Drogues. L’« attractivité » de Nantes est indiscutable

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Monter une start-up est possible sans être bac +5 ou 6. Les « petits commerçants » de plusieurs quartiers de Nantes en apportent la preuve quotidiennement.

Emmanuel Guimard est incomplet ; il ne dit pas tout ; il fait des cachotteries à ses lecteurs. En effet, dans un article consacré à l’« attractivité » de sa ville, le journaliste nantais cite les différents quartiers qui attirent les sociétés parisiennes : île de Nantes, Euronantes gare, la Chantrerie, la zac des Isles, l’ancien quartier industrialo-portuaire du Bas-Chantenay… Les « affaires » marchent tellement bien que Nantes-Saint-Nazaire Développement cible ses recherches dans cinq secteurs clefs : le numérique, les secteurs culturels et créatifs, la santé, le nautisme et les énergies marines. (Les Échos, jeudi 17 octobre 2019). À tel point que Nantes figure parmi les douze villes les plus attractives ; la ville occupe même la première place dans la catégorie « grandes métropoles » (de 500 000 à 1 million d’habitants), d’après le baromètre 2019 du cabinet Arthur Loyd (Ouest-France, jeudi 7 novembre 2019).

L’économie de la drogue marche aussi très bien

On peut reprocher à Emmanuel Guimard d’avoir oublié d’évoquer d’autres quartiers qui, pourtant, font preuve d’un dynamisme exceptionnel. La création d’emplois et le développement du chiffre d’affaires y constituent une préoccupation constante des acteurs économiques locaux : quartier Malakoff, quartier du Breil, quartier Bellevue, cité des Dervallières, cité du Chêne des Anglais… Là, de nombreux jeunes y ont monté leur petite entreprise. À coup sûr, sans sortir d’une école de commerce. Les investisseurs y trouveraient là un terrain favorable grâce à une main-d’œuvre ardente à la tâche. Et les cadres n’auraient pas besoin de faire des kilomètres pour y trouver leur stimulant préféré : la drogue. Et puis économie non négligeable, on n’a pas besoin de recourir aux services d’une entreprise de sécurité car les « petits commerçants » s’en chargent : « On a même la protection du quartier. C’est très rare qu’on ait des soucis », assure une habitante du Bout des Landes (Dimanche Ouest-France, 10 novembre 2019).

Il paraît que Nantes compte « une trentaine de “points de deal”, souvent dans des HLM. Les gros bonnets qui les “possèdent” se comptent sur les doigts d’une main. Ils les vendent 10 000 à 20 000 euros pièce à un dealer, qui y installe son armada de guetteurs, de rabatteurs, de vendeurs. Un bon emplacement génère plus de 5 000 euros de chiffre d’affaires par jour » (Dimanche Ouest-France, id.). Afin de faciliter la tâche des clients lorsqu’ils font leurs courses dans le centre, les « charbonneurs » (dealers de rue) s’étaient même installés place du Commerce. On le voit, à Nantes, tout est prévu pour faciliter la vie des bourgeois, des cadres et de la clientèle friquée. Et puis nombre de patrons de bars tolèrent que les clients consomment du cannabis sur la terrasse, en particulier autour du Bouffay (Dimanche Ouest-France, 3 novembre 2019). Tout cela concourt à l’« attractivité » de Nantes. Ce n’est pas Johanna Rolland qui dira le contraire !

B. Morvan

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Gérald Darmanin est un client de Valérie Hervo

Si vous voulez rencontrer Gérald Darmanin, il est plus simple d’aller chez Valérie Hervo que de solliciter un rendez-vous...

Nantes. Tabassé en avril, il se venge sur… une jeune femme

Nous écrivions dernièrement qu’un jeune homme âgé de 18 ans avait été tabassé à coups de sabre, batte et...

2 Commentaires

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Deal de drogue à Nantes : la nourrice était payée 30 euros par jour

L'arrestation le 7 mai d'un dealer interpellé à la Bottière rue Paul Sabatier chez la nourrice - la personne chez qui la drogue était...

PME de la drogue : un business juteux

La lutte contre le trafic de drogue tient une place majeure dans l'engrenage qui a mené à la mort du policier Eric Masson à...

470 grammes de ketamine saisis à Nantes

Dans la nuit du 5 au 6 mai lors d'un contrôle routier à Nantes, les policiers ont arraisonné une voiture conduite par un couple...

Lannion. 2 dealers dormiront en prison ce soir

Mardi 30 mars à Lannion et Rospez, une opération de gendarmerie a été menée par la compagnie de Guingamp, avec pour finalité l'interpellation de quatre personnes...