaire Actualité : Ceuta et Melilla Plazas de soberiano et portes de l’immigration Dossier : La question ethnique et...

Royaume-Uni. Des arrivées records de migrants en provenance de France au mois de mai [Vidéo]

À la fin de ce mois de mai 2021, les autorités du Royaume-Uni ont vu un nombre record de migrants en provenance de France...

Nantes : un Tunisien de 18 ans en situation irrégulière et herbergé à l’hôtel via l’association Aemina interpellé après une attaque à la machette

Un Tunisien de 18 ans en situation irrégulière et herbergé à l'hôtel via l’association Aemina a été interpellé après une attaque à la machette...

Eric Zemmour : « Nous assistons à un renversement. Un vieux peuple subverti par des vagues migratoires qui lui changent sa civilisation »

Eric Zemmour : « C’est la démographie qui fait l’Histoire. Nous assistons à un renversement. Un vieux peuple subverti par des vagues migratoires qui...