Féministes : mieux vaut être pro-voile qu’anti-immigration… [Vidéo]

A LA UNE

La manifestation contre les « féminicides » qui avait lieu à Paris le 23 novembre a donné lieu à une scène prévisible : des militantes féministes dénonçant les liens entre agressions à l’encontre des femmes et immigration extra-européenne ont été expulsées du cortège.

Collectif Nous Toutes : du monde et des paradoxes

Ce sont des dizaines de milliers de personnes qui se sont rassemblées dans les rues de Paris samedi 23 novembre à l’appel du collectif Nous Toutes. Le but de cette journée était officiellement de dénoncer les 137 « féminicides » recensés en France depuis le début de l’année.

Si l’ambition des organisateurs, via cette mobilisation, était initialement de faire évoluer les choses pour garantir le respect et le droit des femmes, force est de constater que certaines scènes observées furent pour le moins paradoxales. Avec, en premier lieu, la présence de trois élues EELV et LFI, à savoir Esther Benbassa, Manon Aubry et Clémentine Autain.

Des personnalités qui défilaient déjà dans les rues parisiennes le 10 novembre dernier… pour marcher contre l’islamophobie avec des « Allah Akbar » scandés par certains manifestants. Dans une ambiance où « le respect et le droit des femmes » prenaient alors d’étranges accents. Mais « l’intersectionnalité des luttes » permet visiblement ce genre de contorsions :

« Je rêve d’une France où les femmes qui parlent de viol sont plus écoutées que les hommes qui parlent de voile », prônait ainsi une pancarte brandie samedi pour dénoncer les « féminicides »…

Féministes anti-immigration : chassées de la manifestation

Toutefois, si ce jeu sur deux tableaux de la part de certaines figures du féminisme n’a pas semblé interpeller l’assistance, l’intransigeance a été tout autre dès lors que le collectif Nemesis a fait son apparition. Se présentant comme féministe et anti-immigration, ce dernier a tenu à faire le lien entre une part des violences faites aux femmes et l’immigration extra-européenne.

En relevant notamment que les étrangers représentent 52 % des violeurs en Île-de-France. Ou en rappelant ironiquement à la médiatique militante féministe Caroline de Haas son idée d’élargir les trottoirs de Paris pour lutter contre le harcèlement de rue. Un moyen efficace de ne pas nommer les vrais responsables. Une omerta à laquelle Nemesis a tenté de mettre fin. Avant de se faire rapidement chasser de la manifestation.

C’est donc une conception assez particulière de la liberté d’expression et de la solidarité féminine qu’ont donné à voir les manifestantes venues s’en prendre au collectif Nemesis. Et pendant ce temps-là, l’ennemi, c’est le mâle blanc.

AK

Crédit photo : Twitter Nemesis
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

A la une de cette édition, Emmanuel Macron se couche face à Joe Biden. L'issue de l’affaire des sous-marins...

Cyclisme. Elmar Reinders remporte la quatrième étape du tour de Bretagne

La quatrième étape du Tour de Bretagne entre Ploeren (Morbihan) et Louisfert (Loire-Atlantique) a été remportée par le néerlandais...

Articles liés