Emoji drapeau breton : objectif atteint pour le financement, et maintenant ? [Vidéo]

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Nouvel épisode dans le feuilleton concernant la création d’un émoji drapeau breton : la campagne de financement participatif a porté ses fruits et les 20 000 euros demandés ont été récoltés. Mais le plus dur reste à faire…

Emoji drapeau breton : objectif atteint à 112 %

Le drapeau breton a des adeptes. Y compris pour sa version numérique, l’émoji, pas encore disponible sur les 5 milliards de smartphones utilisés dans le monde chaque jour. Mais cette situation arrive peut-être bientôt à son terme. Ainsi, la campagne de financement participatif lancée en ligne sur la plateforme Kengo.bzh depuis le 19 septembre dernier par l’association www.bzh a permis de récolter 22 650 euros tandis que l’objectif de 20 000 euros était fixé. Une somme représentant donc 112 % du montant initialement espéré.

Le président de l’association www.bzh David Lesvenan précise que les donateurs constituent « un large panel de 671 contributeurs installés aux quatre coins du monde : les dons sont venus du Japon, du Canada, de Hong-Kong, des États-Unis ou encore d’Australie ! ».

Avec ces fonds, l’heure est désormais à la mise en place d’une grande campagne de communication début 2020 pour enfin permettre aux Bretons (et aux autres) de disposer de leur émoji national.

Gwenn ha Du : 2020 année décisive pour l’émoji

Nouvelle étape promotionnelle pour l’émoji Gwenn ha Du, les noms des 671 contributeurs seront inscrits durant un an sur un mur suspendu de 15 mètres de long à partir du 4 décembre aux Ateliers des Capucins, à Brest. Pour remercier ces derniers mais également pour mettre à l’honneur l’ensemble des partenaires de l’opération #EmojiBZH.

Place désormais au lancement de la grande campagne de communication qui va commencer début 2020 en Bretagne et dans le monde entier, notamment via les réseaux sociaux. L’objectif étant de démontrer aux plateformes que l’émoji drapeau breton est plébiscité par le plus grand nombre, laissant augurer d’une utilisation massive une fois disponible.

Après cette opération de lobbying, l’association déposera une nouvelle candidature pour l’émoji drapeau breton au printemps 2020 auprès du consortium Unicode, instance américaine qui détermine la mise en place des émojis au niveau mondial. Ce consortium est un « jury » qui ne se réunit qu’une seule fois par an pour valider (ou non) les nouveaux émojis. Avec idéalement l’adoption de cet émoji drapeau breton par au moins une plateforme (Twitter ?) avant le passage devant le jury.

Toutefois, avec quelques 5 000 drapeaux régionaux qui attendent eux-aussi la création de leur émoji à travers le monde, les Bretons vont devoir se surpasser.

AK

Crédit photo : DR (Photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, 
dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Rugby. La FFR s’engage…. « pour l’inclusion des trans-identitaires dans le rugby »

A chaque journée sa nouvelle information pour nous rappelons que nous vivons dans une société qui a activé le...

Etienne Chouard : Introduction à la thèse que je défends depuis 2005

Etienne Chouard : Introduction à la thèse que je défends depuis 2005 https://www.youtube.com/watch?v=MtLH-S-3WUs Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de...

Articles liés

Immobilier, résidences secondaires, statut de résident : La Bretagne aux Bretons ! [L’Agora]

La crise du Covid-19 et les mesures sanitaires folles qui ont suivi ont déclenché une crise, potentiellement bien plus lourde de conséquences pour la...

« Paris, garde tes immigrés. Breton maître chez toi ». Après la violente agression à Ploërmel, de jeunes bretons manifestent

Nous nous sommes faits écho la semaine dernière d'une violente agression qui a eu lieu à Ploërmel (vidéo censurée par Youtube depuis) et d'une...

Arnaque en Bretagne. Le Gwen Ha Du flotte sur la mairie de Nantes, métropole de moins en moins bretonne… [L’Agora]

Qu'est-ce qui est plus gogo qu'un militant breton, hormis un autre militant breton peut être ? Ainsi donc, les voici qui se félicitent tous parce...

La mairie de Nantes hisse le Gwenn-ha-Du

« C’est probablement de la démagogie, mais ça fait plaisir quand même », philosophe L. sous son masque en regardant Johanna Rolland, maire de Nantes, hisser...