Plusieurs lecteurs nous signalent une forte hausse des vols à la roulotte dans le quartier situé aux abords de la place René Bouhier et de l’église (actuellement en travaux) Notre-Dame de Bon Port. Des dizaines de véhicules ont été fracturés et leur contenu volé.

Dans la nuit du 16 au 17 novembre, au moins cinq véhicules ont eu leurs vitres brisées dans le quartier. Puis dans la nuit du 17 au 18, une dizaine de véhicules ont été touchés à des degrés divers. Nous avons reçu le témoignage de l’une des victimes :

« Les vols ont commencé la nuit précédente puisque j’ai remarqué dimanche matin au moins 5 véhicules avec des vitres brisées. Ce matin c’était l’hécatombe dans le quartier, au moins 10 véhicules dans le même cas que le mien… Tout cela se passe dans les rues adjacentes à la place René bouhier.  J’ai donc déposé plainte ce matin [le 18 novembre] au commissariat central de Nantes. J’en suis ressorti dépité. Les policiers eux mêmes sont dépités, ils ne cessent de monter des dossiers contre ces voleurs qui dès lors qu’ils se retrouvent devant la justice sont relâchés immédiatement ».

« Des soi-disant mineurs isolés maghrébins  », immédiatement relâchés

Les voleurs n’ont fracturé qu’une petite vitre, et ont ouvert ainsi la voiture. « Cependant ils n’ont pas volé ce qui était dans le coffre. Les policiers m’ont dit qu’ils ont été sans doute dérangés ». Et en ouvrant la vitre, le voleur s’est blessé : « il y avait du sang et ils ont fait un prélèvement ADN ». Généralement, les voleurs sont équipés d’outils divers, notamment de petits marteaux de secours, « mais il y en a qui font ça à l’arrache, en ouvrant les vitres à coups de pieds », relève un policier.

Des vols à la roulotte nous sont régulièrement signalés sur diverses voies du quartier, notamment rue Charles Brunellière, rue Dobrée, rue Sibille, rue de la Verrerie et le long du quai de la Fosse. Pas de quoi étonner ce policier : « on arrête souvent les mêmes, notamment des soi-disant mineurs isolés maghrébins qui traînent quai de la Fosse et à Médiathèque. Ils savent que plus haut c’est plus bourge, alors ils y vont et font des vols à la roulotte jusqu’à ce qu’ils trouvent des choses intéressantes ou qu’ils ne soient dérangés ». Les objets volés sont revendus à des receleurs et finissent parfois à l’étranger, notamment dans les pays du Maghreb.

Selon la police nationale – qui se garde bien de donner d’autres statistiques – les vols à la roulotte auraient baissé de 13% en janvier et février 2019 à Nantes et 45 individus auraient été arrêtés pour des vols à la roulotte. « Ce qu’ils oublient de dire, c’est la suite judiciaire donnée », lâche un policier nantais. « Rien, ou presque. Ils disent qu’ils sont mineurs, et les juges les relâchent, basta. On arrête parfois les mêmes trois fois par jour ! »

Cependant, comme le fait remarquer le journaliste nantais Antoine Torzec (RCF) dont trois proches ont été victimes de vols à la roulotte dans le centre-ville en deux semaines, « les vols à la roulotte ont augmenté de 130% entre 2015 et 2018 ». Mais officiellement tout va pour le mieux à Nantes, consacrée « ville la plus attractive de France » selon une étude d’Arthur Lloyd centrée sur l’emploi et l’augmentation de population. Heureusement pour la maire socialiste de Nantes Johanna Rolland, en campagne pour sa réélection, cette étude délaisse l’insécurité, qui plombe la vie des Nantais au quotidien.


Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine