À défaut d’avoir été le champion de l’emploi en Bretagne, Loïk Le Floch-Prigent est aujourd’hui celui de la pêche à pied. Grandeur et décadence d’un grand patron !

Dans Bretons (novembre 2019), Didier Le Corre pose vingt questions à Loïk Le Floch-Prigent, ancien PDG de Rhône-Poulenc, d’Elf Aquitaine, de Gaz de France et de la SNCF. Malheureusement il manque la vingt-et-unième : « Qu’avez-vous fait pour la Bretagne quand vous étiez aux affaires ? ».

Ministre du pétrole pendant le règne de François Mitterrand

Véritable ministre du pétrole pendant le règne de François Mitterrand, homme puissant puisque se trouvant dans les allées du pouvoir, « Le Floch » pouvait faire beaucoup pour la Bretagne : investissements, créations d’entreprises, aide aux PME-PMI… D’autant plus qu’il disposait d’un outil formidable avec Sanofi ; en effet, le Sanofi d’autrefois – invention des gaullistes – n’avait rien à voir avec le Sanofi d’aujourd’hui (recentrage sur la pharmacie) ; filiale d’Elf Aquitaine, Sanofi avait pour principale vocation, à cette époque, de prendre des participations dans des PME afin de les aider à décoller. On avait affaire à un conglomérat qui intervenait dans tous les secteurs : produits vétérinaires à Loudéac, équarrissage à Guer, fabrication de pectine à Redon, etc. Sa pépite s’appelant Yves Rocher (produits de beauté) à La Gacilly.

La pêche à pied…

Donc « Le Floch » possédait les moyens d’intervenir ici et là comme Jean-Pierre Le Roch, président du groupement Intermarché, l’a fait, sauvant différentes entreprises bretonnes de la faillite (ainsi Scapêche à Lorient). Mais à l’époque, « Le Floch » jouait dans la catégorie « grand patron international », la Bretagne ne constituant pas sa préoccupation première. Lui qui se flatte d’être un « industriel » n’aura donc pas fait grand-chose pour l’industrie bretonne. Mais aujourd’hui, il joue en ligue 2 : « Je dirige des PME, et suis addict à l’usine et à l’industrie » ; on aimerait bien savoir lesquelles ? Où se trouvent-elles ?

Mais « Le Floch » prétend avoir toujours maintenu un lien « extrêmement fort » avec la Bretagne. « Pour moi il y a une nécessité impérieuse d’aller à la pêche à pied et c’est pour ça que j’ai fait le Guide de la pêche à pied en Bretagne » ; il est donc parfaitement injuste de prétendre que « Le Floch » n’a rien fait pour la Bretagne… La pêche à pied c’est tout de même plus jouissif que la création d’emplois !

Bernard Morvan

Crédit photo :
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V