Quotas de migrants en Hongrie : « Nous ne céderons pas au chantage des ONG de Soros et de Bruxelles »

A LA UNE

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Malgré les pressions diverses, la Hongrie a réaffirmé son refus des quotas de migrants qui lui sont imposés par l’Union européenne. Son ministre des Affaires étrangères a fait quelques rappels lors d’une interview.

« Nous ne céderons pas au chantage »

La Hongrie n’en finit plus de se défendre contre les quotas de migrants que l’UE veut répartir sur son sol. Dans un entretien accordé au quotidien allemand Die Welt il y a quelques jours, le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szíjjártó, a réaffirmé le refus de son pays face aux injonctions de Bruxelles. Il l’affirme, « nous ne céderons pas au chantage des ONG de Soros, des gouvernements occidentaux ou de Bruxelles ».

Et Péter Szíjjártó de poursuivre : « Nous n’appliquerons pas le système de répartition obligatoire des migrants et nous continuerons à nous y opposer comme nous l’avons fait jusqu’à présent. »

Quant à la question de la défense des frontières extérieures de l’espace Schengen, le ministre hongrois considère qu’il est pour l’heure inutile de parler d’une position européenne commune tant les frontières en question ne sont pas correctement surveillées. Du point de vue de Budapest, c’est avant tout aux États membres de s’occuper individuellement de ces problèmes d’immigration extra-européenne.

Pour Péter Szíjjártó donc, il n’est pas question de donner davantage de moyens à l’agence Frontex, dont la principale mission est le contrôle et la gestion des frontières extérieures de l’espace Schengen : Frontex fonctionne, selon lui, « comme une agence de voyage ». L’agence avait déjà été critiquée comme étant « obsolète » l’année dernière par les Premiers ministres tchèque et slovaque.

Hongrie
Péter Szíjjártó. Source : Novopress

La Hongrie regrette Matteo Salvini

De plus, si le Premier ministre hongrois Viktor Orbán qualifiait Matteo Salvini de « camarade de combat » en ce début de mois de septembre, les relations sont radicalement différentes avec le nouveau gouvernement italien.

Cette nouvelle coalition italienne composée cette fois-ci du M5S et du Parti démocrate italien est en passe de balayer l’ancienne politique migratoire mise en place par le leader de la Lega. Et va même plus loin en demandant que les pays n’acceptant pas leur part de migrants illégaux soient sanctionnés.

Une idée à laquelle le ministre hongrois des Affaires étrangères s’est aussi opposé. À savoir que son nouvel homologue italien Luigi di Maio a déclaré que l’Italie vivait en état d’alerte permanente en matière de migration, principalement en raison de l’« indifférence » de pays comme la Hongrie.

Plus que jamais, la ligne de démarcation politique la plus claire en Europe se situe entre les opposants et les partisans de l’immigration illégale. Le nouveau positionnement de l’Italie sur le sujet ne vient pas faciliter la tâche des défenseurs de la protection des frontières européennes.

Crédit photos : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Océarium du Croisic : lâcher de raies et de roussettes dans l’océan

Ce n'est pas une première mais l'Océarium du Croisic a organisé un lâcher d'une cinquantaine de jeunes poissons en...

Nantes : jusqu’à 7 degrés de différence l’été entre les quartiers

La problématique des îlots de chaleur – ces quartiers plus urbanisés et moins « verts » où la chaleur...

Articles liés

La Hongrie estime que les pays des Balkans ne pourront être admis dans l’UE sans l’adhésion préalable de la Serbie

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui a rencontré le président serbe Aleksandar Vučić à Belgrade jeudi, a déclaré à Bruxelles qu'elle devait savoir...

Vannes. Après Quimper, la ville devient elle aussi une « zone de liberté LGBT »…

Vannes, son port, ses remparts, et désormais… sa « zone de liberté LGBT ». En effet, la ville morbihannaise, sous l'impulsion du groupe LREM,...

Covid-19 : Le plafond de verre vaccinal – Le journal de TVLibertés du vendredi 25 Juin 2021 [Vidéo]

À la une du journal de TVLibertés du vendredi 25 juin, encore et toujours la question vaccinale. Après un début de mois de juin...

A Bruxelles, 90% des allocataires des minimas sociaux seraient d’origine étrangère

A Bruxelles, 90% des allocataires des minimas sociaux seraient d'origine étrangère. C'est ce qu'indique le Vlaams Belang dans un article paru sur son site,...