laïcité

À Vesoul, une religieuse catholique âgée de plus de 70 ans s’est vu notifier l’obligation de ne plus porter sa tenue si elle voulait intégrer une maison de retraite. Au nom de la laïcité…

Religieuse catholique : une laïcité aveugle

Originaire de Haute- Saône, une soeur a décidé en octobre 2018 de venir vivre ses vieux jours à Vesoul, préfecture du département de la Haute-Saône. Et plus précisément dans le « Foyer Logements », une résidence pour personnes âgées gérée par le Centre Communal d’Action Sociale de la ville.

Après une vie entière passée dans un couvent dans la Drôme, elle n’envisageait pas de ne plus se vêtir de sa tenue religieuse habituelle. Ce qui n’a pas manqué de faire réagir le CCAS de Vesoul. Lequel lui adressa un courrier en juillet 2019. Si la commission d’attribution a accepté sa demande de logement, un prérequis est toutefois nécessaire : « au sein de nos structures nos résidents peuvent avoir des préférences et convictions et celles-ci doivent être respectées ». Mais « dans le respect de la laïcité tout signe ostentatoire d’appartenance à une communauté religieuse ne peut être acceptée en vue d’assurer la sérénité de toutes et de tous ».

Le ton est donc donné : la sœur ne pourra disposer de sa place dans le Foyer Logements qu’à la condition de ne plus porter ni voile ni habit religieux. Tout juste une croix discrète.

Le maire de Vesoul tente d’éteindre l’incendie

Après une vie entièrement dédiée à la foi chrétienne, un tel renoncement est apparu inconcevable à la sœur. Elle a donc refusé ces conditions et a finalement trouvé un logement dans le parc locatif privé.

Voilà à quoi conduit une application désincarnée de ce principe de laïcité dans la France de 2019. France dont le général de Gaulle rappelait en 1959 qu’il s’agissait d’un pays « de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne ». Mais la question religieuse est devenue largement plus polémique entre temps. Au point de pousser certaines administration à des excès de zèle. De surcroît à l’encontre de catholiques dont le prosélytisme n’est pas le plus virulent en France ces temps-ci…

Face aux réactions suscitées par cette affaire, le maire de Vesoul Alain Chrétien a apporté des précisions via un communiqué en date du 19 novembre :

L’édile y dénonce « une erreur d’appréciation très regrettable » et s’engage « personnellement » à trouver un logement à la religieuse au sein de la résidence autonome. Tout en rappelant qu’en France, « l’obligation de neutralité s’applique aux agents du service public et pas aux résidents. »

Un revirement de dernière minute largement encouragé par le début de tollé visant le CCAS sur les réseaux sociaux. Sans ce battage médiatique, nul doute que la sœur de 70 ans n’aurait probablement pas pu bénéficier de cette proposition faisant enfin preuve d’un peu de bon sens.

AK

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/fz_3d)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine