Nantes. Le fond de caisse d’un dealer découvert à Bellevue : plusieurs dizaines de milliers d’euros

A LA UNE

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Plusieurs dizaines de milliers d’euros en petites coupures ont été découverts dans une cave de Bellevue le 30 août dernier dans le cadre d’une mission de sécurisation des halls et des caves d’immeubles investis par le deal de drogue.

Selon un proche du dossier, cette découverte représenterait « le fond de caisse d’un dealer », utilisé pour « rendre la monnaie aux clients, remettre l’argent dans le circuit, payer les charbonneurs [dealers], les nourrices [personnes qui cachent la drogue et où se réfugient les dealers en cas d’opération policière] et les guetteurs, demander certains services, etc ».

Le trafic de drogue, aux mains de neuf familles dont sept issues du Maghreb à Nantes, génère des revenus colossaux… et une consommation de drogue non moins importante, du fait d’un marché local – en demi-gros et au détail – impressionnant. Cette situation est aussi liée aux pressions et intimidations – contre les riverains, mais aussi les juges et même la police – exercée par les chefs de réseaux, sûrs de leur impunité.

« Les dealers de Nantes alimentent aussi les trafics dans d’autres villes moyennes alentour, et même au-delà de la région », relève une source proche du dossier. « Il suffit notamment de s’intéresser aux liens, notamment commerciaux, entretenus par certaines familles avec d’autres, en Île-de-France et dans le Languedoc, près de la frontière espagnole ».

Les revenus du trafic sont réinvestis « en objets de luxe, mais aussi et surtout en investissements au pays, et dans certaines entreprises ici qui couvrent l’activité – un garage peut ainsi servir de support à l’organisation de go-fast, ou à l’organisation d’une activité triangulaire entre la France, le Maroc et l’Algérie : ils exportent des voitures et rentrent d’autres biens, parmi lesquels est cachée la drogue ».

Par ailleurs, les tests pratiqués sur les 1.5 kilos de drogue de synthèse à la naphtaline retrouvés plus tôt à Bellevue ont révélé la présence de kétamine et de GHB. La seconde, l’acide gammahydroxybutyrique, plus connu sous le nom de drogue du violeur, a des propriétés sédatives et amnsésiques. Le GHB était employé en médecine pour soigner la narcolepsie, mais est souvent employé par les violeurs en milieu festif dissous dans une boisson – dont il ne modifie ni l’aspect ni le goût – pour endormir la victime et faciliter l’acte sexuel.

La kétamine, utilisée comme anesthésiant en médecine vétérinaire et humaine, provoque des troubles hallucinatoires et d’impression délirantes. Elle élève aussi la fréquence cardiaque et la tension artérielle, réduit le rythme respiratoire. En association avec l’alcool et d’autres produits stupéfiants, elle peut entraîner la mort, surtout à forte dose et sur un usager non habitué. Quant à la naphtaline à forte dose, elle provoque la destruction des globules rouges – une anémie hémolytique –, a des effets cancérigènes prouvés sur l’animal et probables chez l’homme, et des effets pulmonaires. Reste à savoir si d’autres quantités de drogues semblables ont été produites et dans quel but quelqu’un a associé le trio infernal kétamine, GHB et naphtaline.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Côtes-d’Armor : Le plan Alerte enlèvement déclenché pour un enfant de 8 ans

L'alerte a été lancée samedi matin par le ministère de la Justice pour retrouver un enfant qui aurait été...

Démarches administratives en ligne : comment éviter les arnaques ?

Si de plus en plus de démarches administratives sont réalisables en ligne, plusieurs sites peu recommandables proposent aux consommateurs...

Articles liés

Entretien avec Marc Le Bourhis à propos de l’incendie de la cathédrale de Nantes

Le 18 juillet 2020, la cathédrale de Nantes était en proie à un incendie. Les flammes ont notamment détruit le grand orgue dont la...

FC Nantes – FC Lorient : le résumé de la rencontre (0-1)

Ce mercredi, le FC Nantes affrontait le FC Lorient, au Stade Moreau-Defarges de La Baule pour le cinquième match amical des hommes d'Antoine Kombouaré....

Nantes : affaire Steve Maia Caniço – mise en examen du commissaire Chassaing

Il aura fallut deux ans d'enquête pour aboutir à une première mise en examen pour homicide involontaire dans l'affaire du décès de Steve Maia...

Nantes. Quelques conseils pour trouver un logement avec un budget étudiant

Plus de 50 000 étudiants de tout horizon viennent chaque année étudier à Nantes, ce qui en fait la 5e ville universitaire de France. Plus...