Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Sahel. Le Drian l’Africain fait ce qu’il peut

La croisade au Sahel dénommée « Barkhane » ne donne pas de bons résultats. Les djihadistes ont pour allés la corruption des gouvernants et la misère des populations. Jean-yves Le Drian se débat au milieu de ce bourbier.

S’il est ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian est également « ministre de la guerre » en Afrique – tout particulièrement dans un Sahel qui lui donne beaucoup de soucis. Même pour les ventes d’armes, Florence Parly, ministre des Armées, compte les points. « Tout se prépare et se négocie sans elle à l’Élysée et au Quai d’Orsay, via Jean-Yves Le Drian, le vendeur de  Rafale. » (Le Canard enchaîné, 5 juin 2019)

Une zone d’influence à défendre

Les deux casquettes – Affaires étrangères et Défense – apparaissent de concert dans un entretien accordé au Monde . Selon le ministre, « La force « Barkhane » a remporté beaucoup de succès mais ce combat sera très long. L’enjeu est considérable. Il s’agit de notre sécurité. Notre frontière commune, à nous Français et Européens, est le Sahel. » Voilà le discours officiel. Complication supplémentaire apparue ces derniers mois : le sentiment anti-français chez certains habitants de la région. Réponse de Le Drian : « Une partie du ressentiment antifrançais est liée au fait que les populations ne se sentent pas suffisamment protégées. Il faut donc que les choses soient très claires concernant notre présence. Nous n’avons aucun intérêt dans cette région, sauf la défense du droit et de notre propre sécurité. Si ça ne passe pas par des accords et une clarification des engagements, il faudra se poser des questions et repenser notre positionnement militaire. » Prétendre que la France n’a « aucun intérêt dans cette région » relève évidemment du message politique ; elle y a une zone d’influence à défendre, alors que les Américains et les Chinois cherchent à prendre sa place.

Le coût de l’intervention

Depuis l’engagement de l’armée française au Sahel – début 2013 -, elle a enregistré 41 morts. Rappelons que pendant la guerre d’Algérie, les troupes françaises ont connu 30 000 morts – il y eut même 500 tués après le cessez-le-feu de mars 1962. Mais une autre question se pose : le coût de cette guerre au Sahel. « Chaque jour, 3,8 millions d’euros sont dépensés pour le surcoût des opérations extérieures des armées françaises. Poursuivies ou décidées par Emmanuel Macron, les interventions militaires de la France à l’étranger (Sahel compris) ont coûté au budget 2018 de la Défense 1 360 millions d’euros, selon la note d’éxécution du budget établie par la Cour des comptes. » (Le Canard enchaîné, 22 mai 2019). Pour l’instant, l’opération « Barkhane » ne compte que 4 500 soldats français. S’il fallait augmenter les effectifs, la facture s’en ressentirait d’autant. En 2018, le surcoût engendré par cette seule opération atteignait 700 millions d’euros (Le Canard enchaîné, 28 novembre 2018).

Tout est possible puisque, selon un rapport remis par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, au Conseil de sécurité des Nations unies, « la situation sécuritaire au Sahel continue de se détériorer, [notamment] au Mali et [dans les] régions frontalières entre le Mali et le Burkina [tandis que] les violences interethniques se sont intensifiées au Tchad. » (Le Canard enchaîné, 22 mai 2019).

Le Drian va finir par regretter la Bretagne… Bien sûr, il y eut autrefois le FLB, mais ce n’était qu’une vaste fumisterie, avec des « militants » manipulés par la DST. Raymond Marcellin, député de Vannes et ministre de l’Intérieur savait y faire. Surtout à l’approche des élections…

Bernard Morvan

Crédit photo : Pymouss/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

 

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International, Tribune libre

Les soldats français sont partis du Mali, rapatrions les “aides au développement” également [l’Agora]

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Jean-Yves le Drian rentre à Guidel

Découvrir l'article

Politique

Lettre ouverte à Loïg Chesnais-Girard sur la question de l’autonomie de la Bretagne [l’Agora]

Découvrir l'article

International

Sous-marins australiens : après les Mistral russes, Ayrault et Le Drian n’avaient-ils rien compris ?

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Régionales. Loïg Chesnais-Girard est confronté à la quadrature du cercle

Découvrir l'article

Politique

Élections régionales. L’Élysée fera tout pour empêcher le RN de s’emparer de la région Bretagne

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Élections régionales. La recette de Jean-Yves Le Drian

Découvrir l'article

Politique

Élections régionales. Jean-Yves Le Drian, le retour ?

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Aux élections régionales, Loïg Chesnais-Girard veut refaire 2015 en 2021

Découvrir l'article

Politique

Le Drian connaît la recette du « grand projet régional mobilisateur »

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍