Devenir partenaire
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Féministes : mieux vaut être pro-voile qu’anti-immigration… [Vidéo]

La manifestation contre les « féminicides » qui avait lieu à Paris le 23 novembre a donné lieu à une scène prévisible : des militantes féministes dénonçant les liens entre agressions à l’encontre des femmes et immigration extra-européenne ont été expulsées du cortège.

Collectif Nous Toutes : du monde et des paradoxes

Ce sont des dizaines de milliers de personnes qui se sont rassemblées dans les rues de Paris samedi 23 novembre à l’appel du collectif Nous Toutes. Le but de cette journée était officiellement de dénoncer les 137 « féminicides » recensés en France depuis le début de l’année.

Si l’ambition des organisateurs, via cette mobilisation, était initialement de faire évoluer les choses pour garantir le respect et le droit des femmes, force est de constater que certaines scènes observées furent pour le moins paradoxales. Avec, en premier lieu, la présence de trois élues EELV et LFI, à savoir Esther Benbassa, Manon Aubry et Clémentine Autain.

Des personnalités qui défilaient déjà dans les rues parisiennes le 10 novembre dernier… pour marcher contre l’islamophobie avec des « Allah Akbar » scandés par certains manifestants. Dans une ambiance où « le respect et le droit des femmes » prenaient alors d’étranges accents. Mais « l’intersectionnalité des luttes » permet visiblement ce genre de contorsions :

« Je rêve d’une France où les femmes qui parlent de viol sont plus écoutées que les hommes qui parlent de voile », prônait ainsi une pancarte brandie samedi pour dénoncer les « féminicides »…

Féministes anti-immigration : chassées de la manifestation

Toutefois, si ce jeu sur deux tableaux de la part de certaines figures du féminisme n’a pas semblé interpeller l’assistance, l’intransigeance a été tout autre dès lors que le collectif Nemesis a fait son apparition. Se présentant comme féministe et anti-immigration, ce dernier a tenu à faire le lien entre une part des violences faites aux femmes et l’immigration extra-européenne.

En relevant notamment que les étrangers représentent 52 % des violeurs en Île-de-France. Ou en rappelant ironiquement à la médiatique militante féministe Caroline de Haas son idée d’élargir les trottoirs de Paris pour lutter contre le harcèlement de rue. Un moyen efficace de ne pas nommer les vrais responsables. Une omerta à laquelle Nemesis a tenté de mettre fin. Avant de se faire rapidement chasser de la manifestation.

https://www.youtube.com/watch?v=EnSsYfwIVIg

C’est donc une conception assez particulière de la liberté d’expression et de la solidarité féminine qu’ont donné à voir les manifestantes venues s’en prendre au collectif Nemesis. Et pendant ce temps-là, l’ennemi, c’est le mâle blanc.

AK

Crédit photo : Twitter Nemesis
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

Ce sujet vous intéresse ?

Créez un compte ou connectez-vous sur Breizh Info et sélectionnez vos catégories favorites pour ne pas rater l'information qui VOUS intéresse.

Publicité

Soutenez Breizh-info

LES DERNIERS ARTICLES

Santé

Les super pouvoirs de la musique. Reportage

A La Une, International

J.D. Vance (sénateur Républicain de l’Ohio) : « J’aimerais que les élites européennes écoutent leurs citoyens pour une fois »

Environnement

Les pratiques agricoles durables

Train

Lamballe

Bretagne : Retour du train entre Dinan et Lamballe en 2024 après un an de travaux

Sociétal

Frédéric Aigouy, le journaliste interdit d’Elysée

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Economie

Après ceux de Breizh-info.com, le Crédit Mutuel ferme les comptes bancaires de l’association féministe Némésis [Matthieu Bock-Côté évoque ces décisions arbitraires]

Découvrir l'article

Sociétal

Alice Cordier (collectif Némésis) en garde à vue pour une banderole déployée à Lille : elle raconte

Découvrir l'article

NANTES, Sociétal

Viols, agressions, vols…Le collectif féministe Némésis mène une action d’agit-prop sur le Grand Elephant et le voyage à Nantes

Découvrir l'article

Insolite, Local, RENNES, Sociétal, Société

Rennes. Les « pédés » féministes se retrouvent entre elles mais… sans les femmes !

Découvrir l'article

International, Sociétal

Des féministes identitaires du Collectif Némésis violemment agressées en Suisse par des « antifas » [Vidéo]

Découvrir l'article

NANTES

« Aujourd’hui Nantes la capitale historique de la Bretagne se transforme de plus en plus en Kaboul ». Une nantaise adresse un message aux femmes

Découvrir l'article

Sociétal

« Vous n’avez pas de nom à consonance étrangère, vous n’avez pas 4 enfants, donc vous n’êtes pas prioritaire pour un HLM » : La députée RN Julie Lechanteux raconte son passé de française discriminée dans son pays

Découvrir l'article

Sociétal

Marguerite Stern, de Femen à Némésis ? Le triomphe du réel – Nouvelle Vague #84

Découvrir l'article

NANTES, Sociétal

« Autrefois ville préférée des Français, Nantes est devenue un enfer ». Une jeune femme témoigne

Découvrir l'article

Sociétal

Immigration et féminisme. Des militantes de Nemesis prises à partie par des militants d’Utopia 56

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍