Les militants d’extrême-gauche accompagnés de migrants qui occupent depuis mi-octobre un ancien collège privé rue du Chapeau Rouge, au cœur de Nantes, ont obtenu quatre mois de délai avant l’expulsion du squat, à la suite du jugement en référé prononcé ce 28 novembre. Ce qui va permettre au squat – autoproclamé épicentre de la mobilisation des Gilets jaunes (d’extrême gauche) de perdurer pendant la trêve hivernale, jusque fin mars.

Cependant, après la plainte de la fondation La Providence, dépendante de l’évêché, à laquelle appartient le bâtiment, EDF s’est décidé à couper l’électricité encore présente sur les lieux. L’évêché s’est fendu d’un communiqué pour dégager sa responsabilité : « la Fondation de la Providence avait porté plainte contre X au mois d’octobre, pour intrusion dans les bâtiments et dégradation. Procédure normale pour tout propriétaire […] pour dégager sa responsabilité ».

Concernant EDF, « Il est reproché par ailleurs à la Fondation d’avoir coupé l’accès à l’électricité. La Providence avait résilié les contrats EDF au début de l’année. L’accès à l’électricité ne dépend plus d’elle depuis la résiliation de ces abonnements ». Et de s’incliner devant les occupants : « le diocèse […] est très attentif à la situation des personnes actuellement présentes sur le site, tout particulièrement celle des femmes et des enfants. Il fera tout ce qu’il peut pour leur permettre d’accéder à un logement décent ainsi qu’aux droits qui leur sont dus par les collectivités publiques ».

Non content d’imposer cette nouvelle dîme aux contribuables nantais qui n’ont rien demandé, le diocèse s’apprête aussi à payer l’électricité aux squatteurs d’extrême gauche – qui disposent souvent pourtant d’une bonne situation – et aux migrants. Le journaliste ancien de RCF Anthony Torzec a affirmé hier sur Twitter que « l’évêque du @Diocese44 a demandé le rétablissement de l’électricité à la maison du Peuple (squat collège ND de Bon Conseil). En plus il paiera la facture ».

De quoi faire ironiser sur Twitter : « Bien. Le denier du culte à #Nantes sert aux #migrants Ils ne sont pourtant pas les seuls à être dans la rue ou la précarité », réagit un internaute. Qui poursuit : « Rien n’empêche le #diocèse d’être vraiment digne de ses discours et de leur ouvrir le Grand Séminaire et les presbytères de #Nantes. C’est chauffé et c’est aux normes en plus, idem pour le gymnase [de Beauséjour]. L’évêque c’est fais ce que je dis pas ce que je fais #honte ».

Jean-Paul James : priorité aux migrants

Lors de sa présentation à la presse, lundi 2 décembre, l’évêque de Nantes, Monseigneur James,  qui vient d’être nommé par le pape archevêque de Bordeaux,  a déclaré sur France bleu Gironde :  “ Beaucoup d’associations existent déjà et ont déjà travaillé je pense aux associations civiles mais aussi à toutes celles liées au diocèse de Bordeaux qui ont le souci de porter la problématique des personnes migrantes en particulier dans l’obtention de papiers, dans l’obtention de logement. Je crois que c’est par le fait de travailler ensemble, sociétés civiles, et religieux, chacun avec nos moyens, nos moyens sont faibles dans l’église catholique il n’y a pas grand chose mais nous voulons participer à ce souci du respect de la dignité de la personne humaine, en particulier de ces personnes qui sont pour certaines sans toit” .

Louis Moulin

Crédit photo :DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V