Fin du monde ? Yves Cochet versus Loïk Le Floch-Prigent

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Le premier croit à la collapsologie : « On va vers le pire dans les cinq, dix ou quinze ans. » Le second est persuadé que « Homo sapiens s’adapte ».

 Yves Cochet : « Il faut inventer un autre monde »

On avait déjà eu un avant-goût de la pensée d’Yves Cochet grâce à une interview publiée par le magazine Bretons (avril 2019). Il en avait ensuite remis une couche dans Paris-Match (25 juillet 2019). Là il expliquait pourquoi il ne croyait pas à l’avenir de la « bagnole électrique » : « Mais le modèle de Bolloré, avec ses batteries au lithium et ses mines en Afrique du Sud, dans quinze ans, il n’existera plus ! ». Puisque tout va s’écrouler, l’ancien ministre de l’Écologie, Cochet nous expose sa conviction : « Les solutions viendront de la politique et de la solidarité. Il faut inventer un autre monde. Je reconnais que c’est un saut dans l’inconnu. Le modèle que je prône est le localisme : des “bio-régions”, un millier peut-être à l’échelle de la France pour assurer l’alimentation et l’énergie, les deux trucs de base. »

Quand on vit à Gahard (au nord de Rennes) dans un éco-village familial avec « trois hectares de forêt et quatre de prairies. Un verger, un potager en permaculture » (Dimanche Ouest-France, 27 octobre 2019), sans oublier deux chevaux de trait (Olda et Viking), à l’abri de la société de consommation, on a le temps de réfléchir et d’écrire. C’est ce que fait l’ancien leader écologiste avec son nouveau livre Devant l’effondrement – essai de collapsologie (Les liens qui libèrent). Cochet y prédit la fin du monde en se fondant notamment sur celle du pétrole et le dérèglement climatique. Nous avons en effet affaire à un « collapsologue ». Du nom de ceux qui croient dur comme fer à l’effondrement total de la « société thermo-industrielle ». Pour Yves Cochet, le « collapse » est « probable avant 2025, certain avant 2030 » (Le Journal du dimanche, 27 octobre 2019). Définition de la collapsologie par Yves Cochet : « Le processus à l’issue duquel les besoins de base ne sont plus satisfaits pour une majorité de la population par des services encadrés par la loi. » Il ajoute que cela « concerne tous les pays et tous les domaines d’activités humaines ; c’est un effondrement systémique mondial ». Son constat est simple : « On va vers le pire ». Ce « pire » est inévitable et « toute tentative est vaine. Les structures du monde moderne sont trop grandes et trop complexes, les réserves d’énergie trop entamées, le climat est trop déréglé, la finance trop folle » (JDD, 27 octobre 2019).

Le Floch-Prigent : « Homo sapiens s’est adapté, nous nous adapterons »

Mais cette thèse a des adversaires. Ainsi Loïk Le Floch-Prigent, ancien PDG de Rhône-Poulenc, d’Elf Aquitaine, de Gaz de France et de la SNCF. Opposé « complètement. On peut dire que je suis à des années-lumières de la collapsologie. Homo sapiens s’est adapté, nous nous adapterons ». Sa position est simple : « Je représente les géologues, et la géologie ne vous dit pas la même chose que les climatologues. N’essayez pas de nous dire que tout va exploser ou disparaître ! Historiquement, l’homo sapiens s’est adapté à la glaciation et au réchauffement au cours des deux cent mille ans qui se sont écoulés. » (Magazine Bretons, novembre 2019).

Pour arbitrer le débat entre ces deux Bretons, nous ferons appel à Patrick Pouyanné, PDG de Total : « Il faut rappeler qu’on ne change pas un système énergétique d’un coup de baguette magique. On parle d’investissements extrêmement lourds, en trillions de dollars, qui vont prendre du temps. » Donc chez Total « on s’adapte car la transition énergétique offre plein d’opportunités. » Arrive la question-clé : « Le pétrole, c’est fini ? » « Non, pas avant longtemps. Mais à l’horizon vingt ans, le marché devrait commencer à décroître. » ( Le Journal du dimanche, 27 octobre 2019).

Bernard Morvan

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Tour d’Italie (cyclisme). Caleb Ewan remporte la 5e étape du Giro 2021

La 5ème étape du Giro 2021 semblait réservée aux sprinteurs, c'est ce qui s'est passé. En conclusion, après une...

Argent public et immigration. Gilles Pennelle dénonce les manoeuvres de la Région Bretagne

Conseiller régional de Bretagne, Gilles Pennelle a dénoncé dans un communiqué une nouvelle subvention de la région Bretagne à...

Articles liés

Yves Cochet attend l’effondrement à Gabard

Il vit dans une ancienne ferme à Gabard (au nord de Rennes), il écrit des livres, il accorde des entretiens, ainsi va Yves Cochet,...

Quand le Breton Loïk Le Floch-Prigent prend la défense du Libanais Carlos Ghosn

Avec sa fuite du Japon, où il était en résidence surveillée dans l’attente de son procès pour utilisation des fonds de l'entreprise à des...

Loïk Le Floch-Prigent, un « industriel » de la pêche à pied

À défaut d’avoir été le champion de l’emploi en Bretagne, Loïk Le Floch-Prigent est aujourd’hui celui de la pêche à pied. Grandeur et décadence...

Yannick Jadot (EELV) veut valoriser « les incroyables réussites de l’immigration » [Vidéo]

Chez Europe Écologie Les Verts, l'écologie n'est pas la seule urgence. La promotion de l'immigration extra-européenne est aussi une constante. Comme en témoigne l'eurodéputé...