jean_charles_fauteuil

Jean-Charles Gueyraud est un ancien légionnaire, devenu tétraplégique à la suite d’un accident. Père de deux enfants de 8 et 6 ans, celui qui fut également de toutes les manifestations de Gilets jaunes a emménagé depuis peu à la campagne dans la Nièvre et l’usage d’un fauteuil roulant électrique classique n’est pas adapté à cette nouvelle vie.

jean_charles_fauteuil

Un fauteuil tout terrain à 35 000€

Ce dernier lance ainsi un appel, via une collecte de fonds, pour pouvoir acquérir un fauteuil roulant électrique tout terrain. C’est le modèle EC170 de chez AEBI qu’il souhaite acquérir. Ce fauteuil coûte 35 000 € hors accessoires et ne bénéficie d’aucune prise en charge (CPAM, mutuelle, et MDPH), comme tous les fauteuils roulants électriques tout terrain.

« J’ai eu mon accident le 2 septembre 2016 un accident tout bête de baignade en plongeant dans un lac. Ma tête a heurté un banc de sable et j’ai eu des fractures au niveau des cervicales C5 et C6, ce qui m’a rendu tétraplégique incomplet c’est-à-dire que je peux bouger un petit peu mes bras, mais sans force. Mes mains ne fonctionnent par contre pas du tout ». La suite est tout aussi terrible.

« J’ai été hospitalisé à Coubert en centre de rééducation pendant plus de 2 ans et demi et je suis sorti au mois de mai. Lors de mon hospitalisation, mon ex-épouse a décidé de me quitter, car la situation le handicap était trop lourde à supporter pour elle ».

Et Jean-Charles Gueyraud de poursuivre son cheminement, malgré les épreuves :

« J’habitais en Île-de-France, mais suite à la séparation je suis retourné à mes premières amours à la campagne où la vie lorsque l’on est lourdement handicapé est au final plus simple à gérer qu’en ville. Et en amoureux du terroir et de la nature, c’était également pour moi l’opportunité de transmettre autre chose à mes enfants, de retourner aux sources. Je suis installé dans la Nièvre dans une ancienne ferme avec l’intention de la faire vivre de façon 100 % naturelle et en favorisant le développement de la biodiversité dans cette zone qui est déjà bien préservée. L’environnement est donc champêtre et forestier et nécessite un fauteuil adapté afin de profiter de plaisirs simples comme des promenades en famille. Un fauteuil tout-terrain se révèle donc indispensable ».

Justement, ce fauteuil particulier dont il a besoin, il nous en parle : « Le modèle de fauteuil que je souhaite acquérir outre ses capacités tout terrain est avant tout un engin de travail agricole prévu à la base pour travailler dans les zones difficilement accessibles. Le choix de ce modèle me semble évident et cohérent avec mon projet puisqu’il me permettrait de participer activement à la renaissance de cette ancienne ferme. Par contre comme il s’agit d’un fauteuil tout-terrain il ne bénéficie d’aucune prise en charge ni de la part de la sécurité sociale ni de la part des mutuelles, car celles-ci considèrent que les fauteuils d’extérieur ne sont pas indispensables sans connaître réellement la situation et les besoins des gens ».

Gilet jaune et ancien légionnaire

Où trouve-t-il cette force, de se battre, de vouloir s’en sortir, et même, de se retrouver à manifester avec les Gilets jaunes il y a quelques mois ?

« Concernant les Gilets jaunes j’ai toujours suivi de façon très attentive la politique en France et dans le monde. Et je crois que nous sommes dans une impasse, les plus riches n’ont jamais gagné autant, les classes moyennes sont écrasées par les impôts et les aides allouées aux plus démunis sont mal réparties. Pour avoir travaillé dans les hôpitaux j’ai vu la situation se dégrader d’année en année et je ne pensais pas que l’on était tombé si bas avant d’être moi-même patient. Les conditions de travail des personnels hospitaliers ne cessent de se dégrader avec de graves répercussions sur la qualité de vie des patients et des soins.

À battre le pavé avec des gens dans la galère, on apprend énormément et on se rend réellement compte de la souffrance du peuple. J’espère que le mouvement va d’ailleurs se poursuivre et si j’en ai l’opportunité je me rendrai de nouveau manifester dans les semaines à venir ».

Et Jean-Charles d’évoquer également son parcours dans la Légion étrangère :

« Je me suis engagé à 18 ans dans la légion, j’ai rejoint le 2e Régiment étranger de parachutistes en 2003. J’ai effectué plusieurs opérations extérieures en Afrique. Une intervention au Gabon en 2003 et en Côte d’Ivoire en 2004 ainsi qu’en séjour en Guyane en 2005.
Suite à mon départ la Légion m’a financé des études d’infirmier ce qui m’a permis de me lancer dans la vie civile toujours au service des gens, mais différemment ».

Cet ancien légionnaire qui était au 2e Régiment étranger de parachutistes de 2003 à 2007 puis infirmier en Île-de-France jusqu’à son accident survenu le 2 septembre 2016, lui qui a aidé les autres durant toute une partie de sa carrière professionnelle se retrouve aujourd’hui démuni, et sans la moindre possibilité d’acquérir ce fauteuil. Les mutuelles, tout comme l’assurance maladie, ne prennent pas en charge ces demandes. Aujourd’hui, c’est de l’aide de notre communauté dont il a besoin.

Ce fauteuil qui lui permettrait de retrouver des plaisirs simples de la vie comme aller se promener dans la nature en famille, mais lui donnerait également des possibilités professionnelles dans sa nouvelle vie à la ferme.

Pour l’aider dans sa quête d’acquisition du fauteuil roulant électrique tout terrain, c’est ici

(si vous voulez bénéficier d’un reçu fiscal, c’est ici)

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V