Bataille culturelle. Le Slip Français, toujours plus loin dans la propagande pro-migrants [Vidéo]

A LA UNE

Sous le parrainage de la créatrice Agnès B., se présentant comme « de gauche » et « féministe », la marque de vêtements Le Slip Français fait une nouvelle fois la promotion de l’immigration extra-européenne. En collaborant avec une association spécialisée dans l’insertion professionnelle des migrants. Une certaine idée du « Made in France »…

Le Slip Français veut favoriser « l’insertion professionnelle des artisans migrants »

Le Slip Français, une marque que les lecteurs de Breizh-info connaissent bien. Entreprise créée en 2011 et initialement spécialisée dans la confection de sous-vêtements et d’accessoires, elle s’est par la suite fourvoyée dans une communication désastreuse. Marque symbole d’une gauche urbaine, CSP+, blanche et schizophrénique par rapport à ce constat, en un mot « bobo », Le Slip Français a de nouveau récidivé dans la propagande pro-immigration commercialisant le 13 octobre une collection de produits en collaboration avec La Fabrique Nomade. Cette entité est une association ayant pour mission « d’œuvrer à valoriser et favoriser l’insertion professionnelle des artisans migrants et réfugiés en France. »

Pour couronner le tout, la collection est parrainée par la styliste parisienne Agnès B. Dans une interview au journal Le Monde en 2017, cette dernière déclarait : « J’ai choisi mon camp pour toujours. Je suis de gauche. Et bien sûr féministe. ». Avant de s’inquiéter que « beaucoup de jeunes, sans culture historique, sans espoir de lutte collective, sans idéal, veulent voter Marine Le Pen… »

En parallèle, Le Slip Français annonce sur son site qu’il a « également financé le projet solidaire en reversant 5% de ses bénéfices de vente de chaque vendredi à la Fabrique Nomade ». En s’associant au projet, Le Slip Français a promis de mettre à disposition de l’association son réseau de partenaires et à pratiquer un mécénat technique. À terme, Le Slip Français s’est engagé à conclure un partenariat durable avec l’association.

Pénurie de main-d’œuvre et immigration : un discours bien rodé

De son côté, Guillaume Gibault, président de la marque Le Slip Français, a justifié la démarche auprès de France Info le 10 octobre : « On voit bien que tout le monde a envie de fabriquer localement sauf qu’il n’y a pas cette capacité à fabriquer aujourd’hui : c’est 8 000 offres d’emploi rien que sur le site de Pôle emploi dans le textile qui ne sont pas pourvues ».

Ainsi, tandis que plusieurs pistes seraient à explorer afin que ces offres d’emploi soient pourvues, à commencer par un vaste chantier de revalorisation de l’apprentissage, des métiers d’art et des métiers manuels d’excellence en France, le recours à l’immigration extra-européenne est une nouvelle fois présentée comme la seule solution face à cette situation.

Une main-d’œuvre immigrée qui, à l’instar de ce qui a déjà pu être observé dans les secteurs du bâtiment ou de l’agroalimentaire, est généralement beaucoup moins exigeante sur les conditions de travail et la rémunération…

Le Slip Français : trop de Blancs et un Blackface qui passe mal

Avec cette nouvelle frasque de la marque à la cocarde tricolore, c’est donc l’occasion de se rappeler les quelques « coups d’éclat » du Slip Français ces dernières années.

Au début de l’année 2020, l’entreprise avait essuyé une vague de critiques après la diffusion d’une vidéo mettant en scène deux de ses employés lors du réveillon du Nouvel an et lors duquel ils s’étaient déguisés en Africains, arborant notamment un maquillage noir, avec un accent appuyé.

Quelques mois auparavant, en septembre 2019, c’était cette fois une publication d’une photo de l’équipe de salariés des bureaux parisiens de la marque qui avait vu les réseaux sociaux se déchaîner en raison de la présence de trop de Blancs sur le cliché aux yeux de certains. À cette occasion, nous avions analysé la stratégie marketing de l’entreprise. Mauvaise au demeurant…

Trop de Blancs dans l’équipe : Le Slip Français baisse sa culotte face au cosmopolitisme

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

5 Commentaires

  1. Que cette société aille vendre ses slips aux envahisseurs ! Si elle pouvait aussi changer son nom parce que Slip français cela fait trop patriote pour des traîtres !

  2. Je n’ai qu’une question à poser aux dirigeants du « Slip français » : à quoi sert-il de porter un slip quand on n’a pas de c..lles ?

  3. Achetez Chinois !

    Un vrai peuple, une vraie civilisation fière d’elle-même, impitoyable donc avec ses ennemis ouïghours, un vrai état qui ne lèche pas le cul des barbus, une inquisition archéo-futuriste digne de Sparte et d’Orwell, un empereur sorti de la lutte des loups rouges (Xi a fait du camp) pas une chiure Sissy des Caraïbes, un QI moyen de 110, un Pisa sur le podium mondial, bref pas une décadence…

    Et puis acheter boobalandais c’est financer son gland remplacement et le béton pour la surponte africaine. Et aussi donc :

    ARRÊTEZ DE BOSSER !

  4. pas de propos raciste dans « la communauté »! dit elle
    je dois avoir l’esprit bien mal tourné en les regardant deux minutes et j’imagine aisément la suite

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés