Les cambriolages ne sont pas près de s’arrêter du fait de l’absence de réponse judiciaire à Nantes. Témoin, un cas récent, ce 8 novembre à 14 h à Orvault, dans la banlieue nantaise. Dans une maison, l’alarme reliée au central s’active : trois individus ont fracturé le portail et sont entrés dans la demeure, qu’ils sont en train de vider, dans le quartier du Petit Chantilly. Les policiers arrivent et trouvent sur place trois individus, qui prétendent être entrés car la maison est « délabrée ».

Un Marocain, un qui se dit Égyptien, et un Algérien

Les trois suspects sont un Marocain, un qui se dit Égyptien, et un Algérien, tous trois âgés d’une vingtaine d’années – mais les deux premiers se prétendent mineurs. Le troisième est aussi recherché par la gendarmerie dans le cadre de faits similaires. Résultat, « les deux premiers sont sortis dans la journée, le troisième, ce sont les gendarmes qui sont venus le chercher. Si ce n’est pas malheureux ! », nous explique la victime, qui a porté plainte et s’est constituée partie civile. « Mais je ne sais pas s’ils seront jugés et quand ».

Un cambriolage par jour à Orvault

Selon un policier nantais, « il y a actuellement un cambriolage par jour à Orvault. Et toute vérité n’est pas bonne à dire : dans leur écrasante majorité, ils sont réalisés soit par des gens du voyage français, soit des gens du voyage étrangers – des roms – soit par des cambrioleurs d’origine maghrébine, qui agissent souvent par petits groupes de deux ou trois. Et tous savent qu’ils ne risquent pas grand-chose, la réponse judiciaire est inexistante ».

Les mineurs s’y mettent, encouragés par le laxisme judiciaire

« Le laxisme est tel que même les mineurs s’y mettent. Des jeunes de foyers, mais pas que, y a aussi des jeunes de 15-16 ans de bonne famille qui ont de mauvaises fréquentations ou qui traînent dans leur quartier », constate, désabusé, un policier nantais. Et le nombre de ces faits ne cesse de croître.

Rue des Cadeniers, peu après minuit ce 14 novembre, trois jeunes âgés de 15 et 16 ans ont été interpellés avec sur eux des chèques restaurant, un Opinel, de l’argent liquide ensanglanté et une gourmette – au moins deux victimes ont été identifiées le 12 et le 11 novembre. Les voleurs demandaient une cigarette ou l’heure avant de délester leur victime sous la menace d’un couteau et d’un marteau.

Ce 13 novembre, ce sont trois jeunes enfants de 10 à 13 ans qui ont été interpellés vers 2h20 suite au déclenchement d’une alarme dans une pharmacie rue de la Branchoire, à Saint-Herblain. L’un d’eux portait sur lui une torche et un tournevis. Tous trois ont été placés en foyers.

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine