Crossmaglen (Irlande). Le chef de la police d’Irlande du Nord pose avec des policiers en arme

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Une provocation à Crossmaglen, ville frontalière en Irlande et Irlande du Nord, dans le sud d’Armagh ? C’est en tout cas ce pensent des citoyens après la diffusion sur twitter d’une photo du chef de la police d’Irlande du Nord, Simon Byrne, avec des hommes la police de Crossmaglen, en armes, tout sourire, avec notamment de fusils d’assaut.

Une photo qui a provoqué une levée de boucliers, notamment de la part des Républicains irlandais et du Sinn Féin, qui ont qualifié la photo d’offensive, surtout venant du plus haut représentant de la police d’Irlande du Nord. Une photo qui intervient alors que ce dernier visitait les installations de police à Crossmaglen : « Je tire mon chapeau à mes collègues qui travaillent dans une partie si particulière du territoire géré par la police d’Irlande du Nord. Leur sens du devoir et leur optimisme sont une inspiration. Restez en sécurité et merci. »

Mais c’est surtout la photo, sur laquelle deux officiers de police posent avec des armes automatiques, qui a suscité les condamnations sur twitter, en cette période agitée, de Brexit et de crainte de rétablissement d’une frontière en dur entre les deux Irlandes. Un mauvais message envoyé à la population, selon de nombreux observateurs. Une honte, pour une députée du Sinn Féin, Megan Fearon. « C’est une insulte totale aux habitants du sud d’Armagh – une communauté généreuse, aimable et fière », a-t-elle dit, critiquant l’allure militaire de la caserne de Crossmaglen et poursuivant : « Ce tweet ne fait que saper davantage la confiance de la population en la police d’Irlande du Nord dans le sud Armagh. Les officiers lourdement armés qui posent avec le chef de la police reflètent le style militaire du maintien de l’ordre que la communauté du sud de l’Armagh a dû endurer ces dernières années ? Cette communauté n’est pas différente des autres, toute tentative de différencier le style de maintien de l’ordre n’a pas été et ne sera pas tolérée »

En réponse, le chef de la police a indiqué que son tweet avait été mal perçu et mal compris.

« Les officiers portent des armes et malheureusement, c’est la dure réalité de l’environnement policier dans lequel ils travaillent, s’attaquant à la grave menace terroriste ». Tout en invitant à une rencontre les citoyens et les élus, sans toutefois fixer de date ni de lieu.

Pas certain que cela soit suffisant, eu égard du tollé provoqué par ce tweet. Pour bien comprendre, il faut savoir que Crossmaglen a toujours été un bastion nationaliste irlandais, de par sa proximité avec la frontière.

Durant les Troubles et la guerre civile, l’armée britannique a eu une présence importante dans la région. Crossmaglen et la région plus large de South Armagh/South Down étaient un bastion républicain et les paramilitaires républicains étaient très actifs. Cela lui a valu le surnom de « pays des bandits ». La députée travailliste Clare Short a déclaré en 1983 : « Il est ridicule que des troupes britanniques soient ici à Crossmaglen. On prétend qu’elles sont en Irlande pour maintenir la paix entre les deux communautés. Mais il n’y a qu’une seule communauté dans le sud de l’Armagh, alors que font-ils ici ? Pendant les troubles, au moins 58 policiers et 124 soldats ont été tués par l’Armée républicaine irlandaise provisoire (IRA) dans le secteur, dont beaucoup à Crossmaglen même.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« Jésus est pédé ». Aucun problème pour le Conseil d’Etat

Le Conseil a validé il y a quelques jours, sur la forme, la dissolution de Génération Identitaire. Il vient,...

Articles liés

Irlande du Nord : la justice déclare innocentes les victimes du massacre de Ballymurphy (1971)

La justice nord-irlandaise est revenue cette semaine sur le "massacre de Ballymurphy" en 1971, reconnaissant que les 10 victimes étaient toutes des civils innocents. https://www.youtube.com/watch?v=El0q6LB7noY Le...

Nantes. Arrestation d’un suspect du meurtre de janvier aux Dervallieres

Le 11 janvier dernier, au pied du Building, immeuble assiégé par le trafic de drogue aux Dervallieres - il s'y poursuit toujours au 16,...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les Français et les Bretons qui...

Irlande. Des individus poussent une jeune fille sous un train à l’arrêt

La Gardai, la police irlandaise, a déclaré avoir ouvert une enquête pour agression après qu'une femme ait été blessée lors d'un incident à la...