Jacline Mouraud envisage une seconde carrière politique : élue locale, à Bohal. Évidemment les télévisions ne risquent pas de suivre sa campagne au cœur de la Bretagne. S’intéresse-t-elle toujours aux finances publiques ? A-t-elle lu la récente loi de règlement du budget ?

Candidate à Bohal ?

Si les prochaines élections municipales échauffent les esprits politiques à Nantes et à Rennes, elles tracassent également les notables des communes rurales. C’est le cas dans le Morbihan, à Bohal (850 habitants), près de Ploërmel. Là, la vedette locale s’appelle Jacline Mouraud, accordéoniste et hypnothérapeute. On se souvient qu’elle fut à l’origine du mouvement des Gilets jaunes. Depuis cette période glorieuse, elle « a créé Les Émergents, son propre parti, qu’elle souhaite transformer en « groupe de réflexion politique ». Et assure avoir reçu « une dizaine de demandes » de soutien pour les municipales. Surtout, elle dialogue avec l’actuel maire de Bohal pour faire partie de sa future liste ou se présenter à sa place. André Piquet, à la tête de sa commune depuis 1989, devrait prendre sa décision « en septembre », indique-t-il. En attendant, Jacline Mouraud écrit un livre et assure que « la vie politique prend tout son temps » (Le Figaro, jeudi 8 août 2019).

Que faire du « pognon » des Français ?

Dans sa fameuse vidéo coup de gueule, elle avait dénoncé la flambée du prix des carburants et «  la traque aux conducteurs ». Et d’interpeller Emmanuel Macron : « Mais qu’est-ce que vous foutez du pognon des Français ? ». Grâce à la loi du 1er août 2019 de règlement du budget et d’approbation des comptes de l’année 2018, on peut lui répondre. D’abord le déficit de l’État atteint 76 milliards d’euros ; en clair, pour équilibrer les comptes, il faudrait réaliser des économies formidables – par exemple supprimer le prélèvement au profit de l’Union européenne (20 milliards d’euros), faire disparaître la mission « immigration, asile et intégration » (1,5 milliards d’euros), renoncer à payer les intérêts de la dette (41,5 milliards d’euros)…

Ensuite, il y a toujours moyen de « raboter » certaines dépenses concernant des dépenses chers au cœur de Jacline Mouraud : Police nationale (10,5 milliards d’euros), la gendarmerie nationale (8,7 milliards d’euros), et surtout la mission « Défense » (43,2 milliards d’euros). « Selon l’état-major des armées, le surcoût en 2018, des opérations extérieures et intérieures peut être estimé comme suit (solde des militaires non comprises). Mission Barkhane au Sahel : 700 millions d’euros, soit près de 2 millions par jour ! Mission Chammel au Levant : 460 millions. Mission Sentinelle en France : 215 millions. » (Le Canard enchaîné, 28 novembre 2018).

Avec son  rabot, Jacline Mouraud pourrait également s’attaquer à la présidence de la République (103 millions), à l’Assemblée nationale (517,8 millions), au Sénat (323,5 millions), etc. Son « groupe de réflexion politique » va certainement trouver des solutions.

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine