civ6_plaement_quartiers_1

Plusieurs années après sa sortie sur PC, le jeu Sid Meier’s Civilization VI arrive sur Playstation 4 et sur la Xbox one, un choix original et inédit de la part des éditeurs du jeu, traditionnellement destiné aux ordinateurs. Avec à la clé une adaptation particulièrement réussie, pour un jeu pourtant difficile à transposer.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le concept du jeu culte Civilization (les malheureux !), il s’agit d’un jeu de stratégie au tour par tour, via une carte divisée en hexagones, dans lequel on vous demande de diriger une civilisation, un empire, depuis la nuit des temps jusqu’à l’âge moderne et même au futur. En gérant tous les aspects, ce qui fait la force et la faiblesse d’un empire (guerre, commerce, construction, social, religion). Avec un profil guerrier, comme avec un profil diplomate, ou même religieux, vous pouvez progresser, et réaliser de belles choses dans votre monde.

Il vous faudra gérer y compris les constructions de villes et de quartiers à l’intérieur, pour assurer la pérennité de votre civilisation. Vous devez tout contrôler, et cela demande du temps, beaucoup de temps. Comme un football manager dans un autre registre, Civilization est un jeu particulièrement chronophage. On y passe des dizaines et des dizaines d’heures sans s’en rendre compte (enfin si, lorsqu’on regarde sa montre, ou qu’on finit par irriter ceux qui nous entourent…). Mais c’est tellement plaisant, et cela se renouvelle tellement bien, génération après génération. Construire une civilisation depuis la nuit des temps, et la faire prospérer et dominer les autres à travers les siècles, qui n’a pas rêver de le faire ?

Pour les versions sur consoles, pas d’énormes changements par rapport à la version PC, et c’est tant mieux. Les cartes sont tout aussi grandes que sur PC, avec toutefois des ralentissements et des chargements parfois un peu compliqués, en fonction du type de carte que vous choisissez. Le fait de jouer avec une manette et non plus avec le clavier et la souris se passe tout de même bien, mais il faut un temps de prise en main. La visibilité sur TV n’est pas particulièrement mauvaise, si ce n’est que le grossissement d’écran entraîne parfois quelques imprécisions.

Vous pouvez également jouer en multijoueur, mais nous n’avons pas essayé.

Le jeu peut également se compléter avec deux extensions (Rise & Fall et Gathering Storm), qui vous coûteront tout de même 39,99 € en plus. Mais vous vous amuserez très bien sans. Donc l’investissement ne vaut pas forcément la chandelle, même si cela apporte également du contenu et des idées supplémentaires, en terme de diplomatie, en terme d’écologie et d’environnement.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V