Répartition des migrants dans les régions: c’est non ! [L’Agora]

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Jean-Paul GARRAUD, Président de l’Association professionnelle des magistrats, Député français au Parlement européen, nous adresse une tribune sur la décision du Gouvernement d’envoyer des migrants dans toutes les régions de France, pour « égaliser » la répartition.

Répartition des migrants dans les régions: c’est non !

Le 18 décembre dernier, la cour administrative d’appel de Bordeaux rendait une décision contestée. La cour a annulé l’arrêté d’expulsion d’un Bangladais vivant à Toulouse au motif que son pays souffrirait d’une pollution atmosphérique trop importante incompatible avec son asthme et ses apnées du sommeil… La préfecture de la Haute-Garonne a donc été désavouée, ce Bangladais devenant le premier « réfugié climatique » accepté en France. La préfecture de la Haute-Garonne peut encore saisir le Conseil d’État. Mieux, elle doit le faire car cette décision s’inscrit dans un contexte délétère et préoccupant auquel un terme doit être mis.

En effet, le gouvernement a décidé de ne pas s’occuper réellement de la folie migratoire qui a actuellement cours en France, préférant cacher sous le tapis l’ampleur des flux. Afin de réduire la pression pesant sur l’Île-de-France et d’en finir avec les campements sauvages parisiens, l’exécutif veut saupoudrer les « migrants » dans nos régions plutôt que de les expulser. Les mesures ont été présentées dans le « schéma national des demandeurs d’asile et d’intégration des réfugiés 2021-2023 » dont le dessein principal est de « désengorger la région parisienne », qui concentre à elle-seule 46% des demandes d’asile alors qu’elle ne disposerait que de 19% des capacités d’hébergement. Le gouvernement est animé par une logique jacobine égalitaire stupide qui le conduit à juger que les régions qui accueillent moins de « migrants » que ne le permettent leurs structures d’accueil seraient « déficitaires », devant par conséquent recevoir le surplus francilien selon des quotas statistiques.

L’Occitanie qui reçoit actuellement 5% des demandeurs d’asile aurait ainsi pour objectif d’en recevoir 7% pour la période 2021-2023, en accord avec la loi du 10 septembre 2018 qui permet d’orienter un migrant « vers une autre région, où il est tenu de résider le temps de l’examen de sa demande d’asile », pour le cas où « la part des demandeurs d’asile dans une région (excèderait) la part fixée pour cette région pour le schéma national ». Problème: seule l’Île-de-France se trouve en situation d’excédent. Une situation qui s’explique au moins par deux raisons. La première, d’une logique biblique, est l’attractivité de cette région en matière d’emploi et de diasporas communautaires. Un Afghan, un Soudanais ou un Pakistanais trouveront en Île-de-France des nationaux prêts à les aider et à jouer de la débrouille pour leur « intégration », au moins économique. La seconde, plus pernicieuse, tient dans l’appel d’air provoqué par la mairie de Paris et Anne Hidalgo, dont l’idéologie sans-frontièriste sonne comme un encouragement à l’installation pour tous les migrants en quête d’un départ vers la France.

Nos régions doivent-elles payer pour les folies de la municipalité parisienne ? Non. Nos régions n’ont pas vocation à devenir les sous-traitants des no borders franciliens ou les exécutants des délires immigrationnistes de France Terre d’Asile qui semble avoir la main sur le gouvernement. Interrogée dans le Républicain Lorrain, Delphine Rouilleaut l’actuelle directrice de France Terre d’Asile se félicite des orientations décidées par le ministère de l’Intérieur: « (la réorientation des demandeurs franciliens vers les régions) est indispensable pour répondre au besoin de solidarité nationale dans la prise en charge des demandeurs ». Elle ajoute d’ailleurs, presque sur le ton de la menace, craindre que l’effort ne soit pas « suffisant ». Un effort qui est, en tout cas, observable régulièrement dans les rues de la capitale, théâtre de nombreuses manifestations de migrants avec le soutien d’associatifs et de responsables politiques de gauche, depuis la rentrée.

On a ainsi assisté à des scènes surréalistes durant lesquelles des milliers de clandestins réclamaient leur régularisation, alors que dans le même temps restaurants et commerces étaient fermés pour raisons sanitaires ! Quant aux « migrants » de fraîche et de longue date, ils se sont tristement signalés dans la rubrique des faits divers ces derniers mois, que ce soit le terroriste tchétchène qui a décapité le professeur Samuel Paty ou le Pakistanais qui a cherché à reproduire les attentats de 2015 à Charlie Hebdo. Et encore, ne s’agit-il là que de la face émergée de l’iceberg d’une immigration ruineuse pour le budget de l’État, incontrôlée et aux conséquences sécuritaires, culturelles et sociales sans précédent. De quoi pousser Emmanuel Macron à adopter une rhétorique largement empruntée à Marine Le Pen quand, constatant l’ampleur des dégâts causés par la politique d’asile française, il se plut à déclarer que le droit d’asile était parfois dévoyé chez nous. De fait, le droit d’asile doit d’abord s’envisager comme une faveur accordée à titre individuel par la France et non comme une invitation lancée aux milliards de candidats au départ qui ne vivent pas dans des pays occidentaux.

Directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration, Didier Leschi explique que la France est laxiste dans son ouvrage Ce grand dérangement, l’immigration en face (Gallimard). Un livre en forme de mise au point écrit pour répondre tout autant à ceux qui « bien légitimement, éprouvent des sentiments d’angoisse, voire de colère, face à des intrus abusant de notre hospitalité, empiétant sur notre territoire, nos ressources et nos héritages » comme à ceux « qu’indigne, bien légitimement, le spectacle quotidien des naufragés à la dérive, […] d’une Méditerranée transformée en cimetière marin ». Le gouvernement a donc tout faux dans son appréhension du problème. Ce n’est pas aux régions de prendre en charge le surplus francilien : c’est à la France de mettre en place une politique dissuasive et une politique d’expulsions conséquente à même de réduire une pression migratoire subie depuis trop longtemps. Ouvrons les yeux.

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

C’édit photo : 2015 CC BY-NC-SA 3.0 BR Caroline Ferraz
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Capitaine de gendarmerie (r) Alexandre JUVING-BRUNET : « Notre armée est infiltrée »

Voici un document, extrait du site place d'armes, rédigé par le Capitaine de gendarmerie (r) Alexandre JUVING-BRUNET, témoignage de...

Auray (56). Retour sur la manifestation contre la tyrannie sanitaire [Vidéo]

Une centaine de personnes se sont rassemblées  samedi 8 mai 2021 sur la place de la République, à Auray (Morbihan)....

1 COMMENTAIRE

  1. Vous pourrez toujours dire « Répartition des migrants dans les régions: c’est non ! », la machine est « en marche » et l’envahissement des provinces avec son grand remplacement sont là

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Vague migratoire. 1400 migrants ont abordé l’Europe ce week-end

Nouvelle vague migratoire en Europe, nouvelle capitulation des autorités. Plus de 1400 migrants sont arrivés, samedi et dimanche, à Lampedusa dans le sud de...

Loire-Atlantique. Le préfet va-t-il capituler sur la régularisation d’un migrant « face à l’émotion » ? [MAJ : Capitulation de la Préfecture]

MAJ du 27 avril 6h50 : Comme c'était prévisible, le Préfet de Loire-Atlantique, qui n'hésite pas à envoyer ses troupes faire de la répression...

« L’Allemagne. Mais normale » : l’AfD vote contre le port du masque obligatoire [Vidéo]

Réunie le week-end dernier lors d'un congrès à Dresde dans la perspective des élections législatives allemandes de septembre, la formation politique AfD va mener...

Italie. SOS Méditerranée débarque à nouveau des migrants africains subsahariens en Sicile

Plus de 100 migrants clandestins ont été débarqués en Italie par le navire de SOS Méditerranée, l'Ocean Viking. L'immense majorité provient d'Afrique noire tandis...