Surconsommation de porno, de masturbation, de webcams : les homosexuels particulièrement enclins aux addictions sexuelles ?

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Masturbation compulsive, consommation effrénée de vidéos pornographiques, multiplication des expériences sexuelles virtuelles… L’addiction sexuelle prend aujourd’hui une tournure de plus en plus virtuelle avec les nouvelles formes de dépendance aux images sexuellement explicites visibles sur les écrans. CAM4 (site d’exhibition et de webcams en direct) a commandé à l’Ifop une enquête afin de mieux cerner leurs usages et leurs goûts sur les sites pornographiques, les plateformes de webcam érotiques et autres outils interactifs permettant l’échange d’images sexuelles.

Réalisée à partir d’un échantillon à la fois représentatif (méthode des quotas) et significatif d’hommes attirés par les hommes (848 gays, bisexuels ou hétérosexuels dits « curieux »), cette enquête met en exergue l’importance et les conséquences de l’usage des sites pour adultes dans cette catégorie de la population qui exploite plus que d’autres les possibilités de sexualités virtuelles offertes par les nouvelles technologies.

Télécharger l’étude complète ici

Une banalisation de l’utilisation des nouvelles technologies à des fins masturbatoires

  1. La consommation de contenus pornographiques est beaucoup plus intense chez les hommes qui aiment les hommes que dans le reste de la population masculine : 39 % des gays, bis et hétéros curieux regardent un film X au moins une fois par semaine, soit presque trois fois plus que ce que l’on observe chez les hétéros (14 %).
  2. Et pour plus d’un sur dix, le porn occupe même une place quotidienne dans leur vie : 13 % en visionnent « tous les jours ou presque » (contre à peine 2 % des hétéros), les plus gros consommateurs étant les moins de 25 ans (33 %) pour qui il constituerait le principal support « d’éducation aux codes culturels qui organisent les sexualités gays ».
  3. Cette surconsommation de films pornographiques va de pair avec un recours beaucoup plus répandu à d’autres supports d’excitation comme les webcams : 48 % ont déjà vu quelqu’un s’exhiber devant une webcam (contre 21 % chez les hétéros) et 35 % ont déjà visionné un sex show en live sur un site de webcam (contre 14 % chez les hétéros).
  4. Fervents adeptes de ce « cyber-onanisme » prenant la forme de séances de co-masturbation assistées par webcamils expriment aussi un goût prononcé pour les échanges d’images sexuelles par téléphone : près des deux tiers des gays (64 %) ont ainsi déjà reçu des nudes, soit trois fois plus que les hétérosexuels (21 %).

Fistfucking, Bukkake, facefucking… Un attrait pour un porn gay qui répond à des goûts très diversifiés

  1. Contrairement à certains clichés sur le « porno gay » qui tendent à le réduire au seul sexe anal, ce cyber-onanisme repose autant sur un attrait pour le sexe oral que pour le sexe anal : la fellation arrivant en tête des pratiques sexuelles les plus excitantes pour les hommes interrogés (88 %), légèrement devant la sodomie (84 %).
  2. De même, le potentiel d’excitation de pratiques orales directement issues de la culture porn comme le facefucking (71 %) ou l’éjaculation faciale (68 %) apparaît tout aussi important, voire légèrement plus fort que des pratiques anales assez banales dans le porno gay comme l’anulingus (68 %) ou la pénétration d’un anus avec des doigts (68 %).
  3. Enfin, il est intéressant de relever que les hommes qui aiment les hommes expriment aussi un goût prononcé pour des scénarios pornographiques hétérosexuels. En effet, s’ils regardent avant tout des scènes de sexe homosexuel (65 %), près de la moitié (49 %) regardent aussi des films pornos « hétéros » avec un homme et une femme.
  4. Selon certains spécialistes, ce goût des gays pour des contenus pensés à l’origine pour un public hétéro refléterait « un désir “féminin” pour des corps “masculins” d’autant plus fort que les gays percevraient la masculinité hétérosexuelle “comme plus authentique et plus virile” ».

Entre suractivité masturbatoire et addictions aux différentes formes de sexe virtuel

  1. Les gays/bis/hétéros curieux interrogés se distinguent par une très nette suractivité masturbatoire : 62 % admettent se masturber au moins une fois par semaine, contre 44 % des hétéros. Ils sont mêmes près d’un quart (24 %) à s’y adonner tous les jours, soit deux fois plus que dans le reste de la population masculine (11 %).
  2. Or, cette hyperactivité masturbatoire apparaît intrinsèquement liée à leur accès à des supports d’excitation sexuelle comme les sites pornographiques en ligne : 80 % des gays/bis/hétéros curieux consommant du porno tous les jours déclarent se masturber quotidiennement, contre seulement 27 % chez ceux en visionnant toutes les semaines et à peine 9 % chez ceux qui n’en voient qu’une fois par mois.
  3. Ainsi, plus d’un tiers des gays, bis et hétéros curieux (37 %) reconnaissent être aujourd’hui « addicts » à au moins une forme de stimulation sexuelle artificielle, sachant que ce sentiment d’addiction est aussi fort chez les consommateurs de films X (28 %) que dans les rangs des amateurs de sites de sex show en ligne (30 %).

Étude Ifop pour CAM4 réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 23 mai au 8 juin 2019 auprès d’un échantillon de 848 hommes gays et bisexuels, extrait d’un échantillon global de 12 137 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.

Sur l’industrie de la pornographie, ne pas hésiter à lire et à relire Sociologie du hardeur, de Lounés Darbois.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Tour d’Italie (cyclisme). Caleb Ewan remporte la 5e étape du Giro 2021

La 5ème étape du Giro 2021 semblait réservée aux sprinteurs, c'est ce qui s'est passé. En conclusion, après une...

Argent public et immigration. Gilles Pennelle dénonce les manoeuvres de la Région Bretagne

Conseiller régional de Bretagne, Gilles Pennelle a dénoncé dans un communiqué une nouvelle subvention de la région Bretagne à...

Articles liés

Les ados, le sexe et Internet

Les jeunes découvrent la pornographie de plus en plus tôt. En quoi cette exposition précoce influe-t-elle sur eux ? Tourné en Europe et aux...

Campus Vox. « On embauche pas quelqu’un parce qu’il est gay ou noir »

Delphine Ernotte la patronne de France Télévision a annoncé sur twitter, le 14 novembre dernier, inclure dans l’ensemble des contrats de production une clause...

Insolite. Les garçons gauchers ou ayant plusieurs frères aînés auraient plus de chance d’être homosexuels

Des scientifiques canadiens – ayant publié leur étude dans la revue scientifique PNAS – prétendent avoir découvert les trois principaux facteurs qui rendent un...

La propagande et le lobby LGBT sont en train de me faire devenir homophobe – MAJ : Mise en demeure de SOS Homophobie

MAJ du 30 juillet 2019 : Nous venons de recevoir, suite à cette tribune libre de Julien Dir, une mise en demeure de la...