À la découverte de nos ancêtres, avec Madame la Chouette

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Novembre. De la Samain à la Toussaint, de chrysanthèmes en revenants, cette entrée dans la saison sombre est bien le temps d’évoquer nos disparus. Mais il n’est pas toujours facile de parler de la mort aux enfants… Madame la Chouette vous propose ce mois-ci quelques albums et romans qui parlent de transmission, de souvenirs, de mémoire – et bien sûr d’affection. Mais aussi de gourmandises, d’arbres, et même d’un bateau viking…

Nous rappelons le blog de madame la Chouette (Chouette un livre), ici. N’hésitez pas à vous inscrire à la lettre d’information du blog pour ne rien rater des sélections de chaque semaine – elle est gratuite et ne vous engage à rien – même pas à faire lire les livres qu’elle propose !

Alex Cousseau, Mon grand-père devenu ours

« En me réveillant ce matin, j’ai eu envie que mon grand-père soit encore vivant. Il serait devenu un ours. Ensemble, on aurait attendu le printemps en hibernant près de la cheminée. Maman dit que les morts hibernent beaucoup plus longtemps que les vivants. Ça ne fait rien, nous attendrons. »
Au cœur de l’hiver – ou ayant l’hiver au cœur ? – la fillette part à la recherche du printemps. Une menotte dans la grosse patte de son « grand-père devenu ours ». Descendus sous terre, ils rencontrent la taupe. Grand-Père, ayant croqué une graine, s’endort. La fillette rentre à la maison, les yeux pleins de neige fondue. Au printemps, Grand-Père « sera devenu un arbre au milieu de la prairie ». Ça a l’air simple comme ça, mais il ne faut pas s’y fier…
Ce conte païen emprunte notamment aux mythes antiques sur les saisons, la fertilité et l’éternel retour. Cet ours tutélaire trouve des échos dans les mythologies européennes, tant grecque que romaine, celte, germanique et scandinave – et pour ainsi dire dans tout l’hémisphère nord. « Roi des animaux », l’ours est aussi l’ancêtre de l’homme – dans les Pyrénées, il est « lou Moussu », le Monsieur. Bien loin, en tout cas, d’un bisounours de feuilleton. Ce qu’a bien compris cette jeune émule d’Artémis ! – Dès 5 ans.

Alex Cousseau, Mon grand-père devenu ours, illustrations de Nathalie Choux, Sarbacane, 2012, 32 p., 14,90 €.

Stéphane Servant et Irène Bonacina, Cinq minutes et des sablés

Dans sa petite maison, « la Petite Vieille s’ennuyait tellement que pour tuer le temps, elle avait juste décidé d’attendre : d’attendre Madame la Mort ». Mais quand celle-ci s’invite enfin, la Petite Vieille lui demande un léger sursis : ces cinq minutes, pendant lesquelles, de tasse de thé en petits sablés au gingembre, vont s’avérer durer bien plus longtemps que ça. Entrent en scène un chat tigré, Monsieur Igor, Kenza la voisine, et toute la famille de la Petite Vieille… Qui gagnera, les derniers sablés croqués ? Une ode à la vie, une invitation à déguster les heures, avec ou sans sablés au gingembre – la recette est donnée à la fin de l’album. Dès 6 ans.

Stéphane Servant et Irène Bonacina, Cinq minutes et des sablés, Didier Jeunesse, 2015, 32 p., 13,10 €.

Mireille Vautier, Ma grand-mère Nonna

Pour chacun de ses anniversaires, Anna, la narratrice, reçoit un cadeau de sa grand-mère italienne. Enfin pas tout à fait un cadeau, un gâteau. Et pas un gâteau ordinaire, non : un bébé emmailloté, un diablotin, une bonne femme à sept jambes, une sirène à trois seins… Des gâteaux si étranges qu’Anna les conserve sur une étagère. Ce qu’elle ignore sans doute, car le livre ne le dit pas, c’est que ces gâteaux sont les témoins de très anciens rites propitiatoires, comme l’a montré l’ethnologue Christine Armengaud avec son Diable sucré (La Martinière, 2000). Le dernier gâteau qui sera croqué par Anna, c’est un cœur, reçu pour ses sept ans, dernier message de sa Nonna qui vient justement de s’éteindre.

En mineure, tout au long du livre, une belle réflexion sur le temps, les civilisations éteintes et la transmission, les parents d’Anna étant archéologues. Dès 7 ans.

Mireille Vautier, Ma grand-mère Nonna, Gallimard, rééd. oct. 2010, 32 p., 4,80 €.

Eric Senabre, Megumi et le fantôme

Quel monument de Dublin va donc visiter Megumi Fujita, en ce mois de mai 1985 ? Rien de moins que la maison où vécut son arrière-arrière-arrière-grand-père, un médecin irlandais. Une maison pas comme les autres… en effet, elle est hantée ! Mais, en bonne écolière japonaise habituée aux esprits, kami, yurei et autres yôkai, Megumi ne s’enfuit pas aux premiers grincements de porte. Et voilà qu’elle va tout faire pour ramener le fantôme de son ancêtre à Tokyo. Commence alors une enquête riche en rebondissements. Megumi saura-t-elle délivrer Horatio Hearn de l’injuste malédiction qui l’a frappée ? Le roman débute donc sur les traces du Fantôme de Canterville pour continuer dans le voisinage de Mon voisin Totoro. Le tout sous la plume inspirée d’Eric Senabre qui, entre deux canulars hilarants (avis aux écoliers : un squelette peut aider à tricher), offre une belle réflexion sur l’identité, la transmission et l’amitié. Les adultes reliront en parallèle les Lettres japonaises et les Fantômes japonais de Lafcadio Hearn (1850-1904) à qui Eric Senabre rend ici un bel hommage. Dès 9 ans.

Eric Senabre, Megumi et le fantôme, illustrations de Gloria Pizzilli, Didier Jeunesse, 2017, 224 p., 12 €.

Ally Kennen, L’incroyable enterrement de Magnus

Ally Kennen, L’incroyable enterrement de Magnus

Magnus, le Grand-Papa de Carla, est un original. Dans sa grange, il travaille jour et nuit à construire un petit bateau à voile, la « Walkyrie ». Ou plutôt, il travaillait. Car, un matin, Carla découvre son Grand-Papa inanimé. Et même mort, bel et bien mort. Or son aïeul lui a laissé une lettre aussi étrange qu’émouvante : « J’ai toujours rêvé d’un enterrement viking, confie-t-il. J’aurais aimé que ma dépouille mortelle prenne le large sur un bateau en flammes aux couleurs du soleil et vogue ainsi vers l’éternité. » Ce qui est, bien sûr, interdit et irréalisable. Sauf… sauf pour Carla et sa petite bande, qui vont tout faire pour accomplir les dernières volontés de Grand-Papa. Même si l’on ne demande pas souvent leur avis aux enfants ni aux adolescents quand il s’agit de ce dernier adieu. Et justement à cause de cela.
Ally Kennen a réussi là un tour de force : écrire un roman d’aventures sur un sujet aussi périlleux que la disparition d’un proche, imaginer des situations rocambolesques, rayer les mots « convenable » et « vraisemblable » de son vocabulaire, sans pour autant sombrer dans le ridicule ou l’outrance. Une belle leçon de vie à méditer. Parce que Grand-Papa le méritait bien. Dès 9 ans.

Ally Kennen, L’incroyable enterrement de Magnus, Bayard Jeunesse, 2013, 393 p., 12,50 €.

Roddy Doyle, 3 femmes et un fantôme

« – C’est une bonne bruine.
Quelqu’un venait de parler à Mary. Mais elle ne voyait personne. Elle était seule dans la rue, devant sa maison.
C’est alors qu’elle aperçut la femme.
Elle avait dû être cachée par les arbres, pensa Mary.
La femme était vieille. Mais en fait, pas tant que ça. Mary savait ce qui la faisait paraître vieille. Elle était démodée. […]

  • Fais une petite chose pour moi, Mary.

Mary se retourna.

  • – Dis à ta grand-mère que tout va bien se passer. »

Une grand-mère qui s’éteint doucement dans un hôpital de Dublin, veillée par sa petite-fille et sa fille, Scarlett.
Remontons bien cet arbre généalogique : Mary, 13 ans ; Scarlett, sa mère ; Emer, sa grand-mère. Trois femmes. Et un fantôme : Tansey, l’arrière-grand-mère de Mary, morte trop jeune de la grippe, et qui n’a pas renoncé à veiller sur sa fille, cette Emer aujourd’hui moribonde, à qui elle veut tenir la main une dernière fois. Mais comme les néons de l’hôpital ne sont guère propices aux fantômes, même irlandais, ces quatre femmes vont quitter la ville, remonter la route du temps et tenter de retrouver la ferme de famille – ou ce qu’il en reste. En se témoignant sans cesse, à petites touches, l’amour qui les unit ;

Une très belle réflexion sur la mort, les racines, la transmission, la place unique des femmes dans la lignée, dans un roman qui n’exclut pas des passages drôles voire cocasses. Dès 13 ans, adolescents.

Roddy Doyle, 3 femmes et un fantôme, Flammarion, 2013, 210 p., 11 €.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Patrick Buisson interrogé par Charlotte d’Ornellas : « La modernité nous met face à notre propre vide » [Interview]

Patrick Buisson politologue et ancien conseiller personnel du président Sarkozy, publie un nouvel essai qui raconte tout ce que...

Tour d’Italie. Caleb Ewan remporte la 7ème étape du Giro

Deuxième victoire d'étape pour Caleb Ewan (Lotto-Soudal) le 14 mai 2021, à l'occasion de la 7ème étape du Giro....

Articles liés

Tous au jardin, tous au potager. La sélection littéraire pour enfants de Madame la Chouette

Avril, c’est le moment de réveiller son potager, de semer radis et salades – mais pourquoi ne pas le faire aussi en poésie ?...

Bon voyage. La sélection littéraire jeunesse pour les vacances avec Madame la Chouette

Après les fausses drôles de vacances qui se sont invitées de mars à juin, voici enfin les vraies grandes vacances ! A la maison,...

Lecture pour enfants. En musique ! Avec Madame la chouette

Qui a la chance de jouer d’un instrument de musique ? Qui aime chanter dans une chorale – ou tout seul dans son bain ? Qui...

Découvrez Les contes de Perrault avec Madame la Chouette

Neuf contes – qu’était-ce, pour Charles Perrault (1628-1703), au regard de toute une vie d’académicien et d’homme de cour ? Un simple délassement qu’il s’offrit...