Le Conseil national des barreaux (avocats) appelle à une grève dure dès le 6 janvier.

A LA UNE

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Covid-19. La situation s’améliore partout dans le monde, à l’exception de l’Asie de l’Ouest

Après avoir plafonné dans la semaine du 24 avril au 1er mai, les nombres hebdomadaires de contamination (-5%) et...

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger...

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Les avocats rentrent dans la danse contre le projet de réforme des retraites du gouvernement. Déjà dans la rue le 16 septembre et le 5 décembre derniers, ils prévoient de nouvelles actions à partir du 6 janvier. Le Conseil national des barreaux appelle en effet à une grève dure dès le 6 janvier comme en témoigne le communiqué ci-dessous, adressé à la presse :

Le Bureau du CNB, en lien avec la Conférence des bâtonniers et le Barreau de Paris, constatant que le gouvernement reste sourd à la situation critique des avocats et qu’il n’entend que les professions susceptibles de bloquer le pays, n’a pas d’autre choix que de durcir le cadre de la grève et des actions de blocage qui se dérouleront à partir du lundi 6 janvier.

En refusant tout dialogue, le gouvernement porte seul la responsabilité des conséquences de ce mouvement sur le fonctionnement de la justice et sur les droits des justiciables.

La grève commencera le lundi 6 janvier et durera une semaine. Elle pourra être reconduite.

Le mot d’ordre national prévoit un dispositif élargi de modalités d’actions (voir ci-dessous), que chaque Ordre pourra adapter et/ou compléter. 

Le CNB invite donc les avocats à se rapprocher de leurs bâtonniers et/ou de leurs syndicats pour prendre connaissance des modalités locales d’actions barreau par barreau.

Les modalités d’actions proposées par les représentants de la profession sont les suivantes :

  • arrêt des désignations pour toutes les permanences pénales et pour les gardes à vue ;
  • arrêt des désignations en ce qui concerne le contentieux des libertés, le droit des étrangers et les mineurs ;
  • arrêt des désignations en matière pénale concernant les instructions correctionnelles et criminelles ;
  • arrêt des désignations pour les différentes permanences liées à l’accès au droit ;
  • arrêt des désignations en matière d’aide juridictionnelle ;
  • arrêt plus généralement de toutes les désignations

Les 70 000 avocats de France sont appelés à :

  • demander systématiquement, à partir du 6 janvier et jusqu’à nouvel ordre, la collégialité en matière civile (art. 814 et 815 du CPC applicables à compter de l’entrée en vigueur du décret n° 2019-1333 du 11 décembre 2019 réformant la procédure civile) ;
  • demander systématiquement des renvois pour toutes les audiences pénales, y compris les audiences devant la cour d’assises ;
  • demander des renvois devant toutes les audiences civiles, commerciales, prud’homales et administratives ;
  • cesser plus généralement toute activité judiciaire, que cela soit en matière pénale, civile ou administrative, et demander systématiquement des renvois.

Conformément à la délibération de l’assemblée générale du CNB du 13 décembre, tous les avocats de France sont par ailleurs appelés à se joindre à tous les mouvements et mobilisations qui tendent à faire échec au projet porté par le gouvernement.

La question qui se pose aujourd’hui de plus en plus est : quelle corporation soutient encore Emmanuel Macron ?

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Avec Solidarité Grand Ouest, une collecte de dons pour créer une section handivoile à Saint-Quay-Portrieux

Grâce au dispositif de collecte de dons du Fonds de dotation Solidarité Grand Ouest et au soutien du Super...

Médias mainstream : le grand errement ! Par Nicolas Vidal

Nicolas Vidal est le patron de "Putsch", média favorisant les débats culturels et sociaux. Dans son livre "Médias, le...

Articles liés

Retraites. Combien ça coûte d’être vieux en France ?

La France compte près de 15 millions de retraités et plus de 85% souhaitent vieillir à domicile selon une étude de l'Insee. Mais combien cela...

Covid 19. Amnesty international accuse la Belgique d’avoir sacrifié ses anciens

Avec 1429 morts par million d’habitants à ce jour, la Belgique serait le pays le plus touché au monde par la mortalité liée au...

Déploiement de la 5G en France. Des actions collectives en justice ouvertes au public

À la veille de la mise aux enchères de fréquences du domaine public pour la 5G, un nouveau sondage révèle que trois Français sur...

Économie. La réforme des retraites et son impact mal compris par les Bretons ?

Pour 59% des Bretons, l’impact du nouveau système de retraite sur leur situation n’est pas clair. Ce chiffre est tiré du Baromètre Altaprofits de l’épargne...