Lynchage, délation, mort économique, épuration… Le Slip français et l’odeur de fosse septique… [L’Agora]

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

L’affaire du Slip français, et la reculade de la société du même nom qui a hurlé avec les hyènes en sanctionnant des employés ayant idiotement filmé une blague potache, est une nouvelle fois à mettre au crédit d’une horde de lyncheurs, de nouveaux censeurs, de petites frappes qui se transforment en juges et en procureurs, via Twitter, via les réseaux sociaux, via Internet.

Pour une vidéo, pour une phrase prononcée il y a vingt ans, pour une blague, pour des propos tenus en privé mais divulgués publiquement par des personnes mal intentionnées ou avides de buzz, pour un oui ou pour un non, chacun peut se retrouver lynché, pourchassé, traqué comme une bête sur les réseaux sociaux.

Menaces sur Twitter, divulgations de coordonnées personnelles, pressions sur les employeurs, tous les moyens sont bons venant d’ordures qui se drapent derrière l’anonymat d’Internet (et qui parfois sont relayés par des personnalités publiques, ce qui est encore plus dingue) pour faire tomber des cibles.

Des cibles qui sont parfois des dissidents politiques, parfois aussi des victimes collatérales d’idioties et de blagues, qui ont dérapé et ont été rendues publiques alors que ce n’était pas leur destination première. Pour les uns comme pour les autres, la Justice française ne sert quasiment plus à rien.

Les tribunaux d’Internet se chargent, avant toute justice rendue par et pour le peuple, de prononcer des verdicts qui ont le goût du sang. Les nouveaux juges d’Internet ont des relents d’épurateurs. Ils font penser à ces résistants de la dernière heure qui violaient, lynchaient, tondaient avec la permission du système, très souvent des innocents.

Mais que veulent-ils au juste ? A quoi s’attendent ces inquisiteurs au petit pied si les personnes qu’ils lynchent et qu’ils veulent mettre au ban de la société s’y retrouvent réellement ?

Résumons. Vous prenez un individu. Vous exigez qu’il ne puisse plus s’exprimer sur les réseaux sociaux. Les réseaux sociaux plient. Vous contactez les employeurs de cet individu pour « révéler » ici des idées politiques non conformes, là un pseudo dérapage, là encore une blague potache. Vous le faites licencier.

Vous contactez sa banque, qui ferme son compte.

Vous le traquez sur Internet, révélez son adresse, mettez en danger lui, mais aussi toute sa famille.

Mais à quoi vous attendez vous en retour ? Que pensez vous que va faire une bête traquée, blessée, humiliée, dos au mur que chacun voudrait voir disparaître de la sphère publique, et même de la sphère privée ?

La réponse, vous la connaissez parfaitement. Et lorsque cela arrivera, car ça arrivera un jour c’est certain, vous n’aurez plus les mots suffisants pour dénoncer « la haine » et « la violence » que vous aurez vous même fait naître et contribué à exacerber.

Car les juges et les bourreaux d’aujourd’hui, à la légitimité nulle (y compris juridiquement) ne conserveront pas tout le temps cette impunité, ou tomberont un jour sur d’autres justiciers. La roue tourne.

Quoi qu’il en soit, ces campagnes de lynchage sur Internet, et tous ceux qui s’y plient d’ailleurs, Slip français en tête, donnent à notre société une odeur de plus en plus repoussante de fosse septique.

En attendant les fosses communes où seront jetés les dissidents et les victimes de cette nouvelle Inquisition politique et médiatique ?

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« Jésus est pédé ». Aucun problème pour le Conseil d’Etat

Le Conseil a validé il y a quelques jours, sur la forme, la dissolution de Génération Identitaire. Il vient,...

Articles liés

Patriotisme économique : le cas du “Slip Français”

Patriotisme économique : le cas du “Slip Français” https://www.youtube.com/watch?v=2kG68H2moOc Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et...

Rennes. Sept personnes mises en examen suite à un lynchage

Un peu plus d’un mois après le lynchage d’un jeune homme dans le quartier Villejean et une série de règlements de compte, sept personnes...

Trop de Blancs dans l’équipe : Le Slip Français baisse sa culotte face au cosmopolitisme

La marque de vêtements Le Slip Français, surjouant par ailleurs la carte du « Made in France », s'est excusée de manquer de diversité au...

Intox des médias mainstream : Un adolescent pro-Trump innocent, lynché par la meute médiatique [Vidéo]

Nick Sandman, un adolescent d'une école catholique du Kentucky aux Etats-Unis, a été accusé par les médias et les réseaux sociaux d'avoir "humilié" un...