Les Français veulent plus de pouvoir pour les régions

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

C’est une étude que les élus les plus décentralisateurs vont apprécier. Selon une enquête Harris Interactive, Le Figaro et Régions Magazine, les Français sont non seulement attachés à leur région mais aussi largement favorables à une augmentation des compétences accordées aux différentes collectivités locales.

Focalisée sur l’échelon régional, cette analyse montre que 90% des personnes interrogées connaissent le nom de leur région, dont 79% de manière parfaite. Cela est particulièrement vrai en Bretagne (91%) comme en Pays de la Loire et en Occitanie (89%). Les trois régions les moins bien identifiées localement, le restent tout de même par une majorité (57% en Centre-Val de Loire, 61% en Bourgogne-Franche-Comté et 64% en Auvergne-Rhône-Alpes).

Si la moitié des Français ne connaissent pas le nom de leur président de région, leur attachement à la collectivité est très fort (73 %), notamment chez les personnes les plus âgées (80 % chez les 65 ans et plus). Chez les 27 % de ceux qui affirment ne pas y être attachés, les plus jeunes et les catégories aisées représentent près des deux tiers. On remarque que cet attachement est très fort en Bretagne (88 %), en Région Sud (81 %) et dans les Hauts-de-France (79 %).

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés

Répartition des migrants dans les régions: c’est non ! [L’Agora]

Jean-Paul GARRAUD, Président de l'Association professionnelle des magistrats, Député français au Parlement européen, nous adresse une tribune sur la décision du Gouvernement d'envoyer des...

Arrivée des skippers de la Solitaire du Figaro à Saint-Quay-Portrieux

La Solitaire du Figaro s'élancera dimanche 30 aoput 2020 de Saint-Quay-Portrieux pour vingt jours de course. Bateaux et skippers étaient attendus avant 18h le...

Fusion des régions : où sont passées les économies promises ?

Pour justifier le regroupement des régions, le Gouvernement avait besoin de trouver un argument imbattable ; ce fut les économies. Quatre ans plus tard, la...

Michèle Tribalat : « Non, la France n’a pas toujours été une terre d’immigration » [Vidéo]

Dans une interview accordée au Figaro et publiée le 31 octobre dernier, la démographe Michèle Tribalat fait entendre un point de vue très différent...