Russie. Mikhail Khazin : « Gorbatchev a fini en traître » [Vidéo]

A LA UNE

La chute du mur de Berlin (et la fin du communisme en Europe de l’Est), il y a 30 ans, donne l’opportunité de repenser ces événements avec distance. Nos confrères de TV Libertés et du Visegrád Post ont publié plusieurs entretiens avec des personnalités aux points de vue divers : l’universitaire croate Tomislav Sunić, le pasteur László Tőkés à l’origine de la révolution roumaine, l’agent polonais Marian Charukiewicz, le communiste hongrois Gyula Thürmer, le cardinal polonais Stanisław Dziwisz.

Breizh Info a déjà publié à ce sujet un entretien avec le philosophe russe Alexandre Douguine. Aujourd’hui, nous vous proposons un entretien avec l’économiste russe Mikhail Khazin. Il est notamment l’auteur en 2003 de l’ouvrage Coucher de soleil sur l’empire du dollar et fin de la Pax Americana.

Breizh Info : Vous êtes né en 1962, vous aviez 27 ans en 1989 lorsque le mur de Berlin est tombé et annonçait la fin du communisme. Que faisiez-vous à ce moment-là, qu’attendiez-vous de l’avenir, quelles étaient vos peurs ou espérances de ce changement qui était en train de survenir ?

Mikhail Khazin : C’est un sujet difficile. À cette époque, j’étais scientifique et la vie politique m’intéressait peu. Au début, je participais à ce que l’on pourrait appeler « des expériences numériques de type dynamique ». J’essayais de développer une nouvelle méthodologie pour calculer le mouvement des molécules sur un ordinateur. Ce sujet était faiblement lié à la politique.

J’étais extrêmement sceptique face à l’activité politique de nombreux employés de l’Académie des sciences de l’URSS, convaincu que ces personnes étaient organiquement incapables d’activités de gestion (ce qu’elles ont ultérieurement démontré).

Moi-même, en raison de ce que je devais gérer (j’ai commandé l’équipe de construction, j’emmenais les étudiants en randonnée dans le cadre des programmes de l’école de mathématiques de Moscou), j’ai bien compris le sens des responsabilités qui incombent à toute personne en charge de quelque chose. Mais les libéraux russes manquaient complètement de sens des responsabilités.

Tel que je le comprends maintenant, il s’agit là d’un concept libéral général, selon lequel un libéral n’est pas responsable devant la société. D’une manière générale, cela ne découle pas de la définition philosophique du libéralisme ; toutefois, le libéralisme moderne n’est pas un concept philosophique, mais politique. Et dans le cadre du concept politique, le libéralisme n’accepte catégoriquement pas la responsabilité (celle d’un fonctionnaire, d’un banquier, d’un entrepreneur). On a vu dans toute leur plénitude les effets négatifs de cette approche.

En 1989, je suis passé de l’Académie des sciences à l’Institut de statistiques et j’ai commencé à travailler sur les statistiques économiques, ce qui m’a permis de former mon opinion quelques années plus tard sur les réformes en cours – mais c’était plus tard.

En ce qui concerne la destruction du mur de Berlin, je m’inquiétais d’une chose : je croyais que l’unification des deux États allemands se déroulerait sur un pied d’égalité.

Au lieu de cela, il y a eu une saisie de la RDA (République démocratique allemande, ou Allemagne de l’Est) par la RFA (République fédérale d’Allemagne, ou Allemagne de l’Ouest), avec des effets extrêmement durs (voire totalitaires) sur les personnes qui vivaient en RDA. Un génocide a été commis à l’encontre des enseignants, des officiers de l’armée, etc. Sans aucun doute, il n’est en aucune manière possible d’approuver ce génocide.

Breizh Info : Pensez-vous que Gorbatchev a été naïf dans les discussions qu’il a eues avec les Américains et le camp occidental ?

Mikhail Khazin : Dans un premier temps, Gorbatchev a essayé de résoudre certains problèmes. Il a tenté de lancer la modernisation de l’URSS, appelée « accélération ».

Quelques mois plus tard, Gorbatchev a compris que s’il continuait dans cette direction, il perdrait le pouvoir, car ses capacités dans l’appareil ne lui permettraient pas de garder la situation sous contrôle.

Et dans cette situation, il a entamé une réforme politique appelée « perestroïka » dans l’espoir de réussir à jeter les anciens cadres du parti dans les mains des jeunes. Dans le même temps, il voulait que ces jeunes lui soient personnellement reconnaissants d’avoir fait carrière.

Mais il est vite devenu évident que les jeunes ont décidé qu’ils étaient eux-mêmes les créateurs de leur propre bonheur, et la position de Gorbatchev est devenue encore plus instable. Dans le même temps, des personnes non qualifiées mais extrêmement ambitieuses ont commencé à prendre le pouvoir.

Dans cette situation, Gorbatchev a commencé à se livrer à des manœuvres situationnelles, notamment en se rendant compte qu’il était prêt à détruire l’URSS afin de préserver son statut. En 1989, à Malte, il a cédé l’URSS à Bush.

Il y avait d’autres options, moins tristes pour l’URSS, mais elles ont été finalement écartées au moment où, à la fin de 1991 et au début de 1992, les élites américaines sont arrivées à la conclusion qu’il fallait remplacer le président par Clinton. Après cela, tout était fini.

Pour cette raison, il n’est pas nécessaire de dire que Gorbatchev a fait du bien. Il a fini en traître.

Breizh Info : Au moment du changement de régime, comment avez-vous perçu l’importance des facteurs internes (en URSS et dans les pays du pacte de Varsovie) et externes dans la fin du communisme ? Trente ans plus tard, votre analyse a-t-elle évolué ?

Mikhail Khazin : Dans ce cas, je ne comprends pas vraiment le mot « régime », qui est généralement utilisé lorsqu’il existe un pouvoir illégitime. Nous pouvons parler du « régime Eltsine » après 1993, mais en URSS tous les dirigeants étaient absolument légitimes.

Le fait est qu’en un sens, une tragédie s’est produite en URSS. Jusqu’au milieu des années 1980, une génération très âgée était au pouvoir, et cette génération a grandi dans un régime de victoires constantes des idées marxistes. De plus, au début des années 1970, l’URSS a remporté une victoire économique.

L’Occident a généralement reconnu cela. Si vous lisez les politologues occidentaux de cette époque, ils écrivent tous la même chose : si l’URSS applique la doctrine des petits pas (selon laquelle chacun d’entre eux sera insuffisant pour déclencher un conflit nucléaire), il sera impossible de lui résister.

Ensuite, la direction de l’URSS – dans la logique de « nous gagnons encore cette inéluctabilité historique » – a décidé pour un certain nombre de raisons (que j’analyse dans mes textes) de prolonger la situation. Par conséquent, l’Occident a mis au point son propre modèle de modernisation, appelé « Reaganomics ».

L’essence de ce modèle était de stimuler la demande privée et consistait à lancer une nouvelle vague innovante, connue plus tard sous le nom de « l’économie de l’information ». Le résultat fut que l’URSS, qui avait gagné dans les années 1970 mais n’a pas profité de cette situation, a perdu dans les années 1980.

Après la génération Brejnev du « Politburo », une nouvelle génération est arrivée au pouvoir avec 15 ans de moins. Ils avaient un modèle complètement différent, ils croyaient que le socialisme ne pouvait pas gagner. Et pour cette raison, les réformes capitalistes ont commencé. Mais dès lors qu’ils ont commencé les réformes capitalistes, ils devaient signer tôt ou tard la capitulation devant le capitalisme.

En fait, cela n’était déterminé par aucune loi historique. Et encore une fois, je le répète : dans les années 1970, l’URSS a remporté la compétition entre les deux systèmes.

Et dans la situation actuelle, on voit que le modèle occidental est sur le point de s’effondrer naturellement, notamment en raison du fait que le modèle « Reaganomics » était a priori limité dans le temps. Au moment de son lancement, la tâche essentielle était de renverser l’URSS à tout prix.

Le monde d’aujourd’hui est au bord de la plus grande catastrophe économique de son histoire – peut-être depuis la révolution néolithique. La façon dont cela va se terminer n’est toujours pas très claire.

Breizh Info : Quelle vision avez-vous des années 1990 en Russie, jusqu’à la crise de 1998 ?

Mikhail Khazin : De manière générale, ils ont essayé de reconstruire l’économie selon le modèle du consensus de Washington, ce qui a conduit à un désastre. Ensuite, tous les actifs du pays, y compris le sous-sol, ont été transférés aux propriétaires occidentaux.

Rien ne pouvait être fait, car le consensus de Washington supposait que seul le dollar était la monnaie d’échange, or il n’y en avait pas à l’intérieur du pays, donc tout a été acheté pour un sou. Dans le même temps, tout cela s’est produit en violation totale de la loi. Je ne connais aucune transaction de privatisation qui aurait été adoptée sans enfreindre la loi. Aucune.

Dans le même temps, un seul accord de privatisation a été arrêté. J’ai réussi à le faire, puis j’ai dirigé l’administration économique du président de la Fédération de Russie. Cela m’a coûté le renvoi de la fonction publique. Mais l’accord a été interrompu, ce qui a permis à l’État d’en recevoir plus, environ 10 fois plus, à la suite de la privatisation.

Breizh Info : De quel accord parlez-vous ?

Mikhail Khazin : La privatisation de Rosgosstrakh [une grande compagnie d’assurance, Ndlr].

En 1998, après l’arrivée des libéraux à la Banque centrale (l’équipe Dubinin), un système d’obligations d’État à court terme a été créé à l’initiative des banques occidentales.

Dans le même temps, le corridor monétaire prévoyait pour les participants occidentaux à cette transaction une rentabilité d’environ 100 % en devises pour l’année (en outre, au titre du budget). Par conséquent, à un moment donné, le budget ne pouvait plus supporter cela et tout s’est effondré.

Par la suite, l’équipe de Gerashchenko-Maslyukov est arrivée aux manettes, ce qui lui a permis d’obtenir des taux de croissance élevés jusqu’en 2008 (pendant 10 ans), qui ont d’abord dépassé les 12 % par an. Mais l’équipe libérale est néanmoins revenue, et après 2008 les taux de croissance sont devenus extrêmement insignifiants, et depuis 2012 l’économie russe est en déclin constant.

Breizh Info : En dehors des aspects économiques, il y a eu un certain nombre de conflits politiques et militaires qui ont suivi la fin de l’URSS : l’Abkhazie, l’Ossétie, la Transnistrie, le Haut-Karabakh, plus récemment la Crimée et le Donbass. Aurait-il été possible, selon vous, avant de dissoudre l’URSS et de séparer les différentes républiques, de mieux réorganiser les frontières des républiques soviétiques pour prévenir les conflits futurs entre les républiques devenues indépendantes ?

Mikhail Khazin : Non. Je me souviens que le référendum de 1991 a montré que tous les citoyens de l’URSS voulaient préserver le pays. En outre, les dirigeants séparatistes des républiques baltes et de la Géorgie ont refusé de tenir un référendum car ils connaissaient le résultat : la majeure partie de la population était pour la préservation de l’URSS.

En outre, ils expliquent encore que si un référendum était organisé aujourd’hui, plus de la moitié de la population balte serait en faveur de l’adhésion à l’État uni. Quant à la Géorgie, il s’agit d’un pays spécifique (de même que les pays baltes). Ce ne sont pas des États souverains, car leurs gouvernements sont situés en dehors de leurs territoires. Certains des pays formés à la suite de l’effondrement de l’URSS ont complètement perdu leur subjectivité.

Ce sujet en URSS était tabou, impossible. Comme personne ne s’y attendait et n’en voulait, il était impossible d’en discuter. Pour cette raison, le seul effondrement possible a eu lieu le long des frontières administratives de l’URSS. Ce qui a conduit aux problèmes.

Beaucoup ne savent pas que l’Ukraine est membre fondateur de l’ONU (parmi les fondateurs de l’ONU se trouvent l’URSS, y compris l’Ukraine et la Biélorussie). L’Ukraine est donc membre fondateur de l’ONU sans la Crimée : la Crimée a été rattachée à l’Ukraine en 1954, et donc pour cette raison le retour de la Crimée vers la Russie n’a absolument pas modifié les frontières de l’après-guerre. Cela n’est évidemment pas souvent évoqué.

Je pense que cette situation sera résolue dans le processus de l’effondrement de l’Union européenne et de l’OTAN, ce qui est presque inévitable. Les citoyens des pays de l’UE n’y croient tout simplement pas, tout comme les citoyens de l’URSS ne croyaient pas en 1991 (lors du référendum) qu’elle s’effondrerait. Mais ceci, je le répète, est absolument inévitable pour des raisons économiques.

Pour ma part, je peux dire que les événements du mois dernier [entretien réalisé en septembre 2019, Ndlr] montrent que le modèle de Bretton Woods, sur lequel le système du dollar mondial a été construit, s’effondre.

Parmi les personnalités politiques de premier plan, le premier à en avoir parlé est le président Poutine en juin au Forum économique de Saint-Pétersbourg.

Ce sujet était si douloureux que l’équipe libérale a organisé le fameux scandale autour du journaliste Ivan Golounov, et seul un miracle l’a sauvé de la mort sur le modèle de Magnitski. Tout comme Magnitski a été tué avec l’argent de Browder (ou plutôt amené à la mort), Golounov aurait dû subir le même sort. Mais ils sont parvenus à le sauver.

Il faut comprendre que le groupe libéral – conventionnellement, les banquiers transnationaux – s’efforce très activement de rester au pouvoir. Mais ils ont commis une erreur fondamentale et fatale lorsque Trump a été amené au pouvoir aux États-Unis en novembre 2016.

Je voudrais souligner que les tendances ayant amené l’apparition de Trump ont été très longues – j’en ai parlé pour la première fois le 5 novembre 2014 à a conférence de Dartmouth à Dayton, dans l’Ohio. Trump n’était pas encore là. J’ai dit que les forces intéressées à sauver le vrai secteur de l’économie américaine au prix de la destruction du système monétaire mondial étaient devenues si fortes (ce qui est devenu évident lors des élections de mi-mandat du 4 novembre 2014) qu’elles seraient en mesure de faire passer leur candidat à la présidence des États-Unis. C’est ce qui s’est passé. À propos, il y avait deux candidats : pas seulement Trump, mais aussi Sanders.

Maintenant se profile l’effondrement de ce monde du dollar – ou si vous préférez, de l’empire des banquiers transnationaux, qui ont pris le contrôle du monde en trois étapes. La première était en 1913 avec la création de la FED, la deuxième était en 1944 avec le système de Bretton Woods, et la troisième en 1981 avec les « Reaganomics ». En ce sens, les États-Unis sont tout autant un pays occupé que la Russie.

Avant Trump, les banquiers géraient l’économie américaine à leur guise. Ils essaient toujours de résister, comme en témoigne le conflit entre Trump et Powell [Jerome Powell, Président de la Réserve fédérale, Ndlr]. L’élection de 2020 ne sera pas un combat entre républicains et démocrates, mais le choix entre l’équipe qui veut sauver le système mondial du dollar au prix de la destruction de l’économie américaine, et l’équipe qui veut sauver les États-Unis en détruisant le système mondial du dollar (c’est-à-dire, Trump).

Je pense que Trump va gagner, mais ce sera un rude combat. Le principal problème sera soit avant les élections [de 2020], soit immédiatement après, lorsque les bulles sur les marchés financiers auront éclaté. Car l’économie américaine, son PIB, va s’effondrer de 60 %. Il n’y a jamais eu de crise de cette ampleur dans l’histoire. Le PIB de l’Europe occidentale s’effondrera de moitié et verra la destruction de l’UE et de l’OTAN.

L’invitation de Poutine au G7 de Trump était une démonstration directe : le G7 ressemblait à une comédie italienne, dans laquelle Abe [le Premier ministre japonais] jouait le rôle de Pierre-misanthrope et Trump celui de l’Arlequin qui frappe tout le monde avec un bâton.

En fait, il est clair qu’en 2020, Trump, Poutine et Xi Jinping devront réfléchir sur l’aspect futur du monde. En 2022-2023, une nouvelle conférence internationale aura lieu (analogue du Congrès de Westphalie ou de Vienne, de la Conférence de Paris, ou de Bretton Woods), durant laquelle de nouvelles règles politiques et économiques seront adoptées. Cela se fera peut-être en deux étapes, car la conférence de Bretton Woods a été précédée par celle de Téhéran [en décembre 1943, Ndlr].

Par conséquent, parler de l’avenir n’est possible qu’après l’approbation par Trump, Poutine et Xi Jinping du nouvel ordre mondial en 2022-2023. Et dans le cadre du nouvel ordre mondial, les frontières (y compris en Europe) seront différentes. J’ai une vision de la façon dont cela va se passer, mais c’est une question distincte.

Breizh Info : Deux visions extérieures de la Russie coexistent à l’étranger : celle d’un pays militairement puissant voire menaçant, et celle d’un pays en partie sous-développé. On peut aussi constater une très forte différence de développement entre Moscou, les grandes métropoles russes, et le reste du pays. Comment voyez-vous aujourd’hui la puissance géopolitique et la situation économique de la Russie ?

Mikhail Khazin : Je voyage beaucoup dans le monde. Je peux dire que même en Pologne, les sentiments russophobes ont disparu parmi la population. Même en Pologne.

Quant au prétendu chaos économique… Le fait est que le PIB officiel de la Russie est de 1 200 milliards de dollars, ce qui est très petit. Mais en Russie, les prix sont complètement différents, donc en termes de parité de pouvoir d’achat vous pouvez le multiplier par environ 2,5. Et si vous monétisez l’économie sur les tendances américaines, vous pourrez le multiplier par 4 ou 5.

La Russie occupe le cinquième ou sixième rang économique mondial, après la Chine, les États-Unis, l’Inde et le Japon. Viennent ensuite la Russie et l’Allemagne. La question est de savoir qui est le plus gros.

Que se passe-t-il, à quoi cela va-t-il aboutir, quelles seront les conséquences, quel sera le nouveau modèle économique? Si nous examinons les écoles économiques occidentales modernes, elles ne peuvent même pas poser de telles questions. Onze années se sont écoulées depuis le début de la crise de 2008, période au cours de laquelle aucun prix Nobel n’a été attribué pour des œuvres consacrées à la crise.

En d’autres termes, les écoles économiques occidentales ignorent le thème même de la crise. Je n’évoquerai pas ici les raisons pour lesquelles cela se produit.

Cependant, le premier livre sur la crise future en Russie a été publié en 2003. Il s’agissait du livre Coucher de soleil sur l’empire du dollar et fin de la Pax Americana écrit par Andrei Kobyakov et moi-même.

Aujourd’hui, en termes de théorie économique, la Russie devance l’Occident d’au moins 15 ans, voire davantage. En ce sens, les perspectives d’après-crise dans notre pays sont beaucoup plus positives qu’en Occident. Je regarde donc cette perspective avec une certaine ironie.

Il convient de noter qu’en Europe occidentale, y compris en France, en Europe de l’Est et dans d’autres régions du monde (à l’exception possible des États-Unis), les attitudes à l’égard de la Russie se sont considérablement améliorées au cours des cinq dernières années. Ce qui, en fait, a provoqué la propagande agressive que nous voyons.

Propos recueillis par YV

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes Métropole. Ces 33 maires de gauche qui veulent toujours plus de migrants en Bretagne et en France

Alors que les sondages, comme les intentions de vote, témoignent chaque jour d'un souhait majoritaire des Français d'en finir...

Brest. Trois voitures incendiées à Pontanézen

Trois voitures ont été incendiées à Pontanézen (Brest), dans la nuit de lundi à mardi. Les voitures étaient totalement embrasées...

Articles liés