Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Démographie. Les femmes immigrées beaucoup plus fécondes que les autochtones françaises

Une étude de l’INSEE publiée mardi 28 août s’intéresse à la fécondité des femmes en France, notamment en fonction de leurs origines : immigrées et non immigrées. Et cette fécondité diffère grandement entre les deux…

Les femmes cadres ont moins d’enfants

D’un point de vue socioprofessionnel, le document, réalisé à partir d’une analyse des chiffres recueillis sur l’année 2016, nous indique que les femmes cadres sont celles qui ont généralement le moins d’enfants. Avec un ICF (indice conjoncturel de fécondité) de 1,64, elles ont tendance à moins procréer que les employées (1,91). Ces dernières seraient donc les plus fécondes d’après l’INSEE, devant les ouvrières (1,76), les professions intermédiaires (1,75) ou encore les artisanes, commerçantes et cheffes d’entreprise (1,70).

Femmes immigrées

Un autre point retient notre attention : les femmes qui n’ont jamais travaillé se distinguent par une fécondité forte (2,57). Parmi elles, 29 % ne sont ni élèves ni étudiantes et leur ICF atteint alors 3,24 enfants par femme.

Par ailleurs, si les femmes cadres sont celles ayant le moins d’enfants, elles sont aussi celles dont l’âge moyen est le plus élevé à la naissance de leurs enfants : 33 ans. À noter que cet âge moyen de procréation est en augmentation pour toutes les catégories socio-professionnelles par rapport à 1999.

Femmes immigrées : une fécondité plus forte

L’enquête de l’INSEE offre également une autre grille de lecture permettant de distinguer la fécondité des femmes immigrées et celle des non immigrées. Et les conclusions sont éloquentes ! En 2016, l’ICF moyen de l’ensemble des catégories socio-professionnelles pour une femme immigrée est de 2,72 quand, dans le même temps, il n’est que de 1,79 pour les femmes non immigrées. Soit un écart de 0,93 enfant par femme et une fécondité de 52 % plus élevée pour les femmes immigrées. Le record de fécondité étant atteint par les immigrées non étudiantes et n’ayant jamais travaillé : 4,17 enfants par femme.

Par immigré, l’INSEE désigne « une personne résidant en France née à l’étranger et de nationalité étrangère à sa naissance ». Sont donc exclues de cette catégorie les femmes nées en France mais d’origine allochtone. Une précision indispensable si l’on cherche à quantifier plus précisément le nombre de naissances d’enfants d’origine extra-européenne en France. Il faut notamment pour cela se référer aux différentes études sur le dépistage de la drépanocytose.

Le rapport révèle également que, sans les femmes immigrées, le niveau de la fécondité en France en 2016 serait inférieur de 0,12 enfant par femme. Cette prépondérance des femmes immigrées en termes de fécondité est déjà apparue dans de précédents travaux de l’Ined : la part des naissances de mères immigrées dans l’ensemble des naissances en France était de 19 % en 2017 tandis que la part des femmes immigrées parmi la population féminine de 15 à 50 ans n’était en moyenne que de 12 %.

femmes immigrées

Hommes immigrés : eux aussi plus féconds

Chez les hommes, l’écart de fécondité entre les immigrés et les non immigrés est aussi très présent :Femmes immigrées

Si l’ICF moyen de l’ensemble des catégories socio-professionnelles n’est que de 1,79 en 2016 pour les hommes non immigrés, il atteint 2,84 chez les immigrés.

Enfin, il existe une différence troublante parmi les hommes non étudiants et n’ayant jamais travaillé : si les non immigrés ont une fécondité très réduite (0,78), celle-ci est de trois enfants par homme inactif chez les immigrés. Une différence culturelle dans l’approche des problèmes matériels engendrés par une telle situation ?

Arthur Keraudren

Crédit photo : Flickr (CC BY 2.0/DFID – UK Department for International Development) (Photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Châteaubriant, Immigration

Châteaubriant (44) : 7 collectifs de “chrétiens de gauche” vont animer une réunion publique sur l’immigration

Découvrir l'article

International

Le gouvernement Irlandais réduit les dépenses d’argent public pour les réfugiés Ukrainiens

Découvrir l'article

Environnement, Immigration, Politique

Comprendre les ONG, ces nouveaux mercenaires. Le libre journal de l’Institut Iliade

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration. 15 pays de l’UE (la majorité donc…) souhaitent des transferts de migrants plus faciles vers des pays tiers

Découvrir l'article

Sociétal

68% des Français favorables à l’arrêt des subventions aux associations d’aide aux migrants entrés illégalement sur le territoire

Découvrir l'article

Politique

Eric Zemmour sur BFM TV à propos du drame d’Incarville : « Je propose la remigration pour les criminels d’origine étrangère »

Découvrir l'article

International

Immigration au Royaume-Uni. Le rapport choc.

Découvrir l'article

Immigration, Local, RENNES

Mercredi 15 mai, les pro-immigrations vont perturber le centre-ville de Rennes

Découvrir l'article

A La Une, Immigration

Explosion de la violence en Allemagne : Les immigrés représentent 14,6% de la population mais sont responsables de 58,5% des crimes violents…

Découvrir l'article

A La Une, Economie, International

Royaume-Uni. Contrairement à ce qu’indique la doxa gauchiste, les niveaux record d’immigration n’ont pas réussi à stimuler l’économie

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky