Infobésité : quand trop d’information tue l’information

A LA UNE

Êtes-vous victimes d’infobésité ? Quand la surcharge d’informations dans notre environnement devient problématique. Avec des conséquences néfastes en prime !

L’infobésité, qu’est-ce que c’est ?

Issue de la contraction entre les termes « information » et « obésité », l’« infobésité » désigne la surcharge d’informations à laquelle nous sommes tous les jours confrontés.
Le phénomène fait son apparition dès la fin des années 1990, époque où les premières chaînes d’information en continu commencent à émettre. Puis le clou est enfoncé avec l’avènement du web au début des années 2000, multipliant les sources de diffusion de l’information. Mais ce développement de l’internet, en plus d’augmenter grandement cette propagation de l’information, se démarque surtout par sa rapidité de traitement quasi immédiate de cette information par rapport à la presse écrite, la télévision et, dans une moindre mesure, la radio.
Puis, à cette profusion d’informations distillées via tous les canaux possibles, va progressivement venir s’ajouter le commentaire de l’information. Un exercice dans lequel vont exceller de nombreux blogueurs, youtubeurs et désormais twittos. Dans le même temps, le développement des Facebook Live et de l’application Periscope couplé aux progrès technologiques des outils de communication va permettre au quidam de venir faire de l’ombre aux éditions spéciales des chaînes d’infos. Comme lors de ces longs après-midis de manifestations des Gilets jaunes où les images de terrain furent entrecoupées d’interventions d’« experts » comblant les vides.

Les effets néfastes de la surcharge informationnelle

Mais cette abondance d’informations en tous temps et en tous lieux n’est pas sans conséquences sur nos existences. Avec, au premier chef, une fragmentation croissante de notre attention. Ce qui est notamment concrétisé par une moins bonne capacité de concentration avec, comme exemple le plus manifeste, les notifications apparaissant sur nos téléphones plusieurs fois par jour.

Par ailleurs, une « consommation » trop importante d’informations, surtout de piètre qualité (basées sur leur caractère sensationnel), peut avoir des répercussions physiques, émotionnelles (stress) et intellectuelles (syndrome de débordement cognitif et d’épuisement professionnel, cyberdépendance, déficit de créativité, perte de mémoire, altération du jugement, indécision).

Enfin, l’infobésité peut engendrer deux autres conséquences négatives selon la pertinence des informations en question ou non. Si les informations vous paraissent pertinentes, vous serez donc conduits à sacrifier une partie de votre temps pour en assimiler le contenu. À l’inverse, lorsque ces informations ne sont pas pertinentes, elles occasionnent alors un bruit documentaire inutile et un gaspillage de temps. Ainsi qu’une déconcentration, une fois de plus.

Pour éviter de tomber dans ce piège de l’infobésité, acceptez dans un premier temps de renoncer à l’idée d’exhaustivité en admettant qu’il vous sera impossible de prendre connaissance de tout. La nécessité d’une hiérarchisation de l’information est aussi essentielle.

AK

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« Vivre ensemble » à Brest. Des policiers attaqués dans le quartier de Kérédern

La police n'effraie plus les voyous. A Brest, des policiers ont été attaqués, dimanche, en pleine journée, dans le...

Marsault, l’encre et le bazooka

Marsault, dessinateur humoristique et auteur de bande dessinée à succès, est l'invité de Livre Noir. Rare dans les médias,...

Articles liés