En Bretagne, la SNCF continue à fermer des guichets

A LA UNE

Avec Guillaume Pépy, c’était le « Tout TGV ». Son successeur à la tête de la SNCF, Jean-Pierre Farandon, va-t-il remettre les lignes TER à l’ordre du jour ?

« Jean-Pierre Farandon m’a assuré qu’il voulait remettre les usagers au cœur de son action », assure Bruneau Gazeau, président de la Fédération nationale des usagers des transports publics.  «  Il comprend bien, par exemple, qu’il ne faut pas continuer avec la politique qui consiste à fermer tous les guichets », poursuit cet ardent défenseur des intérêts des voyageurs qui se dit « optimiste » (Capital, décembre 2019).

Rattraper les « mauvais coups » portés par Guillaume Pépy

Le nouveau patron de la SNCF semble donc plein de bonne volonté. Il pourrait, par exemple, rattraper les « mauvais coups » portés par son prédécesseur Guillaume Pépy, aux lignes bretonnes. Quelques exemples récents. Ouvert en 2014 dans l’ancienne gare réhabilitée, le guichet SNCF de Nort-sur-Erdre était en service depuis l’ouverture de la ligne de tram – train Nantes – Châteaubriant ; il est fermé depuis le samedi 30 novembre (Presse Océan, mardi 26 novembre 2019). Il est même question de fermer les guichets dans le périmètre périurbain nantais (Lignes de Nantes à Châteaubriant, Clisson, Savenay, Ancenis, Sainte-Pazanne). D’où le mécontentement des usagers, des élus et des cheminots (Ouest-France, Loire-Atlantique, lundi 23 septembre 2019).

 Mais ce n’est qu’un début puisque le guichet de la gare de Pornic est fermé (depuis le 1er novembre 2019), ainsi que celui de Châteaubriant (depuis le 2 décembre 2019). Dans le premier cas, les billets sont désormais vendus par l’office de tourisme voisin. Dans le second, l’employé de la SNCF (à la fois chef de gare et agent d’accueil) est remplacé par deux agents intercommunaux. La gare devient la « maison de la mobilité » (sic). On notera que les locaux sont neufs puisque la gare a été rénovée en 2013 pour accueillir le tram – train Nantes – Châteaubriant (Ouest-France, Loire-Atlantique,  16 – 17 novembre 2019). Mais l’affaire n’est pas gratuite puisque la SNCF percevra une redevance annuelle de 1 398 euros pour l’ensemble de la gare, soit le guichet d’accueil (14 m² )et le hall (150 m²). Au total, cette « maison de la mobilité » aura un coût de fonctionnement de 50 000 euros par an.

« Cheminot première langue » 

Il parait que Farandon se vante de parler « Cheminot première langue » ; on peut lui conseiller de parler également « client première langue » puisque son plan tient en trois mots : « proximité, productivité, polyvalence ».

Et si Farandon veut s’intéresser à la ruralité, nous lui suggérons de rouvrir la ligne TER Pontivy – Loudéac – Saint-Brieuc. Avec l’aide financière de la région Bretagne,et du Département des Côtes-d’Armor, l’opération doit être possible. Et là, miracle, il parviendrait à combiner proximité et ruralité. Qu’en pense Gérard Lahellec, vice-président du conseil régional de Bretagne, chargé des transports ?

Bernard Morvan

Crédit photo : Geralix/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

BHL et BZH contre Zemmour [L’Agora]

Bernard-Henri Lévy n’aime pas Éric Zemmour. Et le reproche le plus terrible qu’il trouve à lui adresser est : « Zemmour...

Un roi sans divertissement, roman de Giono, adapté en BD

Après Le Chien de Dieu, biographie de l’écrivain Céline, et Nez-de-Cuir, célèbre roman de Jean de La Varende, Jean...

Articles liés