Arrêté anti-pesticides de Johanna Rolland à Nantes : illégal, inutile et politique ?

A LA UNE

A l’approche des municipales, qui s’annoncent difficiles au vu de l’insécurité et des retombées de l’affaire Steve, Johanna Rolland s’agite frénétiquement pour remonter la pente. Travaux de voirie – parfois inutiles et décriés par les riverains, rencontre avec les nantais – boudée par eux – en centre-ville, et autres décisions d’opportunité foisonnent. Cette fois, reprenant l’idée du maire de Langouët, elle a pris un arrêté illégal, celui d’interdire les pesticides à Nantes.

Il se trouve en effet que le maire dispose d’un pouvoir de police administrative qui s’étend à l’hygiène, mais pas aux pesticides. Comme l’a rappelé le préfet Claude d’Harcourt, l’arrêté est illégal et le tribunal administratif sera saisi si l’arrêté pris le 12 septembre n’est pas retiré. De plus, Johanna Rolland se montre nettement moins empressée à faire valoir ses pouvoirs de police administrative qui rentrent dans sa compétence – l’hygiène par exemple – que ceux où elle n’est juridiquement pas compétente.

Ainsi, les bennes malodorantes ont remplacé des semaines durant le compacteur en panne du marché de Talensac, au grand désespoir des riverains agacés par les odeurs, les rats et le bruit des mouettes. Ledit compacteur est d’ailleurs de nouveau en panne cette semaine, et la benne a fait son retour. Pour longtemps ? Il a d’ailleurs fallu la dernière fois que Johanna Rolland vienne inaugurer le marché de nuit du jeudi soir (16h-20h) et qu’elle soit interpellée sur le sujet par de nombreux riverains et commerçants, pour que la mairie daigne faire quelque chose et rétablir l’hygiène du marché.

Par ailleurs, on peut se demander de la pertinence d’interdire les pesticides en ville, alors qu’ils sont déjà très strictement encadrés voire abandonnés par les services de la ville : la quantité de pesticides déversés a diminué de 93% depuis 2002, tous produits confondus. Nantes serait-elle, comme Chartres, entourée de grandes cultures abondamment traitées ? Pas même. La plupart des espaces encore agricoles autour des secteurs urbanisés sont en friche, voire anthropisés – ce sont notamment des bidonvilles de Roms.

Mais d’après de nombreux nantais,  Johanna ne se soucie ni de la légalité, ni de la pertinence, ni de la cohérence de sa décision. Ce qui compte, c’est le « bon coup politique » souligné par nos confrères d’Ouest-France, un brin admiratifs. Ou ce que l’opposition de droite, réveillée de sa léthargie habituelle, considére par la voix de Laurence Garnier comme de « l’écologie publicitaire, un coup de communication, une annonce totalement inutile ».

Michel, nantais qui tient un petit jardin commente : « cette décision ne changera rien à Nantes et est de toute façon inapplicable, car illégale. Mais Johanna est contente, elle fait du buzz propagé par les journaux du groupe Ouest-France ». Un militant écologiste nantais ajoute « et en plus, maintenant que c’est clair qu’il y aura une liste écolo indépendante, elle nous tacle et montre, avec une mesurette, qu’elle a aussi des préoccupations écolo. Bref, elle est à la mode ».

Pour Hervé, très critique, « ce n’est pas en faisant des coups de com qu’on fait une vraie politique qui fait avancer les choses. Là, ça ne sert qu’à faire mousser Johanna Rolland et limite, ça discrédite le combat des élus ruraux qui sont confrontés à de réels problèmes et veulent protéger leur population. Pis, ça envenime le débat avec les agriculteurs qui ne demandent qu’à travailler, pas à être montrés du doigt par les communicants et être la bête noire des médias ».

Enfin pour Julie, 24 ans et qui va voter «pour la liste EELV » aux prochaines municipales à Nantes, « c’est très représentatif de l’action de Johanna Rolland à Nantes en six ans. Rien que des ‘’gestes de com’’ qui n’apportent rien de concret, des annonces sans lendemain et une politique menée de façon irresponsable, sans penser aux conséquences ». Faire le coup de com ne semble pas convaincre (tous) les nantais.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

BHL et BZH contre Zemmour [L’Agora]

Bernard-Henri Lévy n’aime pas Éric Zemmour. Et le reproche le plus terrible qu’il trouve à lui adresser est : « Zemmour...

Un roi sans divertissement, roman de Giono, adapté en BD

Après Le Chien de Dieu, biographie de l’écrivain Céline, et Nez-de-Cuir, célèbre roman de Jean de La Varende, Jean...

Articles liés