Protection des abeilles contre lobby des pesticides : cela se déroule ce mercredi au Parlement européen

A LA UNE

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Ce mercredi 23 octobre 2019, le Parlement européen à Strasbourg mettra au vote une proposition d’objection concernant l’évaluation des produits phytopharmaceutiques sur les abeilles. Un bras de fer est annoncé entre les défenseurs des abeilles, et donc par extension de l’homme et de son écosystème, et les partisans des pesticides de l’autre.

Un bras de fer qui opposera majoritairement les eurodéputés de droite, défenseurs des industries pétrochimiques à ceux qui ont compris que la préservation de la biodiversité, de l’agriculture ou encore de l’Humanité même, dépend de la survie des abeilles : « Les premiers sont en faveur d’une évaluation light et presque superficielles de ces produits chimiques, tandis que les seconds dont je fais partie voulons des évaluations en profondeur, plus efficaces, afin d’être capables d’évaluer correctement l’effet de tous les pesticides sur les insectes pollinisateurs », dénonce Éric Andrieu, eurodéputé PS en charge de l’Agriculture mais aussi de l’Environnement.

La situation au niveau des abeilles à l’heure actuelle

À l’heure actuelle, les protocoles évaluant l’impact des pesticides sur les pollinisateurs sont dépassés et inadéquats. Ils ne prennent même pas en compte les effets sur le comportement et la reproduction des abeilles, ni la toxicité chronique des molécules sur les abeilles adultes, les larves, les reines, etc.

En juillet 2019, les gouvernements des États membres devaient voter un projet de règlement pour la mise en place de nouveaux tests scientifiques qui devaient évaluer les dommages causés par les pesticides sur les abeilles, avant leur mise sur le marché.

« Mais sur l’insistance de nombreux gouvernements, et suite à un long travail de lobby des entreprises pétrochimiques sur certains décideurs, surprise (ou presque), c’est une proposition avec des tests lights qui est sur le point d’être validée par les États membres. Cette version ne garde que les tests de toxicité aiguë pour les abeilles domestiques qui étaient déjà présentes dans sa version obsolète, et d’abandonner les tests de toxicité chronique et larvaire pour les abeilles domestiques et l’ensemble des tests sur les bourdons et les abeilles solitaires : bref une catastrophe » explique Éric Andrieu.

Le Parlement européen, dernier rempart pour les abeilles ?

De nombreux eurodéputés s’opposent à cette version light qui fait peser de graves dangers pour la biodiversité et veulent réduire l’utilisation de pesticides nuisibles aux abeilles.

« Nous voulons pour protéger les abeilles contre une exposition aiguë et chronique. Seuls les pesticides qui ont réussi de vrais tests complets et prouvé qu’ils ne sont pas des tueurs d’abeilles pourraient être commercialisés » explique encore Éric Andrieu.

« Il y a 25 ans, les ruches enregistraient une mortalité de l’ordre de 3 %. Aujourd’hui elle est en moyenne de 30 %, soit 10 fois plus élevée. Défendre les abeilles est clairement un combat d’intérêt général et de survie d’une biodiversité dont nous faisons partie. »

Si l’objection est adoptée par le Parlement européen, la Commission européenne aura l’obligation de présenter une nouvelle proposition aux États membres.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Départ en vacances : Comment sécuriser votre mobile des cyberattaques ?

En termes de virus, votre smartphone est lui aussi menacé par des cybers menaces. Menaces qui s'accentuent avec les...

Pass sanitaire, géopolitique de la Data, copie privée ? Interview de Benjamin Bayart et Marc Rees

Pass sanitaire, géopolitique de la Data, copie privée ? Interview de Benjamin Bayart et Marc Rees Benjamin Bayart est un...

Articles liés

119 députés européens, français et sénateurs français dénoncent les failles dans l’évaluation des pesticides

119 députés européens, français et sénateurs français dénoncent les failles dans l’évaluation des pesticides et exigent que l’EFSA change ses pratiques toxiques. Fin octobre 2020,...

Les Dorloteurs d’Abeilles : comment devenir un protecteur des abeilles sauvages ?

Il y a tout juste un an, l’initiative des Dorloteurs d’Abeilles voyait le jour, propulsée par la plateforme de financement participatif KissKissBankBank. Aujourd’hui, Les Dorloteurs...

Le sulfoxaflor et la flupyradifurone : Deux néonicotinoïdes encore plus mortels pour les abeilles

De nouvelles informations scientifiques montrent que le sulfoxaflor et la flupyradifurone, deux insecticides néonicotinoïdes nouvelle génération approuvés dans l'UE en 2015, sont très toxiques...

Entre menaces économiques et sanitaires, les néonicotinoïdes empoisonnent la vie de Barbara Pompili

À la suite de l'autorisation temporaire de l'utilisation des néonicotinoïdes par la filière betteravière française, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili s'est...