Le bifteck compte pour beaucoup en politique. À Nantes, Aymeric Séassau (PCF) négocie avec Johanna Rolland (PS) une place éligible sur la liste du maire sortant.

Venu participer à Haute-Goulaine (près de Nantes) à un forum sur la « social-écologie », Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste, l’a affirmé : la gauche peut « disparaître si elle part divisée aux élections ». « Je ne suis pas venu ici apporter la parole d’un parti politique, mais celle d’un camp », celui de la gauche, « un camp politique à un moment charnière, celui de sa disparition ». La bonne solution, « c’est de se retrouver », d’abord « pour les municipales » (Presse Océan, lundi 18 novembre 2019).

Aymeric Séassau (PCF) est gourmand

Il faut croire qu’à Nantes les « minuscules » de la gauche l’ont bien compris puisque la Gauche démocratique et sociale, Génération.s, Place publique et Nouvelle Donne soutiendront Johanna Rolland (PS). Il suffira de leur donner un strapontin : une place de conseiller municipal. Avec le PCF, ce sera plus compliqué car Aymeric Séassau, le secrétaire départemental, est gourmand. Adjoint au maire sortant (lecture publique et médiathèque), il a « bon espoir » de conserver « cinq ou six élus » dans la future majorité municipale en cas de victoire de Johanna Rolland (Presse Océan, jeudi 28 novembre 2019). Gourmand car, aux élections européennes de mai, la liste du Parti communiste n’a obtenu que 2,04 % des suffrages exprimés à Nantes, parvenant tout de même à dépasser le Parti animaliste (1,22 %).

Donc les communistes pèsent peu à Nantes, mais il est préférable de les avoir avec soi que contre soi. Sinon ils seraient tentés de monter une liste « gauche alternative » en rassemblant tous les débris de la gauche, voire de s’allier avec les écolos. Et comme le problème N°1 de Johanna Rolland est de dépasser Julie Laernoes (EELV) au premier tour, il est bon de négocier et de leur donner un petit fromage.

Un professionnel de la politique

En effet Aymeric Séassau (photo) est un professionnel de la politique. Il vit grâce aux indemnités que lui procurent ses mandats (adjoint au maire et membre du conseil métropolitain de Nantes Métropole). On doit donc pouvoir s’arranger avec lui car c’est un homme « compréhensif » et pas contrariant. Il en avait apporté la preuve lors de la « lutte » à Notre-Dame-des-Landes : la base communiste était hostile au projet d’aéroport tandis que Séassau y était favorable – comme tous les élus socialistes, Jean-Marc Ayrault en tête.

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine