Qui veut la peau de Breizh-info ?

A LA UNE

Algues vertes. Mise en lumière d’un « très mauvais usage de l’argent public » avant les élections régionales ?

Tandis que la Cour des Comptes doit publier un rapport sur l'efficacité des mesures prises contre les algues vertes...

Scandale en forêt de Lanouée. Le conseil d’Etat autorise la construction d’éoliennes

C'est un véritable scandale validé par le conseil d'Etat, et qui concerne la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. Le...

Bernard Rio (Un dieu sauvage) : « Le monde occidental est désenchanté et même déprimant si on ne prend pas un peu de recul...

Bernard Rio mène une double carrière d’écrivain et de journaliste. Il est l’auteur d’une soixantaine de livres, et a...

Immigration 2019. Seuls 15% des immigrés sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire (OQTF) sont expulsés

C'est un scandale important révélé par la Cour des Comptes dans son rapport intitulé L’entrée, le séjour et le...

Jacques Attali : « Il n y a pas de solution à la pandémie qui ne soit globale, de même qu’il n y a...

Jacques Attali s’est beaucoup exprimé, a beaucoup écrit, au sujet notamment de la pandémie de Covid-19 à travers le...

La majorité de nos lecteurs ne l’ont probablement pas remarqué, mais depuis trois semaines, Breizh-info.com a été totalement effacé du référencement Google Actualités. Conséquence : une baisse significative de notre audience. En effet, si nos articles apparaissent toujours lors d’une recherche Google simple, on ne les trouve plus sur Google Actualités aux côtés des autres journaux, mainstream comme indépendants.

Pourquoi Google a-t-il pris cette décision ? On l’ignore. Plusieurs techniciens de la société nous ont d’abord assuré qu’il s’agissait d’un souci technique. Un détail non corrigé en trois semaines ? Techniquement, Google nous a habitués à plus d’efficacité ! Selon toute probabilité, le déréférencement résulte en fait d’une campagne de pressions menée auprès de la société américaine afin de nous exclure de Google Actualités.

De toute évidence, Breizh-info dérange. Notre site exprime une voix originale, en Bretagne mais aussi dans l’univers francophone. Nous figurons parmi les sites d’information les plus consultés dans toute la France (source : Alexa). Notre audience connaissait ces derniers mois une forte progression qui s’était encore accélérée en juillet. Nous gênons, parce que chez nous la parole est libre et, surtout, parce que nous évoquons et dévoilons des sujets que les autres se refusent à traiter, par conformisme et par soumission au politiquement correct.

Ceux qui voient dans la montée des médias alternatifs une menace pour leur petit ordre établi, ont bien compris que l’arme ultime aujourd’hui, outre la calomnie, le mensonge, l’appel au lynchage et à la délation, c’est tout simplement la censure, la bonne vieille censure au front bas. Une censure 2.0 peut-être, mais toujours efficace.

Google a bâti son succès non seulement sur l’excellence technique mais aussi sur sa réputation de neutralité et d’objectivité. Avec un certain courage, la société refusait à ses débuts de censurer les résultats de son moteur de recherche. L’importance qu’elle a prise dans la société contemporaine lui confère bien sûr une responsabilité. Elle prend des mesures pour lutter contre la cyber-délinquance ? Très bien. Mais pourquoi Breizh-info ?

Jamais condamné, jamais poursuivi, bien informé, notre site est clairement victime d’une discrimination idéologique. À terme, une telle mesure est évidemment négative pour Google qui restreint délibérément la palette d’information présentée à ses utilisateurs. Sa réputation n’en sortira pas intacte. Mais dans l’immédiat, les conséquences pèsent sur Breizh-info.com et elles sont importantes. Depuis trois semaines, notre audience a brutalement chuté (la baisse est estimée à 25-30 %).

Comment vous mobiliser pour Breizh-info.com ?

D’ici 60 jours, comme nous respectons TOUS les critères exigés pour l’intégration dans Google Actualités, nous redemanderons d’être référencés. Si nous n’obtenons pas gain de cause, nous ne baisserons pas les bras. Nous continuerons. Plus forts et plus déterminés que jamais.

Pour nous y aider, nous vous remercions :

  • De vous inscrire impérativement à notre lettre d’information, pour être sûr de recevoir les nouveaux articles, tous les jours. L’inscription doit être faite ici.
  • De partager ce lien d’inscription auprès d’un maximum de vos contacts, pour les inviter également à s’inscrire et à partager.
  • De faire un don à l’Association de soutien à la presse alternative, qui soutient Breizh-info, pour avoir les moyens financiers pour continuer l’aventure dans les meilleures conditions. N’oubliez jamais que Breizh-info n’existe que grâce aux journalistes qui, tous les jours, font des sacrifices et prennent des risques pour vous livrer l’information. Votre soutien est à faire ici.
  • De diffuser cet article massivement, sur les réseaux sociaux, pour faire connaître la situation.

Nous comptons sur vous, qui êtes des centaines de milliers, tous les mois, à lire nos articles. Nous ne vous demandons pas de partager notre ligne éditoriale. Nous ne vous demandons pas d’être en accord avec tel ou tel de nos journalistes. Nous ne vous demandons pas de souscrire à l’intégralité de nos articles. Nous vous demandons simplement de vous mobiliser pour défendre l’espace de liberté que constitue Internet, pour défendre la presse alternative et pour ne pas laisser les GAFA refermer le couvercle de la dictature du politiquement correct après avoir contribué à le soulever.

Car, qui sait, demain, cela pourrait être vous…

Nous maintiendrons !

La rédaction

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Nantes. La pandémie impacte le commerce du centre-ville

La fermeture de la maison de la presse Agora, place de l'Ecluse, mi-avril, rappelle s'il en était besoin qu'une...

Le président irlandais, M. Higgins, demande la fin de l’enseignement séparé en Irlande du Nord

Le président irlandais Michael D Higgins a déclaré que l'éducation séparée en Irlande du Nord ne peut plus être...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.