Nantes. Un homme hospitalisé suite à la première fusillade de l’année

A LA UNE

Laïcité, Paty, Charlie, symboles religieux : Un sondage montre la fracture croissante entre musulmans et non musulmans dans les lycées en France

La LICRA, ligue de vertu qui ne cesse d’attaquer devant les tribunaux des polémistes, écrivains, politiques qui ont le...

Ploërmel. Après leur action d’agit-prop : les jeunes nationalistes bretons s’expriment [Interview]

Dimanche 21 février, un groupe de personnes a déployé une banderole accompagnée de fumigènes à Ploërmel. Banderole sur laquelle...

Piero San Giorgio : « La Bretagne pourrait retrouver un jour une forme d’indépendance » [Interview]

Piero San Giorgio s'est entouré d'une équipe de spécialistes dans différents domaines pour ouvrir le site Autonomie & Résilience,...

Covid-19. « La pandémie semble bien désormais en voie d’extinction progressive et naturelle »

Bulletin bimensuel du Général Delawarde au sujet de la crise dite du Covid-19 Avant propos  Aujourd’hui trois sujets sont à l’ordre...

Louis Saillans (Chef de guerre) : « Apporter mon point de vue, celui d’un homme qui connaît la réalité du combat contre l’Islam radical...

Louis Saillans a été commando marine. Il a travaillé pour les opérations spéciales pendant dix ans, notamment en Afrique...

En 2019, Nantes avait battu tous les records avec 65 fusillades – dont 64 liés à la guerre des gangs de la drogue – qui ont causé 3 morts et 24 blessés. Les armes ne se sont pas tues longtemps puisque un jeune homme domicilié à la Bottière, un quartier « sensible » de l’est de Nantes, a été hospitalisé ce 5 janvier avec des blessures par balle.

Vers quatre heures du matin, le 5 janvier, ce jeune homme s’est présenté au CHU avec deux légères blessures au bras, causées par une arme à feu. Il s’est empressé de s’éclipser au petit matin, avant que la police ne puisse l’interroger. Si bien qu’une fusillade a eu lieu, mais pas nécessairement à la Bottière, quartier dont les délinquants ont des rivalités de longue date avec la Boissière (quartiers nord) et Malakoff, deux autres quartiers « sensibles », sur fond de contrôle des revenus des produits stupéfiants, et autres « différends commerciaux », qui dans ces milieux ne se règlent pas devant un juge.

Selon nos informations, ce ne serait pas la seule fusillade récente que Nantes ait connu. Des détonations – provenant de balles ou d’artifices sauvages – ont été entendues le 23 décembre à l’ouest de Nantes, autour de Bellevue vers 20 heures, puis encore cinq entre 20h50 et 21 h le 29 décembre venant de Malakoff – et entendues jusque Saint-Donatien. Sans oublier ce témoignage recueilli sur les réseaux sociaux : « coups de feu dans le camp de Roms sous le pont de Cheviré vers 19h30. Vu de mes propres yeux, ils s’amusent avec des fusils à pompe, la vie est belle ».

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Crise de la vache folle : 30 ans après, un éleveur se souvient

L'ESB encéphalopathie spongiforme bovine aussi connue sous le nom de maladie de la vache folle fait son apparition pour...

Environnement. Pas loin de 20% des espèces de la faune et flore sauvages sont menacées en France

A ce jour en France, 2 430 espèces sont menacées et 187 ont disparu ou sont éteintes selon un...
- Publicité -