Quotas de migrants en Hongrie : « Nous ne céderons pas au chantage des ONG de Soros et de Bruxelles »

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

Malgré les pressions diverses, la Hongrie a réaffirmé son refus des quotas de migrants qui lui sont imposés par l’Union européenne. Son ministre des Affaires étrangères a fait quelques rappels lors d’une interview.

« Nous ne céderons pas au chantage »

La Hongrie n’en finit plus de se défendre contre les quotas de migrants que l’UE veut répartir sur son sol. Dans un entretien accordé au quotidien allemand Die Welt il y a quelques jours, le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szíjjártó, a réaffirmé le refus de son pays face aux injonctions de Bruxelles. Il l’affirme, « nous ne céderons pas au chantage des ONG de Soros, des gouvernements occidentaux ou de Bruxelles ».

Et Péter Szíjjártó de poursuivre : « Nous n’appliquerons pas le système de répartition obligatoire des migrants et nous continuerons à nous y opposer comme nous l’avons fait jusqu’à présent. »

Quant à la question de la défense des frontières extérieures de l’espace Schengen, le ministre hongrois considère qu’il est pour l’heure inutile de parler d’une position européenne commune tant les frontières en question ne sont pas correctement surveillées. Du point de vue de Budapest, c’est avant tout aux États membres de s’occuper individuellement de ces problèmes d’immigration extra-européenne.

Pour Péter Szíjjártó donc, il n’est pas question de donner davantage de moyens à l’agence Frontex, dont la principale mission est le contrôle et la gestion des frontières extérieures de l’espace Schengen : Frontex fonctionne, selon lui, « comme une agence de voyage ». L’agence avait déjà été critiquée comme étant « obsolète » l’année dernière par les Premiers ministres tchèque et slovaque.

Hongrie
Péter Szíjjártó. Source : Novopress

La Hongrie regrette Matteo Salvini

De plus, si le Premier ministre hongrois Viktor Orbán qualifiait Matteo Salvini de « camarade de combat » en ce début de mois de septembre, les relations sont radicalement différentes avec le nouveau gouvernement italien.

Cette nouvelle coalition italienne composée cette fois-ci du M5S et du Parti démocrate italien est en passe de balayer l’ancienne politique migratoire mise en place par le leader de la Lega. Et va même plus loin en demandant que les pays n’acceptant pas leur part de migrants illégaux soient sanctionnés.

Une idée à laquelle le ministre hongrois des Affaires étrangères s’est aussi opposé. À savoir que son nouvel homologue italien Luigi di Maio a déclaré que l’Italie vivait en état d’alerte permanente en matière de migration, principalement en raison de l’« indifférence » de pays comme la Hongrie.

Plus que jamais, la ligne de démarcation politique la plus claire en Europe se situe entre les opposants et les partisans de l’immigration illégale. Le nouveau positionnement de l’Italie sur le sujet ne vient pas faciliter la tâche des défenseurs de la protection des frontières européennes.

Crédit photos : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Mouvement contre le BTS et le bac : lycées bloqués à Nantes, police attaquée à Saint-Nazaire

Depuis le début de la semaine, des syndicats lycéens d’extrême-gauche mènent une agitation aussi numériquement faible que violente. A...

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas vivre sur le même sol...

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas...

Articles liés

Hongrie. Viktor Orbán veut soutenir rock et pop patriotes pour en faire un « ciment d’identité »

En Hongrie, le gouvernement de Victor Orbán a décidé de soutenir financièrement le rock et la pop hongrois afin de promouvoir la culture nationale...

Saint Piran. Des hongrois ont célébré le saint patron de Cornouailles

Voici une histoire insolite : à l'occasion de la Saint-Piran, que l'on fête le 5 mars, des Hongrois passionnés de Cornouailles ont célébré cette...

Eric Zemmour : « Viktor Orbán défend davantage l’Europe en luttant contre l’invasion du sud que la Commission européenne, qui est ouverte à l’immigration…»

Eric Zemmour : « Viktor Orbán défend davantage l’Europe en luttant contre l’invasion du sud que la Commission européenne, qui est ouverte à l’immigration…» Face...

Viktor Orban : « Le PPE est devenu une annexe de la gauche européenne »

Le parti au pouvoir en Hongrie, le Fidesz de Viktor Orban, a annoncé mercredi 3 mars qu’il quittait le groupe du Parti populaire européen...