Le mur de Berlin est tombé il y a 30 ans, le 9 novembre 1989. Cet épisode a marqué symboliquement la fin des démocraties populaires sous tutelle soviétique en Europe centrale, et préfigurait la fin de l’expérience soviétique en Russie, deux ans plus tard.

Alexandre Douguine, philosophe russe chantre de l’eurasisme, a fait part en exclusivité et sans filtre pour Breizh Info de son vécu personnel de cette période et de son analyse philosophique et politique de la fin de l’Union soviétique.

Voici les questions que nous lui avons notamment posées :

Vous étiez dans votre vingtaine dans les années 1980. Quels souvenirs avez-vous de votre vie de jeune homme dans l’Union soviétique finissante ?

Quelles ont été, selon vous, les causes internes et externes de la chute de l’URSS ?

Vladimir Poutine a un jour déclaré que celui qui ne regrette pas l’Union soviétique n’a pas de cœur, et celui qui voudrait la recréer n’a pas de tête. Que vous inspire cette réflexion ?

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V